1 - Résistance Catholiqueresistance-catholique.org/mystere-iniquite/Mystere-dIniquite.pdf · ~ 4 ~...

of 187 /187
~ 1 ~

Embed Size (px)

Transcript of 1 - Résistance Catholiqueresistance-catholique.org/mystere-iniquite/Mystere-dIniquite.pdf · ~ 4 ~...

  • ~ 1 ~

  • ~ 2 ~

    TABLE DES MATIRES DU LIVRE MYSTRE D'INIQUIT

    Chapitre 1 : GNRALITS

    1.1: MYSTRE D'INIQUIT : Enqute thologique, historique et canonique

    1.2: PRFACE DE MGR DOLAN

    1.3: AVANT-PROPOS

    1.4: INTRODUCTION

    1.4.1: Quelques citations stupfiantes

    1.4.2: Le plan maonnique d'infiltration de l'glise

    1.4.3: Enqutes thologique, historique et canonique

    Chapitre 2 : ENQUTE THOLOGIQUE : L'INFAILLIBILIT PONTIFICALE

    2.1: PEUT-IL ARRIVER QU'UN PAPE DVIE DE LA FOI

    2.1.1: L'infaillibilit pontificale prfigure par la chaire de Mose

    2.1.2: Les vangiles

    2.1.3: Les Pres de l'glise

    2.1.4: Saint Thomas d'Aquin

    2.1.5: Les papes

    2.2: PEUT-IL ARRIVER QU'UN PAPE ENSEIGNE UNE ERREUR DANS LA FOI ?

    2.3: UN PAPE PEUT-IL TOMBER DANS L'HRSIE EN TANT QUE "DOCTEUR PRIV" ?

    2.3.1: Le rejet de la notion de "docteur priv" par les pres du Vatican

    2.3.2: Saint Bellarmin rfute les partisans de la thse du "docteur priv hrtique"

    2.3.3: Les Pres du Vatican commentent le "formulaire d'Hormisdas" : les pontifes romains sont "IMMUNISES contre l'erreur"

    2.3.4: Un pape ne dfaillira "JAMAIS" dans la foi : tel est le dogme dfini par Pie IX et le Pres du Vatican

    2.4: L'HISTOIRE ECCLSIASTIQUE CONNAT-ELLE DES CAS O UN PONTIFE A SOUTENU UNE HRSIE ?

    2.4.1: Des fables calomnieuses, cent fois rptes

    2.4.2: Saint Pierre

    2.4.3: Saint Libre

  • ~ 3 ~

    2.4.4: Honorius Ier

    2.4.5: Jean XXII

    2.5: DES COURANTS HRTIQUES A L'ORIGINE DE LA NGATION DE L'INFAILLIBILIT PONTIFICALE

    2.5.1: Les courtisans de Louis de Bavire

    2.5.2: L'attentat contre le pape Boniface VIII

    2.5.3: Les bourreaux de sainte Jeanne d'Arc

    2.5.4: Le grand schisme d'occident

    2.5.5: Les gallicans

    2.5.6: Les hussites

    2.5.7: L'hrsie de Pierre d'Osma

    2.5.8: Les protestants

    2.5.9: Les jansnistes

    2.5.10: Les fbroniens

    2.5.11: Les francs-maons

    2.5.12: Les vieux-catholiques

    2.5.13: Les modernistes

    Chapitre 3 : ENQUTE HISTORIQUE : INFILTRATIONS ANCIENNES ET MODERNES

    3.1: UNE CINQUANTAINE D'ANTIPAPE

    3.1.1: Quelques donnes statistiques

    3.1.2: Usurpateurs hrtiques ou flirtant avec les hrtiques

    3.1.3: "Anaclet II"

    3.1.4: Rampolla

    3.2: UNE CENTAINE DE CONCILIABULES

    3.3: VATICAN II : CONCILE INFAILLIBLE OU CONCILIABULE FAILLIBLE

    3.3.1: Vatican II : pastoral ou dogmatique

    3.3.2: Magistre infaillible extraordinaire ou ordinaire

    3.3.3: Valeur d'obligation de Vatican II

    3.3.4: Contradiction entre Vatican II et la doctrine catholique

  • ~ 4 ~

    3.3.5: Est-il permis de contester ce conciliabule ?

    3.3.6: Conclusion

    3.4: WOJTYLA EST-IL CATHOLIQUE ?

