8-9 des cyclistes en Prévôté

Click here to load reader

  • date post

    16-Jun-2022
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of 8-9 des cyclistes en Prévôté

M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
NO 22 AVRIL 2015
chCourroux • Delémont • Moutier • Aesch
w w w. n e u - i m m o . c h
S O C I É T É - V I E Q U O T I D I E N N E - P O L I T I Q U E - L O I S I R S - J E U X - P O R T R A I T S
PAGES
Le 30 avril, Moutier sera une nouvelle fois la capitale du cyclisme international avec le départ d’une étape du Tour de Romandie. En 2008 déjà, Michel Albasini alors en jaune (photo) avait été de ceux qui animaient la ville pour la plus grande joie d’une foule estimée alors à 5000 personnes.
- PRÉVÔTOIS DU MOIS
Noé Fabrizio milite pour que la cité dispose d’un vrai skatepark.
3PAGES
Patrick Roethlisberger, président du Législatif pour 2015, se consacre à fond à tout ce qu’il fait.
- CONSEIL DE VILLE8-9
4-5
suisse
composée de solaire local et d’hydraulique suisse
S’applique sur la totalité de votre consommation
S’applique sur la totalité de votre consommation
* Exemple de plus-value pour un ménage moyen consommant le produit OPALE (3500 kWh / an) ;
en CHF, hors taxes
TOPAZE L’électricité renouvelable
composée de solaire local
Disponible par tranche de 100 kWh / an
** Exemple pour un ménage regardant la télévision 4 h / jour ; en plus-value, en CHF, hors taxes
AMBRE
= 17.–**
www.moutier.ch
Conseil de Ville 9
Rencontre à travers le tunnel 14
Tornos est attaché à Moutier 15
Côté pratique 16
Jeux 19
Le Prévôtois du mois: Noé Fabrizio En attendant un skatepark 20
Le Tour de Romandie à Moutier
Publicité : MEM Moutier publ ic i [email protected], té l . 032 494 60 50
Conception et réal isat ion graphique : Ivan Brahier, MEM Moutier
Impression : Pressor SA, Moutier
Distribution : La Poste Suisse
Tirage : 4’300 exemplaires
Case postale , 2740 Moutier
Journaliste : Dominique Dumas [email protected]
www.moutier.ch
ch
Moutier et la bicyclette remettent le cou- vert. Décidément la petite reine et notre ville font très bon ménage. Souvenez- vous : 2008, Moutier, ville départ pour une arrivée à Fribourg, 2012, arrivée à Moutier pour une journée entamée à Montbéliard et enfin jeudi 30 avril pro- chain, Moutier est à nouveau le lieu de départ d’une étape qui se terminera à Porrentruy. Et encore là nous vous rap- pelons que les grands moments de cette dernière décennie en relation avec le Tour de Romandie.
Le vélo, c’est encore bien d’autres compétitions sportives pour lesquelles notre ville est devenue depuis quelque temps déjà le dépositaire organisation- nel reconnu loin à la ronde. VTT, trial, course sur route occupent allègrement le calendrier et proposent des activités que Prévôtoises et Prévôtois accueillent toujours avec entrain et passion. C’est qu’entre-temps, elles et ils maîtrisent parfaitement tout ce qui circule sur deux roues et je vous fais grâce ici des engins du même type à moteurs, autre grande spécialité régionale.
Si Moutier rayonne dans ce domaine, notre ville le doit notamment à l’inlas- sable et précieux concours de presque tous les services de la ville, mais aussi à la disponibilité, aux compétences et à la générosité naturelle de quelques personnes.
Dans ce cas-ci, le club cycliste emmené par la famille Ruch, qu’ils se prénom- ment Marcellin ou Jonathan, les chan-
celiers qu’ils soient en activité ou re- traité, les chefs de service, avec Marco Fernandez en porte-drapeau, les corps constitués, Police cantonale, Service de sécurité et Protection civile, la coor- dinatrice sportive, Mme Fanny Meier, l’incontournable Jacques Stalder, sont réunis au sein d’un Comité en charge de l’événement. Ces gens n’hésitent pas à dépenser une bonne dose d’éner- gie pour mettre sur pied le spectacle qui nous attend. Que toutes et tous en soient sincèrement remerciés.
Volontairement un nom n’a pas encore été cité. C’est celui de Pierre Mertenat, tout jeune retraité de l’Intendance can- tonale des Impôts et véritable âme du projet. Le Tour de Romandie, c’est son affaire. Il n’en est pas à son coup d’es- sai. En 2008 et 2012, il était déjà aux manettes. Bénévole au grand cœur et au carnet d’adresses garni au possible, la ville lui doit beaucoup.
Merci grand coordinateur des deux journées surtout que Pierre ne se contente pas de faire partir des cyclistes professionnels, il imagine l’ensemble de la manifestation. Du vélo à la course à pieds, le cœur et le nombre de ses batte- ments diffèrent peu. Le cœur de Pierre, lui, bat le tempo. Ni une, ni deux, l’idée d’une course populaire germe dans son esprit.
Et c’est ainsi que mercredi 29 avril, dès 18 h 30, critérium cycliste avec cinq ca- tégories et course à pied dès 20 heures enflammeront le centre-ville. Chaque
E D
IT O
E D
IT O
participante chaque participant repar- tira chez elle et chez lui avec un souve- nir. Inscrivez-vous sans tarder surtout que Chantal Daucourt et Marcel Ryffel vous prodigueront leurs conseils.
Chères concitoyennes et chers conci- toyens, venez nombreux en soirée le mercredi et en matinée le jeudi encou- rager tous ces sportifs amateurs et pro- fessionnels. Ils méritent votre soutien, les organisateurs aussi. De surcroît, le club cycliste et son stand vous réserve- ront un excellent accueil.
À Moutier on a vraiment de la chance. Des femmes et des hommes n’hésitent pas à s’impliquer. Certaines et certains rachètent et font revivre des bâtiments, d’autres vont offrir un spectacle ou éla- borent toutes sortes d’animations. Mer- veilleux ! Merci.
Marcel Winistoerfer Conseiller municipal
4 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
L’art de saisir les bonnes occasions Moutier est certainement une cité passionnée de cyclisme sous toutes ses formes. La preuve en sera donnée les 29 et 30 avril avec des courses populaires pour commencer et le départ d’une étape du Tour de Romandie le jeudi. Ainsi, pour la troisième fois en sept ans, la cité prévôtoise se montre en accueillant l’une des plus belles courses cyclistes d’Europe, elle qui avait déjà été la cité hôte de championnats du Monde de vélo trial ou de courses de fourcross en pleine ville.
