2 questions préalables, 20 mn par question. 1. Étymologie / Définitions : Sens (sensation) ;...

download 2 questions préalables, 20 mn par question. 1. Étymologie / Définitions : Sens (sensation) ; Vérité. 2. Notions / Concepts / Prise de vue : De la sensation.

of 13

  • date post

    04-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    106
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of 2 questions préalables, 20 mn par question. 1. Étymologie / Définitions : Sens (sensation) ;...

  • Page 1
  • 2 questions pralables, 20 mn par question. 1. tymologie / Dfinitions : Sens (sensation) ; Vrit. 2. Notions / Concepts / Prise de vue : De la sensation aux sentiments et la connaissance. La chose en soi existe-t-elle ? : Berkeley ou Kant; qui dit vrai ? 3. Questions / Discussion : 2 questions pralables, 20 mn par question. 4. En guise de conclusion Mdiathque A. Malraux (Bziers) 25 septembre 2013 Nos sens nous disent-ils la vrit ?
  • Page 2
  • tymologie et dfinitions tymologie Sens vient du latin sensus, action de percevoir par les sens. Vrit vient du latin veritas, de verus, vrai. Dfinitions : Larousse sur internet (extraits): Sens : Chacune des fonctions psychophysiologiques par lesquelles un organisme reoit des informations sur certains lments du milieu extrieur, de nature physique (vue, audition, sensibilit la pesanteur, toucher) ou chimique (got, odorat). Vrit : - Adquation entre la ralit et l'homme qui la pense. - Connaissance ou expression d'une connaissance conforme la ralit, aux faits tels qu'ils se sont drouls ; les faits rels eux-mmes : Le tmoin a cach la vrit. Dictionnaire de philosophie : La philosophie de A Z (extraits) : Sens : Fonction permettant au corps de percevoir ce qui se passe en dehors de lui, grce prcisment aux organes qui commandent les cinq sens. Vrit : Tandis que la ralit est par dfinition indpendante de lhomme, la vrit est toujours de lordre du discours ou encore de la reprsentation. Proccupation essentielle de la recherche philosophique, la vrit nest donc ni un fait, ni un donn. Au contraire, elle doit toujours tre recherche.
  • Page 3
  • Notions / Concepts / Prise de vue De la sensation aux sentiments et la connaissance. Perception Intuition / Raison EntendementConnaissance Quand je regarde cet arbre, est-ce larbre que je vois ou lide que je men fais ? Puis-je connatre en vrit la chose en soi ? Sensations AffectsEmotions/Sentiments
  • Page 4
  • Notions / Concepts / Prise de vue La chose en soi existe-t-elle ? Ralisme contre Idalisme / Kant (1724-1804) ou Berkeley (1685-1753) : qui a raison ? Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! La chose en soi existe indpendamment de la perception que jen ai. Primat de la chose en soi. Primaut de lesprit qui cherche dvoiler en vrit la chose en soi. Dialectique des ordres esprit-matire. La chose en soi est inaccessible. Quimporte sa ralit. Primat de la perception. Primat et primaut de lesprit indpendamment de la chose en soi. Disjonction des ordres esprit-matire. Croire en lexistence de la chose en soi, c'est croire que notre esprit n'est ni la source ni la mesure de tout, que l'tre existe indpendamment de lui, et donc que toute connaissance en vrit doit se soumettre la ralit. Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, la table en soi existe ! Mme si je nen perois que les phnomnes, cet arbre en soi existe ! Quimporte cet arbre en soi ! Seule la perception que jen ai compte !
  • Page 5
  • QUESTIONS 1.Percevoir, est-ce connatre ? 2.Connatre, est-ce dtenir la vrit ? Avant la question principale : 3.Nos sens nous disent-ils la vrit ? Deux questions pralables :
  • Page 6
  • 1. Percevoir, est-ce connatre ? Percevoir, nest-ce pas plus que sentir ? Connatre, nest-ce pas plus que percevoir ?
  • Page 7