    3.4.1: Une doctrine htroclite

    3.4.2: Wojtyla a-t-il approuv ex cathedra les hrsies

    3.4.3: "Je crois en Dieu le Pre tout-puissant" [ERREURS SUR LA PUISSANCE POLITIQUE]

    3.4.4: Je crois en Dieu, "crateur de toutes choses" [VOLUTIONNISME]

    3.4.5: Je crois "en un seul Seigneur, Jsus-Christ" [LE CHRIST-ROI DTRN PAR L'HOMME-ROI]

    3.4.6: Je crois au "Fils unique de Dieu" [JSUS N'EST PAS LE MESSIE]

    3.4.7: Je crois que le Fils est "consubstantiel au Pre" ["DE MME NATURE" D'APRS ARIUS ET L'GLISE CONCILIAIRE]

    3.4.8: Je crois qu'"Il a pris chair de la Vierge-Marie" [ATTAQUE CONTRE LE DOGME DE L'IMMACULE CONCEPTION]

    3.4.9: Je crois qu'"Il est descendu aux enfers" [HRSIES D'ABLARD ET DE CALVIN]

    3.4.10: Je crois qu'"Il est mont au cieux" [FICTION MTAPHORIQUE]

    3.4.11: "Je crois qu'"Il viendra juger les vivants et les morts" [HRSIE DE ZANINUS DE SOLCIA AMPLIFI PAR WOJTYLA]

    3.4.12: "Je crois au Saint-Esprit" [TROIS PCHS WOJTYLIENS CONTRE LE SAINT-ESPRIT]

    3.4.13: Je crois "l'glise, une sainte, catholique et apostolique" ["LA RELIGION LA CARTE"]

    Chapitre 4 : ENQUTE CANONIQUE : LA VISIBILIT DE L'GLISE

    4.1: UN NON-CATHOLIQUE EST-IL PAPABILE ?

    4.1.1: Une loi de droit divin

    4.1.2: Un principe constant de la lgislation ecclsiastique bimillnaire

    4.1.3: La constitution apostolique Cum ex apostolatus (1559) du pape Paul IV

    4.1.4: Paul IV a port un jugement ex cathedra

    4.1.5: Le pape saint Pie V ordonne que les prescriptions de Paul IV soient "observes inviolablement"

  • ~ 5 ~

    4.1.6: Le pape saint Pie V fait insrer la bulle de Paul IV dans le code de droit canonique

    4.1.7: Le pape pie XII confirme l'inligibilit des non-catholiques au souverain pontificat

    4.1.8: Conclusion

    4.2: RONCALLI, MONTINI, LUCIANI ET WOJTYLA ONT-ILS DVIS DE LA FOI AVANT LEUR LECTION ?

    4.2.1: Le serment antimoderniste de Saint Pie X trahi

    4.2.2: Application pratique de la loi Angelo Roncalli

    4.2.3: Application pratique de la loi Giovanni Battista Montini

    4.2.4: Application pratique de la loi Albino Luciani

    4.2.5: Application pratique de la loi Karol Wojtyla

    4.2.6: Conclusion

    4.3: LE SIEGE PONTIFICAL PEUT-IL SUBSISTER TEMPORAIREMENT SANS PAPE ?

    4.3.1: L'absence de pape

    4.3.2: Conclusion

    4.4: LES QUATRE NOTES DE L'GLISE VISIBLE

    4.4.1: La note d'unit

    4.4.2: La note de saintet

    4.4.3: La note de catholicit

    4.4.4: La note d'apostolicit

    4.4.5: L'glise conciliaire ne possde point les quatre notes de l'glise visible !

    4.4.6 : Conclusion

    Chapitre 5 : CONCLUSION

    5.1: L'INVALIDIT DES CONCLAVES

    5.2: L'"ABOMINATION DE LA DSOLATION DANS LE LIEU SAINT"

    5.3: APOLOGIE DE L'GLISE ROMAINE

    5.4: LA VERTU D'ESPERANCE

    Chapitre 6 : POSTFACE

  • ~ 6 ~

    Chapitre 7 : ANNEXES

    7.1: ANNEXE A : Honorius Ier ; un pape "brillant par sa doctrine", qui "rendit rudit le clerg"

    7.1.1: L'orthodoxie d'Honorius prouve par les tmoignages de ses contemporains et par ses propres crits

    7.1.2: Premires supercheries (640-649) contre Honorius, dmasques par les contemporains du pape dfunt

    7.1.3: La falsification des actes du VIe concile cumnique (680-681)

    7.1.4: Escroqueries des Grecs contre Honorius dfinitivement condamnes par l'glise

    7.1.5: Les ouvrages historiques qui traient Honorius d'hrtiques sont interdits par l'glise

    7.2: ANNEXE B : la bulle de Paul IV insr dans le droit canon

    7.3: ANNEXE C : Qu'est-ce qu'un "hrtique" ?

    7.3.1: La pertinacit

    7.3.2: Nul n'est cens ignorer le magistre

    7.3.4: Roncalli, Montini, Luciani et Wojtyla sont-ils pertinace ?

    7.3.4: Les hrtiques ne font pas partie de l'glise

    Chapitre 8 : BIBLIOGRAPHIE

    8.1: Recueils de textes du magistre

    8.2: Ouvrages spcialiss sur la papaut

  • ~ 7 ~

    CHAPITRE 1

    GNRALIT

    1.1 MYSTRE D'INIQUIT : ENQUTE THOLOGIQUE, HISTORIQUE ET CANONIQUE

    " Le mystre d'iniquit se forme ds prsent [attendant] seulement [pour paratre au grand jour] que ce qui l'arrte ait disparu" (Saint Paul). INIQUE (adj.) : Qui manque gravement l'quit, trs injuste. Action inique, usurpatoire. INIQUIT (n.f.) : Corruption des murs; dpravation, tat de pch. [...] Voir illgalit. [...] Voir crime, usurpation. (Paul Robert: Dictionnaire alphabtique& analogique de la langue franaise, Paris 1981).