Dans la tête de Richard Chassot, l’étape du 29 avril du Tour de Ro- mandie devait être une répétition
de la fameuse étape du Tour de France qui avait mené les coureurs de Belfort à Porrentruy en visitant toutes les bosses de la région. Le forfait de Belfort qui aurait voulu voir le départ de cette étape fixé au 1er mai a mis les organisateurs du Tour de Romandie dans l’embarras. Mou- tier était ainsi l’une des cités sollicitées pour prendre le relais. Pour le Conseil municipal, pas question d’hésiter, surtout lorsque l’on sait que Pierre Mertenat est toujours partant pour organiser de telles étapes et que le personnel communal ne rechigne pas à se mettre en quatre pour assurer le succès d’une telle manifes- tation : « Il n’est d’ailleurs pas question de monter un comité d’organisation qui multiplie les séances, confie Pierre Mer- tenat. Nous nous rencontrons le moins souvent possible pour nous répartir les tâches et ça marche très bien ainsi. » Rien d’étonnant d’ailleurs puisque Moutier a déjà mis sur pied un départ en 2008 et accueilli une arrivée en 2012.
Le souci du détail
La mise sur pied d’une telle manifestation ne souffre pas l’approximation. Dans ces conditions, mieux vaut jouir d’une telle expérience. Pierre Mertenat, Gérard Sau- vain pour la PC, Marco Fernandez pour la Municipalité et quelques membres du club cycliste ont ainsi pris l’habitude de répondre aux exigences des organisateurs du Tour de Romandie. Et ça marche. Si- non, comment expliquer l’assiduité des organisateurs de la boucle romande à venir faire étape à Moutier.
Une vraie fête…
Plus encore qu’une arrivée d’étape, un départ représente une occasion unique d’approcher les coureurs de près. Ceux- ci ont en effet l’obligation de venir signer une liste de départ près de l’Hôtel-de- Ville. Une occasion unique pour les col-
lectionneurs d’autographes de solliciter la griffe des meilleures cyclistes du monde. En effet, de par son appartenance au World Tour, le Tour de Romandie accueille les dix-huit meilleures équipes du monde dont une bonne partie de ceux qui seront ensuite les animateurs du Giro.
…puis la course
La vieille ville de Moutier sera donc en fête dès le 29 avril avec les courses de la vieille ville (voir ci-contre). Mais comme il n’y a pas de meilleure compagnie qui ne se quitte, les coureurs quitteront Moutier le 30 avril à 13 heures pour se diriger vers Roches. Après être passés par Vicques, les cyclistes attaqueront la première diffi- culté du jour sous la forme de la route du Béclet. Les coureurs effectueront encore un deuxième passage à Moutier à 13 h 48, avant de prendre la direction de Porren- truy où l’étape se terminera vers 16 h 40.
T O
U R
D E
R O
M A
N D
IE T
O U
R D
E R
O M
A N
D IE
5 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
COURSE DE LA VIEILLE VILLE – 29 AVRIL 2015
COURSES CYCLISTES DES ECOLIERS – 1ER DEPART 18H30 Distance (selon catégorie) : de 0.4 km à 2.4 km Nbre de tours (selon catégorie) : de 1 à 8
COURSE A PIED – DEPART 20H00 Distance : 5.5 km Nbre de tours: 6
DEPART 18H30
L’art de saisir les bonnes occasions
Les enfants ont toujours l’opportunité de récolter des autographes auprès des coureurs.
Les sportifs prévôtois s’affronteront sur ces deux
parcours le 29 avril.
COURSE DE LA VIEILLE VILLE – 29 AVRIL 2015
COURSES CYCLISTES DES ECOLIERS – 1ER DEPART 18H30 Distance (selon catégorie) : de 0.4 km à 2.4 km Nbre de tours (selon catégorie) : de 1 à 8
COURSE A PIED – DEPART 20H00 Distance : 5.5 km Nbre de tours: 6
DEPART 18H30
ARRIVEE DEPART 20H00 ARRIVEE
Course à pieds Départ 20h Distance: de 5,5 km Nbre de tours 6
Course cycliste des écoliers 1er départ 18 h 30 Distance (selon catégorie) : de 0,4 km à 2,4 km Nbre de tours (selon catégorie) : de 1 à 8
A vélo bien sûr, mais aussi à pied Afin de profiter de l’engouement suscité par le Tour de Romandie et d’offrir à la population une soirée sportive, mais chaleureuse, le Réseau d’activité physique et de sport de la Prévôté organise la « Course de la Vieille Ville » le 29 avril. Le programme comprend non seulement un critérium cycliste pour les enfants qui aura lieu dès 18 h 30, mais également une course pédestre de 5 km dont les partici- pants fouleront les pavés dès 20 h. 18 h 30 : Critérium cycliste pour les enfants Catégories filles et garçons : – Poussins : années de naissance 2009-2013, distance 0,32 km – Soft : 2007-2008, 0,64 km – Cross : 2005-2006, 1,6 km – Rock : 2003-2004, 2,4 km – Mega : 2001-2002, 2,4 km
20 heures : Course à pied pour les adultes Catégories femmes et hommes, 5,5 km Ces deux courses prendront place sous la forme de boucles serpentant dans la vieille ville de la cité prévôtoise. Bien que chronométré, cet événement se veut populaire. Ainsi, les distances et tracés prévus sont à la portée de tous. Les inscriptions se font auprès de MSO Chrono (www.mso-chrono.ch) jusqu’au 27 avril 2015. La finance d’inscription se monte à 10 francs pour les adultes et est gratuite pour les enfants (les inscriptions sur place seront également possibles, mais seront sujettes à majoration). Un prix souvenir est prévu pour tous et un prix spécial sera décerné à l’équipe ou à la société la plus représentée. Pour ajouter au côté festif de cette soirée, différentes personnalités du monde sportif seront de la partie. Chantal Daucourt – trois fois championne d’Europe en VTT – ainsi que Markus Ryffel – médaillé olympique sur 5’000 mètres – sont d’ores et déjà annoncés pour cette occasion. Par ailleurs, la buvette, avec restauration chaude, du Club Cycliste Moutier, participera sans nul doute à la convivialité de cette manifes- tation.
6 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Par Dominique DUMAS
É L U
Patrick Roethlisberger est né à Neu- châtel le 2 janvier 1960. Le gamin n’a que peu de temps pour savou-
rer les joies d’habiter au bord d’un lac. Lorsqu’il a huit ans, ses parents décident de s’établir à Court. C’est là que Patrick effectue l’essentiel de sa scolarité, ne passant qu’une année sur les bancs de l’école primaire de Bévilard, suite à un nouveau déménagement de ses parents. Il ne s’éloignera d’ailleurs pas de Bévi- lard pour effectuer son apprentissage de mécanicien de précision chez Wahli. Pendant quatre ans donc, il assimile les mystères de la mécanique pour décrocher son diplôme en 1979. C’est d’ailleurs au sein de cette même entreprise Wahli que Patrick entame une carrière qui le verra progresser dans l’usine au point de deve- nir responsable du montage de la multi Wahli.