  • 1. Percevoir, est-ce connatre ? Si la connaissance suppose la sensation et la perception, comment pourrait-elle sy rduire ? Si la sensation est louverture du corps au monde, la perception louverture de lesprit au corps et au monde, la connaissance nest-elle pas louverture de lesprit la vrit du monde ? Percevoir, nest-ce pas se reprsenter ce qui se prsente ? Parce quelle unifie les sensations, la perception nest-elle pas notre ouverture au monde ? 2.Connatre, nest-ce pas plus que percevoir ? Connatre, nest-ce pas penser ce qui est comme cela est ? Autrement dit, la connaissance nest-elle pas un certain rapport dadquation entre le sujet et lobjet, entre lesprit et le monde, entre la vrit de lentendement et la vrit de la chose ? Mais comment la vrit de lentendement pourrait-elle se passer de la raison en tant que filtre et/ou moyen de contrle des intuitions explicatives spontanes concernant la chose en soi ? 1.Percevoir, nest-ce pas plus que sentir ? Toute perception ne suppose-t-elle pas plusieurs sensations lies et organises ? Comme disait Anaxagore : Lesprit met tout en ordre . Lesprit ne se contente pas de sentir, il unifie les sensations : nous voyons des tches colores, par exemple, tandis que nous percevons un paysage. Si connatre cest plus que percevoir, nest-ce pas parce que toute connaissance, parce quelle tend la vrit, ne peut se passer de la raison ?
  • Page 8
  • 2.Connatre, est-ce dtenir la vrit ? Quest-ce que la vrit ? Qu'est-ce que connatre ?
  • Page 9
  • 2. Connatre, est-ce dtenir la vrit ? Parce quelle ne serait quune certaine relation dadquation entre deux vrits distinctes, toute connaissance nest-elle pas dfinition toujours relative ? Si connatre ce n'est pas dtenir la vrit, ne serait-ce pas vouloir sans cesse s'en approcher le plus prs possible ? Par consquent la vrit ne ressortirait-elle pas de deux ordres distincts : Celle des noncs : la vrit de lentendement du sujet pensant Celle des faits : la vrit de la chose en soi, de ltre, de lobjet auquel le sujet pense 2.Quest-ce que connatre ? Si connatre, cest penser ce qui est comme cela est, comment la connaissance pourrait-elle ne pas tre concerne par la vrit ? Toute connaissance nest-elle pas un certain rapport dadquation entre le sujet pensant et lobjet de ses penses, entre lesprit et le monde, entre les deux vrits prcites (lune intrinsque, lautre extrinsque) : 1.Quest-ce que la vrit ? La vrit est norme delle-mme et du faux Dit Spinoza. La vrit serait donc une abstraction : il ny aurait que des faits ou des noncs vrais. Mais cest une abstraction ncessaire qui nous permet seule de penser, dit ACS, puisque sans cette normativit, il ny aurait aucun moyen de se tromper, ni de se tromper pas, pas plus que de mentir ni de ne mentir pas. Si la connaissance est une adquation plus ou moins exacte entre deux vrits distinctes, nest-ce pas prcisment ce qui permet de distinguer la connaissance de la vrit mme ?
  • Page 10
  • 3.Nos sens nous disent-ils la vrit ? De quelle vrit s'agit-il : de celle qui dpend de moi ou de celle dont je dpends ? Vrit des sentiments ou de la connaissance ?
  • Page 11
  • 3. Nos sens nous disent-ils la vrit ? 2.Vrit des sentiments ou de la connaissance ? Sentiments : Si la sensation est un rapport au corps et au monde; le sentiment n'est-il pas un rapport soi et autrui ? Tandis que le corps sent (sensation), l'esprit ne ressent-il pas (sentiment) ? Si je dpends de mes sensations, mes sentiments n'en dpendent-ils pas en aussi ? Connaissance : Comment la connaissance pourrait-elle se passer de la raison en tant que filtre et/ou moyen de contrle des intuitions explicatives spontanes concernant la vrit de la chose en soi ? 1.De quelle vrit s'agit-il : de celle qui dpend de moi ou de celle dont je dpends ? De la vrit intrinsque de mon tre dont les sentiments qui l'animent dpendent de ce que j'aime et dsire ? De la vrit extrinsque mon tre : celle de l'autre, de la chose en soi qui ne dpend pas de moi et dont je dpends ? Pour tout tre, n'y aurait-il pas deux catgories de vrit ? L'une intrinsque lui et qui dpend des sentiments et des valeurs qui l'animent ? L'autre extrinsque lui et qui dpend de la connaissance qu'il a du monde qui l'entoure ? Le cur aurait-il ses raisons que la raison ne pourrait pas connatre ? Mes sens ne me diraient-ils pas plus la vrit de mon tre que ma raison ? Ma raison ne me dirait-elle pas plus la vrit de la chose en soi que mes sens ?
  • Page 12
  • Relativit de la connaissance; absoluit de l'tre ? Si la connaissance relve de la vrit indpendamment de ce que je dsire, la vrit de mon tre ne dpend-il de mes actes et de mes valeurs qui dpendent eux de ce que je veux ou dsire ?
  • Page 13