La voie de l’indépendance
Au milieu des années quatre-vingt, avec l’accord de son patron, il choisit la voie d’une semi-indépendance. Il installe donc un atelier à son domicile tout en conti-
nuant de travailler à mi-temps chez son ancien employeur. C’est d’ailleurs lui qui fournit une part du travail du jeune indépendant. Suffisamment pour que, à mi-1986, Patrick Roethlisberger décide de vraiment voler de ses propres ailes. C’est à cette époque qu’il glisse un orteil dans la politique. Juste de quoi être candidat à la commission d’école de Bévilard pour le parti radical, de ne pas être élu et d’ou- blier cette petite aventure.
Sergent-major
Patrick Roethlisberger n’aime pas rester dans le rang. Ainsi, quand il est enrôlé par l’amée dans ses services complémen- taires, il n’attend pas que le pensum se passe mais suit les cours nécessaires pour devenir chez de service. Lors de la sup- pression du service complémentaire et son intégration à l’armée dite normale, il deviendra sergent-major et servira notam- ment dans un groupe hôpital.
Côté loisirs, le mécanicien ne s’éloigne guère de son métier, lui qui adore se plon- ger sur de vieilles – ou plutôt d’anciennes – machines de courses qu’il fait rouler
lors de quelques compétitions. On le voit donc au volant de sa Fiat 127, lui qui avec un de ses fils, entretient assidûment une Fiat 131 Abarth ou une ancienne Alfa notamment.
Une boîte à Moutier
Après quelques péripéties, Patrick Roeth- lisberger installe son entreprise puis son foyer à Moutier. Une TPE comme on a tendance à classifier l’atelier qui occupe son fondateur, son fils, un apprenti et son épouse pour tout ce qui est administratif. A quelques mois de déménager à la rue de Soleure, il ne se plaint pas trop, même si la fameuse affaire du franc fort ne le fait pas sourire : « Certains clients nous ont demandé des rabais allant jusqu’à 15 %, raconte l’industriel. Ce n’est bien sûr pas possible. Mais nous sommes contraints de suivre le mouvement au cas par cas pour garder nos clients. Et puis, il faut bien reconnaître que certains four- nisseurs nous font aussi bénéficier de cer- tains rabais à la suite de la décision de la banque nationale. »
LE PORTRAIT DE FAMILLE DU CONSEIL DE VILLE
Il y a cinq ans à peine, le nom de Patrick Roethlisberger était inconnu dans le microcosme politique régional. Le petit industriel prévôtois s’illustrait certes dans la formation d’apprentis, mais se tenait éloigné des partis. Et puis, en 2010, il s’inscrivait au parti libéral radical dont il est devenu, à fin mars, président pour le Jura bernois. Cette année, pour sa deuxième législature au sein du Conseil de Ville, il occupe la présidence avec la volonté de diriger les débats sereinement. Patrick Roethlisberger est donc prêt à savourer cet honneur, même s’il regrette la mesquinerie de ceux qui ne lui ont pas apporté leur voix.
PATRICK ROETHLISBERGER « LORSQUE JE ME LANCE DANS QUELQUE CHOSE, JE M’Y CONSACRE À FOND ».
Patrick Roethlisberger a toujours été bernois
et entend le rester.
7 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Passionné
« Ce que j’ai appris en cinq ans de poli- tique, c’est que j’avais pris la bonne décision. » Au point de prendre la prési- dence de la section locale du parti avant de poursuivre avec celle du Jura bernois : « Au sein de la section de Moutier, j’ai ainsi instauré un pique-nique et un sou- per pour que les adhérents se connaissent mieux. Au début, j’ai rencontré un cer- tain scepticisme et maintenant, lorsque je prends un peu de retard pour annoncer la date, les téléphones pleuvent. »
Bernois convaincus
Engagé à fond dans la politique, Patrick Roethlisberger l’est aussi lorsqu’il s’agit d’aborder la Question jurassienne : « J’ai toujours été bernois sans être pour autant un activiste, mais je ne vois pas pourquoi je changerais de canton. Je me sens bien dans ce canton et je ne suis pas persuadé du tout que nous serions mieux ailleurs. Je pense aussi que ceux qui ne partagent pas mes idées dans ce domaine sont éga- lement convaincus, au point qu’aucun ar- gument ne les fera changer d’avis. » Alors
Rapide ascension
Patrick Roethlisberger ne figurerait pas dans cette rubrique s’il n’était pas membre du Conseil de Ville. Et s’il l’est, c’est parce qu’il a été sollicité par Syl- vain Astier en 2010 : « J’aurais aussi pu répondre favorablement à un appel de l’UDC, reconnaît-il aujourd’hui. Mais la question ne s’est pas posée. » C’est ainsi que notre industriel se retrouve en lice pour un siège au Conseil de Ville : « Je pensais tout au plus être suppléant. Et puis, j’ai été élu. » Au point de prendre goût à la chose politique et de se plaire au sein d’une autorité dans laquelle règne une ambiance pas si mauvaise que cela : « A part quelques petits éclats, les choses se passent plutôt bien. » Reste que, même s’il n’a pas fait l’unanimité, Patrick Roeth- lisberger a gagné une élection qui le verra présider le conseil et donc faire en sorte que les choses se passent bien. Mais n’est-ce pas un peu tôt, après une seule législature, que de présider un législatif ? « Non. J’ai en effet siégé au bureau les années précédentes et donc appris bien des choses. »
tout est joué à deux ans du vote qui verra Moutier choisir son canton ? « Non, mais ce ne sont que les indécis qu’il s’agira de convaincre. J’entends le faire en présen- tant des arguments réels et vérifiables, et non des supputations. C’est sur la bataille des arguments irréfutables que nous de- vrons convaincre. »
Pas pire qu’ailleurs
« Vivre à Moutier n’est pas pire qu’ail- leurs, reprend le président du Conseil de Ville. Les infrastructures sont bonnes, nous sommes au centre d’un noeud fer- roviaire et serons bientôt pleinement des- servis par une route nationale. Il se passe aussi pas mal de choses, tant sur le plan culturel que sur le plan sportif. Il manque peut-être un peu d’activités culturelles pour les gens de notre âge. Mais nous sommes bien loin d’être une cité-dortoir. »
8 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
« riait sur les rangs pendant l’exercice » 2puis, trois mois plus tard, pour avoir « après l’extinction des feux et après une première défense faite » 3,(…) imité des cris d’animaux et fait du bruit dans les chambrées »4. En outre, le rapport de son capitaine en 1904 dit de lui qu’il est as- sez minimaliste et a grand besoin d’être stimulé pour bien faire. Le 23 décembre 1910, le jour de ses 28 printemps, Ansel- me décroche le brevet n°328 de l’Aéro- Club de France et s’impose comme l’une des principales figures des milieux d’avia- tion sportive.
Mais c’est dans le feu des combats de la guerre imminente que notre « cancre doué » mettra tout son talent, sa témérité et son ingéniosité au point d’accomplir un exploit qui vaudra à notre natif de Mou- tier une légion d’honneur fort méritée. Nous vous narrerons dans les prochains numéros du présent journal le détail de ses hauts faits, derrière les lignes enne- mies ainsi que la manière avec laquelle il réussit à se soustraire à la surveillance de ces derniers en compagnie d’un certain Roland Garros…
Musée du Tour automatique et d’histoire
Stéphane Froidevaux
Anselme Marchal prévôtois d’origine et héros de la Première Guerre Mondiale
M U
S É
E M
U S
É E
Après avoir publié en 2012 un ouvrage monographique sur Henri Cobioni (1881-1912), pionnier de l’aviation né à Tavannes et ayant vécu en Prévôté de nombreuses années, le Musée du Tour automatique et d’histoire de Moutier fait escale auprès d’un autre aviateur haut en couleurs et ayant vu le jour dans notre localité à la fin du 19e siècle, le lieutenant Anselme Marchal.
Ce dernier est le fils d’Emilie Chate- lain, dont le grand-père n’est autre que Célestin Chatelain, fondateur
des Verreries de Moutier. Son père se pré- nomme également Anselme et s’avère être le propriétaire et directeur de la Verrerie ainsi que de la Tuilerie prévôtoises, par le rachat de ces entreprises à son beau-père. C’est lui-même qui met le pied à l’étrier à Nicolas Junker en lui permettant d’ac- quérir le bâtiment de la Glacerie (actuel Pantographe) au sein du complexe de la Verrerie et pour y développer son premier atelier de mécanique.
Anselme (fils) voit le jour le 23 décembre 1882 dans la bâtisse familiale communé-
ment nommée « le chalet », magnifique propriété qui s’érige alors en face de la zone industrielle et qui fut rasée dans les années 1960 pour laisser place au quar- tier d’habitations destinées aux ouvriers de la Verrerie et de l’entreprise Tornos (actuel quartier « Sur-Menué »).
Retour en France
Probablement peu après 1892 et suite à de nombreuses faillites et déconvenues qui ternissent drastiquement sa situation, la famille Marchal quitte notre Prévôté pour s’en retourner en France, dont elle est ori- ginaire. Nous ne savons que très peu de choses sur l’adolescence de celui qui de- viendra un véritable héros de la Première Guerre Mondiale et qui se distingua par un courage et une audace peu communs. Il est incorporé dès 1902 au 144e Régi- ment d’Infanterie de Bordeaux. Certains témoignages émanant de ses camarades d’infanterie ou encore de sa fiche signa- létique le décrivent comme un homme de taille relativement petite (1,61 m), trapu, tout en nerfs, aux épaules massives et aux gestes lents et mesurés. Son visage ovale est surmonté d’un front de volonté et souligné par un menton rude d’homme tenace et acharné. Notre homme dégage « une impression de force patience et te- nace »1.
Un gai luron
Lors de son premier séjour sous les dra- peaux, Anselme Marchal est puni par deux fois : d’abord en mars 1903 car il
1C VILLATOUX, Paul et Marie-Catherine, L’extraordinaire épopée du lieutenant Marchal : pilote de missions spéciales pendant la Grande Guerre, éd. Histoire et Collections, 2013, p. 9 2Op. cit. p.9 / 3Op. cit. p.9 / 4Op. cit. p.9
Anselme Marchal probablement peu après la fin de la Grande Guerre.
La maison de la famille Marchal-Chatelain, communément appelée « le Chalet » et où Ansleme Marchal fils vit le jour en 1882.
9 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
A ACCEPTÉ • par 39 voix, l’arrêté relatif à la libé-
ration d’un crédit indexable de Fr. 650’690.— pour la réfection des infras- tructures souterraines et du revêtement de surface de la rue Vigneule ;
• à l’unanimité, l’arrêté relatif à la libé- ration d’un crédit indexable de Fr. 984’035.— pour la réfection du tronçon inférieur de la rue Neuve ;
• par 41 voix, l’arrêté relatif à l’adoption de la modification du Plan de quartier « Aux Laives » ;
• par 41 voix, l’arrêté relatif à l’adoption du Plan de quartier « Moulin II » ;
• par 37 voix, la motion urgente du PSA, du 08.12.2014, visant à renégocier le contrat qui lie la commune à la société générale d’affichage en instaurant un article relatif à l’interdiction d’afficher des publicités en faveur du petit crédit (points 1 et 2 du texte de l’interven- tion) ;
• par 38 voix, la motion urgente du PSA, du 08.12.2014, visant à renégocier le contrat qui lie la commune à la société générale d’affichage en instaurant un article relatif à l’interdiction d’afficher
L É G I S L AT I F
Lors de sa séance du 30 mars 2015,
le Conseil de Ville :
C O
N S
E IL
D E
V IL
L E
des publicités en faveur du petit crédit, sous la forme du postulat (points 3 et 4 du texte de l’intervention) ;
• par 39 voix, le postulat du Groupe UDC, du 27.10.2014, demandant d’augmenter l’offre en déchèterie surveillée de Mou- tier.
A REJETÉ • par 34 voix, la motion du PSA, du
22.09.2014, relative à une mise en ser- vice étendue de la patinoire prévôtoise;
A DEVELOPPÉ • la motion du Groupe Interface, du
27.10.2014, « Moutier – Pôle de déve- loppement économique cantonal » ;
• la motion du RPJ, du 26.01.2015, de- mandant l’attribution d’un mandat de délégué à l’animation en vieille ville et au commerce local ;
• l’interpellation urgente de M. Alain Piquerez du Rauraque, du 02.03.2015, relative au respect et à la conformité des zones de protection des eaux sou- terraines pour la captage de la source de la Foule à Moutier.
A PRIS CONNAISSANCE • du rapport du Conseil municipal relatif
à la planification financière 2014-2019 ; • de la réponse du Conseil municipal à
l’interpellation du Groupe Interface, du 27.10.2014, proposant une « Journée du bonjour » ;
• de la réponse du Conseil municipal à l’interpellation du RPJ, du 27.10.2014, relative à la sécurité en vieille ville ;
• de la réponse du Conseil municipal à l’interpellation du PSA, du 08.12.2014, concernant la révision de l’horloge de l’Hôtel de Ville ;
• de la réponse du Conseil municipal à l’interpellation du PLR, du 08.12.2014, visant à répondre à des problèmes aux- quels sont confrontés certaines per- sonnes pour se rendre à La Poste lors de manifestations en vieille ville ;
• de la réponse du Conseil municipal à la question écrite du PDC, du 27.10.2014, relative aux dépliants électoraux du Groupe Interface.
10 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
A G
E N
D A
FESTIVAL DES PETITES OREILLES www.ccpmoutier.ch
Samedi 25 avril – dimanche 31 mai – Expo
Darko VULIC, peintures, dessins, sculptures Galerie du Passage Me, je, ve de 14 h à 18 h / Sa de 10 h à 12 h / Di de 17 h à 19 h
Samedi 25 avril – Théâtre
CRI CAILLOU BRISE Chantemerle – 20 h Cri Caillou Brisé est une pièce abordant le phénomène des Boat People au travers d’un personnage singulier. www.ccpmoutier.ch
Samedi 25 avril – Soirée soutien
SOUPER DE SOUTIEN DE L’UNIHOCKEY CLUB Sociét’halle – 19 h Tournoi populaire d’Unihockey samedi 30 et dimanche 31 mai à la halle polysport. www.ucmoutier.ch
Mercredi 6 mai – Enfants
HEURE DU CONTE Bibliothèque – 15 h et 16 h Contes de printemps avec Michèle Linder. Pour les enfants de 4 à 10 ans. Création de cartes postales mercredi 3 juin de 15 h à 17 h pour les enfants de 5 à 12 ans. Participation gratuite sur inscription. Téléphone 032 493 59 69 ou 078 772 93 07 / Courriel [email protected]
Mercredi 6 mai – Discussions et échanges
CAFE PARENTS Centre de jeunesse – 19 h 30
Samedi 9 mai – Musique
MUSIQUE DU MONDE - VIOLONS BARBARES Salle de Chantemerle – 20 h Deux violons extraordinaires et des percussions tout aussi singulières… une musique étrange, fascinante, remplie d’énergie, d’inspiration folk et pourtant résolument contemporaine !
3
1
9
6
7
11 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
13
12
11
14
8
10
9
CONCERT DE L’ASCENSION Collégiale – 17 h
Olivier Messiaen et chants grégoriens
Mercredi 20 mai – Cinéma
LA LANTERNE MAGIQUE Le Cinoche – 13 h 30 et 15 h 30
Jeudi 21 mai – Divertissement
Dès 15 ans
SPECTACLE DE DANSE « SHIVER » Salle de Chantemerle – 20 h
Un univers en tension : un frisson garanti. Discussion avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation. Modératrice : Varuna Singh
Atelier de danse et rencontre avec Nicole SEILER samedi 30 mai à la Sociét’halle
www.ccpmoutier.ch Dans le cadre de la saison Evidanse
Samedi 6 et Dimanche 7 juin – Art
MOUT’ART – MARCHE DE L’ART
Musée jurassien des Arts – 11 h à 17 h Marché des artistes, vente d’oeuvres et rencontre en toute simplicité. Organisation Club
jurassien des Arts www.musee-moutier.ch
Mercredi 10 juin – Santé
Vendredi 12 / Samedi 13 et dimanche 14 juin – Spectacle
CIRQUE HELVETIA
Place Ste-Catherine
Vendredi 19 h / Samedi 15 h et 18 h / Dimanche 15 h
TOUTES LES INFOS CONCERNANT
WWW.MOUTIER.CH
14
11
13
ET AUSSI… Avril 18 Soirée des amis du FC Moutier 18 Concert Amstutz-Plikplok 22 La lanterne magique 23, 25, 26 Tir populaire 25, 26 Tir des écoliers 26 Concert Unassisted Fold 26 Concert Unassisted Fold 29 Course de la vieille ville
Mai 23 Etape Juracime Moutier-La Tour de Moron 30 Quartier Libre
Juin 3 Café Parents
P U
www.hjbe.ch
Rue du 23 Juin 40 / 2800 Delémont / 032 422 36 57/ [email protected]
Boutique M o d e e n f a n t i n e 0 - 1 4 a n s
sanitaire - chauage Installations
Dépannages
Entretien
ROLAND MARCIONETTI
Brevet fédéral
2740 Moutier 1 - Case postale 626 Téléphone 032 493 32 85 - Natel 078 602 32 18 Téléfax 032 493 39 17 E-mail: [email protected] - http://www.marcionetti.ch
KREBS - FLEURS
HORTICULTEUR - FLEURISTE
KREBS - FLEURS
HORTICULTEUR - FLEURISTE
PLUS Partner
Nouveau Nouveau
Réparation / Vente
Menuiserie
13 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
P U
B L
I C
I T
P IS
C IN
E P
IS C
IN E
Horaire
Toute la saison, tous les jours de 9 h à 20 h.
Bassins
Grand bassin de nage de 50 mètres avec demi-lune. Nouveau bassin de jeux et nouvelle pataugeoire avec plage pour les tout-petits. Le toboggan d’une longueur de 56 mètres est modifié avec une arrivée indépendante, afin d’améliorer la sécurité des baigneurs. Deux plongeoirs, douches chaudes, bassin tourbillon de 22 mètres de longueur et 40 cm de profondeur (Kids River).
Installations de jeux
Tennis de table, jeux de ballon, jeux flot- tants, terrain de beach volley, tourelles en bois, dôme gonflable.
Pour les petits
Pataugeoires, cabanes, balançoires, jeux d’eau.
Depuis la saison 2010, la piscine de Mou- tier dispose d’un système informatique pour la gestion des abonnements. Doré- navant les cartes sont munies d’un code- barres.
La piscine municipale lance une pré- vente des abonnements, avec une ré- duction de Fr. 5.–. Les intéressés peuvent profiter de cette offre du 11 au 15 mai 2015 à la caisse de la piscine munici- pale, de 13 h 30 à 18 h.
Si vous êtes déjà en possession d’une carte d’abonnement, il suffit de se rendre à la caisse de la piscine pour la réactiver.
14 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Visite de courtoisie au maire de Granges
Mardi 3 mars, le maire de Moutier a eu le plaisir de répondre à l’invitation du maire de Granges auquel Maxime Zuber a rendu une visite de courtoisie qui fut surtout l’occasion pour ces présidents d’échanger sur de nombreuses préoccupations communes à nos deux villes : l’une berceau de l’horlogerie suisse, l’autre capitale des microtechniques.
Différents sujets ont été abordés lors de cette rencontre : la pérennité de la ligne ICN Bienne-Delémont-Bâle,
la défense de la voie ferroviaire Moutier- Soleure, le 100e anniversaire du tunnel BLS de Granges, le développement éco- nomique stimulé par des groupes comme
ETA (qui compte des sites de production dans chaque ville), les effets du franc fort sur l’industrie, le rôle de notre région face aux pôles urbains et aux forces centrali- satrices, les échanges linguistiques (par exemple entre apprentis des deux villes), la politique énergétique, l’organisation et le fonctionnement des autorités.
Ces échanges seront prolongés et appro- fondis lorsque Me François Scheidegger rendra la politesse à Moutier lors d’une rencontre analogue agendée en août pro- chain.
Le Conseil municipal considère qu’il faut profiter de la situation privilégiée de la ville de Moutier qui l’ouvre au Plateau suisse, au Jura, au Thal soleurois, à la Regio basiliensis, etc... et surtout entre- tenir les contacts qui contribuent à son rayonnement. Cette visite s’inscrit dans cette logique.
CarPostal et la Ville de Moutier ont procédé à la remise de prix officielle du « Grand concours prévôtois » lancé en novembre 2014.
Les cinq heureux gagnants des pre- miers prix, soit des voyages à Euro- pa-Park pour deux personnes en car
postal, ont été conviés à un apéritif et se sont vu remettre leur gain par Monsieur le Maire Maxime Zuber et par Ian Hen- nin, Responsable marketing voyageurs à CarPostal Suisse SA. Pour rappel, ce concours comportait plus de 120 lots pour une valeur totale de plus de 3’800 francs.
CarPostal et la Ville de Moutier félicitent tous les gagnants et souhaitent à tous les prévôtois bon voyage avec les Transports Urbains de Moutier !
E T
C O
O P
É R
A T
IO N
T R
A N
S P
O R
T S
E T
C O
O P
É R
A T
IO N
M. Maxime Zuber, maire (PSA) de Moutier, reçu à l’arrivée de l’ICN par Me François Scheidegger, maire (PLR) de Granges. (Photo : Oliver Menge, Grencher Tagblatt)
De gauche à droite : M. Ian Hennin (CarPostal Suisse SA), M. Vuille, Mme Schwarb, Mme Studer, Mme Perriard, M. Zuber (Maire de Moutier). Manque sur la photo : M. Frattaroli
Gagnants récompensés
15 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Gagnants récompensés
Le cœur de Tornos bat toujours à Moutier
Vous parlant de la machine-outil, les anciens vous diront se souvenir de l’époque où Moutier employait chaque jour plus de 2500 personnes dans ses usines de Pétermann, Bechler et de Tornos. Aujourd’hui, les effectifs sont moindres, mais le savoir-faire prévôtois est toujours porté dans le monde entier par Tornos, même si le fabricant propose aussi des machines fabriquées en Chine et à Taïwan.
P our Carlos Paredes, nouveau respon- sable des opérations et du dévelop- pement chez Tornos, les choses sont
claires. Le fait de produire des machines d’entrée et de milieu de gamme en Chine n’entache en rien la réputation de Tor- nos dans le monde : « Je n’aime d’ailleurs pas cette appellation d’entrée ou de bas de gamme, ou même celle de milieu de gamme. Toutes nos machines, qu’elles soient fabriquées à Moutier ou ailleurs doivent répondre au même standard de qualité. Je préfère donc que l’on parle de niveau de complication ou de sophis- tication des différentes familles de ma- chines. »
Conçues en Prévôté
Tornos a donc franchi le pas de la délo- calisation de fabrication de certaines ma- chines. Après une première démarche un peu différente allant dans ce sens au Ja- pon qui n’a pas donné satisfaction, c’est sous son propre nom que Tornos fabrique ses machines en Chine et à Taïwan : « Il ne s’agit pas de produire des machines pour satisfaire notre clientèle asiatique et de continuer à produire les machines pour l’Europe à Moutier. Toutes les machines produites, quel que soit le lieu de produc- tion dans le monde, sont vendues dans le monde entier. » Les choses sont quelque peu différentes en ce qui concerne la conception et la fabrication du cœur des machines : « Je ne pense pas que tout peut être produit en Chine, reprend M. Pare- des. Les parties qui nécessitent le plus de précision et de savoir-faire continuent à être fabriquées à Moutier. Ceci nous coûte en peu en souplesse puisqu’il faut par exemple acheminer les broches réalisées en Suisse en Chine, mais la qualité de nos produits est certainement à ce prix. Dans le même ordre d’idées, la fabrication des machines les plus sophistiquées de notre gamme continue à être effectuée à Mou- tier. Quant à la conception et au dévelop- pement, ils restent prévôtois pour toutes les machines. Ainsi, nos clients achètent toujours de vraies Tornos. »
Atouts régionaux
Carlos Paredes ne connaît pas Moutier depuis longtemps. Il s’est bien vite rendu compte d’une chose : « Il n’y a pas une
famille qui ne compte pas en son sein une ou plusieurs personnes qui travaillent dans la mécanique. Ainsi, ce domaine d’activité jouit d’une bonne image dans la région. D’autre part, nous sommes proches de nos clients qui œuvrent dans l’horlogerie et dans le médical. Ceci nous permet d’être davantage à leur écoute et de développer avec eux des produits qui leur conviennent. Certains les testent quand ils sont encore en phase de déve- loppement. Cet avantage de proximité que nous offre notre implantation à Mou- tier vaut aussi pour les sous-traitants, très nombreux dans la région. »
Un trésor, la main-d’œuvre
Le maintien des activités de Tornos à Moutier passe aussi par un autre élément essentiel : le savoir-faire de ses employés : « Pour le maintenir, nous continuons à former des apprentis, poursuit M. Pare- des. C’est notre devoir mais c’est aussi avantageux pour nous. Ceci nous permet de conserver les professionnels dont nous aurons besoin à l’avenir, des jeunes qui jouissent de connaissances sélectionnées avec les formateurs pour répondre aux besoins de notre branche industrielle. »
Certains d’entre eux quittent la maison Tornos une fois leur formation achevée. Mais leur savoir n’est pas perdu, tant leurs connaissances sont exploitées dans des entreprises qui font de la sous-traitance pour Tornos et pour les autres entreprises de la région. De quoi, autour de la vitrine que reste Tornos pour la région, confir- mer la vocation industrielle de Moutier.
Après 34 ans passés chez Agie
Charmilles, Carlos Paredes
la mécanique.
IN D
U S
T R
IE IN
D U
S T
R IE
16 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Calendrier des déchets 2015 janvier à juin
wwww.moutier .ch
Urgences Hôpital de Moutier 032 493 40 40
Médecin de service en cas d’urgence 0900 93 11 11
Dentiste de service en cas d’urgence 032 466 34 34
La Main tendue 143
Ligne d’aide pour les enfants et les jeunes 147
REGA 1414
Intoxication 145
Service de piquet des Services industriels (eau-électricité) 032 494 12 22
Numéro d’urgence en cas de catastrophe 0840 80 2740
Pharmacies de service Services de nuit et de dimanche
Dimanches et jours fériés de 10 h à 12 h et de 18 h 30 à 19 h
Centre Migros 032 493 28 80 11-17 avril • 25 avril-1er mai • 30 mai-5 juin
Centre Coop 032 493 66 57 18-24 avril • 9-15 mai • 23-29 mai • 13-19 juin
Gare 032 493 32 02 2-8 mai • 16-22 mai • 6-12 juinC
Ô T
É P
R A
T IQ
U E
C Ô
T É
P R
A T
IQ U
E
17 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
D aniel Dünner représente la troisième génération de la fabrique d’outillage fondée par son grand-père en 1935.
Cette entreprise il la connaît donc bien, lui qui en-dehors de ses études à l’école de micromécanique de Bienne, suivies d’une formation de technicien d’exploi- tation à Neuchâtel, n’a jamais travaillé ailleurs. Et puis un jour, en douceur, venu pour donner un coup de main, il s’est retrouvé patron de la boîte. Aujourd’hui, elle produit sur deux sites à Moutier avec une quinzaine d’employés, prête à relever de nouveaux défis et à répondre aux nou- velles exigences du marché. Et il y a fort à parier que la saga familiale se poursui- vra avec deux des trois fils de Daniel déjà actifs dans l’entreprise.
Vous connaissez la musique
L’entreprise Dünner est bien sûr active dans l’outillage. Mais pas seulement. Ain- si, il y a quelques années, Daniel Dün- ner eut l’idée folle de se lancer dans la confection de becs de clarinette. Le pro- duit semblait convenir à de nombreux musiciens, mais sa production ne démar- rait pas vraiment. Outre le fait d’œuvrer dans un marché de niche, l’industriel se rendait compte que le marché était blo- qué. « Tant que tu ne t’intéressais qu’à quelques musiciens du coin, les choses se passaient bien. Mais dès que le mu- sicien perçait ou que l’on contactait des virtuoses, je me rendais compte que tout
Le touriste qui surprendrait une conversation du côté de la rue de Soleure où il serait question de canons pourrait imaginer qu’une guerre se prépare dans la paisible Helvétie. Pour le ramener à la réalité des propos échangés, il suffirait de le faire pénétrer dans les ateliers de l’entreprise Walter Dünner SA, une de ces petites entreprises comme il en existe beaucoup dans la région prévôtoise et qui fabrique de l’outillage, dont les fameux canons sans qui une machine-outil ne serait rien.
le monde était sous contrat et que celui qui voulait percer devait se soumettre à des exigences qui excluaient de fait notre produit. »
Toujours innover
Cette petite mésaventure pouvait aussi se produire dans le domaine de l’outillage et dans ces fameux canons qui n’ont rien de guerrier. Ainsi, Dünner SA avait commer- cialisé des canons en céramique et métal qui avaient comme inconvénient de né- cessiter l’utilisation d’huile chlorée : « Et puis, comme de bien entendu, alors que ce produit marchait de mieux en mieux, l’huile chlorée a été interdite », confie Daniel Dünner. Une déconvenue qui ne devrait pas survenir avec le dernier-né des canons maison, le dünnAir. Comme son nom l’indique, il a besoin d’une arri- vée d’air pour fonctionner. Aujourd’hui, il existe déjà pour certaines machines et le développement pour d’autres machines- outils se poursuit.
Sacré taux plancher
Ces dernières années, Dünner SA expor- tait trois quarts de ses produits, une pro- portion ramenée depuis à 50 %. Même ainsi, l’abandon du taux plancher par la BNS n’a pas fait sourire : « Il est clair que des demandes de rabais nous sont parvenues, en particulier pour les pro- duits standards que l’on trouve aussi ail- leurs. Pour les spécialités par contre, les
demandes sont moins exigeantes. Mais avant de céder, il nous arrive d’exiger des clients qui bénéficieraient de rabais de payer à trente jours au lieu de 90 ou 120. Souvent, la demande de rabais disparaît alors. »
A Moutier bien sûr
Un moyen de mieux s’en sortir consis- terait peut-être à produire à l’étranger : « Peut-être, poursuit Daniel Dünner. Ceci nous éviterait certaines taxes d’entrées dans le pays et nous ferait bénéficier de coûts de main-d’œuvre plus faibles. Nous avons d’ailleurs été sollicités à plusieurs reprises pour nous établir en Inde ou en Chine. Je n’en vois par contre pas l’intérêt. Je suis persuadé que nous pouvons conti- nuer à produire à Moutier des produits de qualité au prix que le marché est prêt à payer. Ici, nous jouissons de grands avan- tages. Certains collègues m’ont dit qu’en Chine il n’était pas rare de se retrouver sans électricité au milieu de la journée. A Moutier, pas de problème. Il nous est même possible d’acheter de l’énergie renouvelable à des prix abordables, ce que j’apprécie particulièrement. D’autre part, je trouve ici tout ce qui est néces- saire à mon entreprise. Lorsque l’on voit la hausse des coûts de transport, c’est plutôt positif. Enfin, nous trouvons faci- lement le personnel motivé que nous for- mons nous-mêmes pour répondre à nos besoins. »
IN D
U S
T R
IE IN
D U
S T
de plus pacifiques
Par Dominique DUMAS
Messieurs Graber, Hêche et Zuber (de gauche à droite), dans la salle du Conseil municipal, lors de la séance de préparation du 25 février 2015.
tion positive de cette affaire source de très vives réactions et d’une large mobilisa- tion des populations et usagers qui, sans cette heureuse issue, auraient dû subir des perturbations, nuisances et inconvé- nients majeurs.
Zuber, maire et président de la Députa- tion francophone au Grand Conseil.
Le Conseil municipal tient à exprimer sa plus vive gratitude à Claude Hêche et à tous les élus, particuliers, associations, qui se sont engagés en vue d’une résolu-
Le 27 février 2015, le Service jurassien des infrastructures annonçait que l’Office fédéral des routes donnait enfin son accord pour une utilisation d’un tronçon de l’autoroute A16 qui permette d’éviter une fermeture complète de la route cantonale RC6 à la Roche St-Jean durant les derniers travaux planifiés dans ce secteur.
Cette solution est le fruit d’une dyna- mique de concertation et de collabo- ration à plusieurs niveaux, avec une
résolution finale apportée par l’interven- tion déterminante de Claude Hêche, pré- sident du Conseil des États. La séance de préparation de la rencontre décisive entre messieurs Hêche et Juerg Roethlisberger, directeur de l’Office fédéral des routes, s’est déroulée la veille, à l’Hôtel de Ville de Moutier en présence de Jean-Pierre Graber, conseiller national et de Maxime
18 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
Les autorités fédérales à l’écoute
Point de récolte de la Halle aux marchandises (déchetterie) Horaire d’été Dès le 1er avril et jusqu’au 30 novembre 2015, le point de récolte de la Halle aux marchandises (déchetterie) sera ouvert selon l’horaire suivant : Lundi, mardi et jeudi de 13 h 15 à 16 h Mercredi de 10 h à 11 h 45 et de 13 h 15 à 18 h Samedi de 10 h à 12 h Les citoyens sont invités à respecter les horaires d’ouverture et à ne déposer aucun déchet ou objet en dehors de ces heures.
La vieille ville de Moutier ayant retrouvé un certain cachet du fait de nombreuses rénovations, le Conseil municipal avait souhaité réintroduire le marché du same- di matin en ces lieux. Après deux années de tentatives infructueuses en dépit des nombreux efforts consentis et malgré des moyens financiers mis à disposition par le Conseil municipal, force est de constater que la clause du besoin à cet endroit n’est pas établie.
Ainsi, à la demande du principal mar- chand, dès le 1er avril 2015 et jusqu’à nouvel avis, cette manifestation sera à nouveau organisée sur la Place du Mar- ché comme par le passé, sur inscription à la Chancellerie municipale au tél. 032 494 11 11, jusqu’au vendredi à 11 h.
Les marchands intéressés sont donc priés de s’annoncer à la Chancellerie où ils re- cevront les informations utiles.
Une réflexion plus globale concernant l’animation du centre ville sera entreprise par la Commission économique et des propositions seront transmises au Conseil municipal dans un proche avenir.
Marché du samedi matinC IR
C U
L A
T IO
N C
IR C



PETIT DE LA BICHE





19 M A G A Z I N E D ’ I N F O R M A T I O N D E L A V I L L E D E M O U T I E R
MOTS-FLÉCHÉS
Par Dominique DUMAS
Noé Fabrizio pourrait se contenter de mener sa vie d’étudiant, par- tagée entre les bancs du gymnase
de Bienne et des loisirs très actifs. Il y a même fort à parier que personne ne s’en prendrait à lui lorsqu’il se plaindrait des difficultés qu’il rencontre lorsqu’il désire pratiquer le skateboard dans de bonnes conditions. Bref. Noé, qui consacre ses loisirs à pratiquer la trottinette en frees- tyle, le roller en freestyle et le ski en freestyle bien sûr, souhaiterait pouvoir disposer avec ses copains d’un lieu d’en- traînement. Certes, il pourrait se rendre du côté de la patinoire, où subsistent les restes d’une rampe. Celle-ci accuse toute- fois le poids des ans et les séquelles d’une conception, sans tôle de soutien, peut-être pas des plus heureuses. La preuve que la place actuelle ne convient pas vraiment ? La fréquentation en forte baisse du lieu et, au fil des années, les récriminations de vagues de passionnés qui souhaiteraient disposer de meilleures infrastructures.
Pour le plaisir et plus si entente
Noé Fabrizio est donc de ceux qui rêvent de disposer de meilleures installations. Pour progresser et mener une carrière de pro dans le freestyle ? « Je ne dis pas que ce rêve n’est pas un petit peu caché au fond de moi, confie-t-il. Mais actuelle- ment, ce sont les études qui comptent. Il ne faut pas que je me disperse trop si j’en- tends poursuivre dans le journalisme ou la psychologie à l’étage supérieur. » Cette concentration sur les études n’empêche
La jeunesse a le privilège de pouvoir aussi se nourrir de rêves. Pour éviter l’indigestion, certains décident de passer du royaume des songes à celui de la réalité et d’empoigner les problèmes à bras le corps. Noé Fabrizio fait certainement partie de ceux qui, non contents de militer pour que leurs envies se concrétisent, passent de la parole aux actes. A 17 ans passés de quelques mois, Noé Fabrizio est donc devenu président de l’association Skatepark Moutier.
pas Noé d’être de ceux qui ont formé un groupe de travail composé de jeunes du Centre de jeunesse, mais aussi de politi- ciens. Objectif de ces rencontres ? Trouver une solution en répondant à la fois aux souhaits des jeunes et à la situation finan- cière de la commune.
Un sérieux atout
L’association Skatepark Moutier présidée par Noé Fabrizio est devenue l’interlo- cutrice numéro un de la Municipalité lorsque celle-ci a décidé d’empoigner ce dossier. Et elle a un atout. Tout d’abord celui d’avoir pu se procurer un peu d’argent en tenant des stands lors de manifestations. Et puis, surtout serions- nous tentés d’écrire, le fait de ne pas exiger le matériel le plus performant du moment. Non, dans ces envies figure la possibilité de reprendre la structure de la rampe existante, de la refaire et d’utili- ser une partie du reliquat en caisse pour fabriquer eux-mêmes quelques éléments. Mais pour que l’idée tienne la route, en- core faut-il trouver un lieu couvert pour passer du projet à la réalité : « Si nous devions rester à ciel ouvert, les matériaux nécessaires à la construction d’une rampe et de quelques éléments ne seraient plus les mêmes et les coûts bondiraient. »
Tel un sauveur
Francis Koller a déjà porté toutes les cas- quettes. Ne lui manquait que celle de sauveur. C’est en effet de lui que vient l’idée de louer à l’association quelque
400 mètres carré de la partie inférieure du Forum de l’Arc pour y poser rampe et modules. Certes, l’accès ne serait pas gratuit, mais avec 16’000 francs de loca- tion à débourser sur deux ans, la pilule ne serait pas trop dure à avaler. Une facture relativement basse due certainement au fait qu’il faudrait libérer les lieux lors du SIAMS ou d’autres manifestations qui oc- cuperaient la surface : « Mais avec des mo- dules construits sur palette, il ne devrait pas y avoir de gros problèmes, estime Noé. Et puis, ce lieu nous permettrait aussi d’organiser quelques événements qui renfloueraient nos caisses. »
Aide communale ?
La caisse de l’association est donc actuel- lement plutôt vide et semblerait consti- tuer un obstacle important lorsqu’il s’agi- rait de s’acquitter d’une location : « Nous avons sollicité la commune pour qu’elle nous accorde une subvention nous per- mettant de payer le loyer les premières années. Ceci nous laisserait le temps de nous installer et de trouver des solutions durables pour la suite. Je pense que le dossier est en bonne voie. Un sondage réalisé dans les derniers degrés de l’école obligatoire, il y a deux ans, avait démon- tré que 70% des jeunes fréquenteraient un skatepark s’il y en avait un à Moutier. Nous ne pouvons pas abandonner ces jeunes qui veulent pratiquer un sport en pleine expansion. »
NOÉ FABRIZIO
P O
R T
R A
IT P
O R
T R