    NOTRE DAME DE LA SALETTE, QUI, EN MRE PRVOYANTE, A TOUT ANNONC ET QUI NOUS VEUT DANS SON ARME.

    NOTRE DAME DU SACR CUR QUI NOUS A SANS CESSE AID.

    SAINT JOSEPH, PROTECTEUR DE LA SAINTE GLISE.

    LA PAPAUT QUI NOUS A GUID TOUT AU LONG DE NOTRE ENQUTE SUR LE "MYSTRE D'INIQUIT". CAR, COMME LE DISAIT SAINT THOMAS

    D'AQUIN (QUAESTIONES QUODLIBETALES, Q. 9, A, 16) : "IL FAUT S'EN TENIR LA SENTENCE DU PAPE, QUI IL APPARTIENT DE PRONONCER

    EN MATIRE DE FOI, PLUTT QU' L'OPINION DE TOUS LES SAGES"

  • ~ 8 ~

    1.2 PRFACE DE MGR DOLAN

    THE MOST REVEREND DANIEL L. DOLAN 11144 Reading Road

    USA-45241 Cincinnati (Ohio) (001) 513-769 5211

    Chers amis,

    Je vous remercie de lenvoi du Mystre diniquit , que jai lu avec un vif intrt. Sa prsentation graphique attrayante et claire met en valeur le style limpide et logique.

    Je suis convaincu que ce livre contribuera considrablement ltude et au dbat portant sur les lments cruciaux qui permettent de comprendre comment lglise a t attaque

    notre poque.

    Je trouve particulirement frappante votre prsentation des jugements abondants du magistre de lglise, ainsi que celle des crits de nombreux thologiens et saints.

    Quelques-uns de ces textes sont quasi-inconnus, et vous avez rendu un grand service aux catholiques en les ressortant la lumire.

    Cela clairera bien des dbats qui sont malheureusement trop souvent descendus au niveau dopinions personnelles, darguments destins servir ses intrts propres, de

    thories alambiques.

    Largumentation dun homme vaut seulement ce que valent les autorits quil cite et vos arguments, chers amis, sont vraiment forts !

    Que Dieu vous bnisse, vous et votre uvre.

    En Jsus et Marie

    Mgr Daniel L. Dolan

  • ~ 9 ~

    1.3 AVANT PROPOS

    Si lon arrive dmontrer que toutes les "nouveauts" qui troublent aujourdhui lglise ne sont que des erreurs anciennes, constamment condamnes par Rome, on pourra conclure que lglise, en cette fin du XXe sicle, est occupe par une secte trangre, exactement comme un pays peut tre occup par une arme trangre (Jacques Ploncard dAssac : Lglise occupe, Chir-en-Montreuil 1975, deuxime dition 1983, p. 7).

    Dans cette guerre des ides, les crivains catholiques ont le devoir de donner lalerte. Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pense (Victor Hugo: Les chtiments, 1853, livre VII, ch. 1).

    Que personne ne simagine quil soit interdit aux particuliers de cooprer dune certaine manire cet apostolat, surtout sil sagit des hommes qui Dieu a dparti les dons de lintelligence avec le dsir de se rendre utiles. Toutes les fois que la ncessit lexige, ceux-l peuvent aisment, non pas certes sarroger le rle de docteurs, mais communiquer aux autres ce quils ont eux-mmes reu, et tre, pour ainsi dire, lcho de lenseignement des matres. Dailleurs, la coopration prive a paru aux Pres du concile du Vatican tellement opportune et fconde, quils ont cru devoir la rclamer formellement: "Tous les chrtiens fidles", disent-ils, "surtout ceux qui prsident ou qui ont la charge de lenseignement, nous les supplions par les entrailles de Jsus-Christ, et nous leur ordonnons, en vertu de lautorit de ce mme Dieu Sauveur, de donner leur zle et leur action pour carter et liminer de la Sainte glise ces erreurs, et pour rpandre la lumire de la foi la plus pure" (constitution Dei Filius, passage final). Que chacun donc se souvienne quil peut et quil doit rpandre la foi catholique par lautorit de lexemple, et la prcher par la fermet de la profession quil en fait. Ainsi, dans les devoirs qui nous lient Dieu et lglise, une grande place revient au zle avec lequel chacun doit travailler, dans la mesure du possible, propager la foi chrtienne et repousser les erreurs (Lon XIII : encyclique Sapientiae christianae, 10 janvier 1890).

    La prsente tude se veut tre simplement l'"cho" du magistre, une collection de documents et de textes de lglise une, sainte, catholique, apostolique et romaine.

    * * *

    Le mystre diniquit , crit laptre St. Paul, se forme ds prsent, [attendant] seulement [pour paratre au grand jour] que ce qui larrte maintenant ait disparu (2. Thessaloniciens II, 7). Quand la foi aura disparue presque partout, quand lapostasie gnrale sera arrive, alors se manifestera lAntchrist.

    Selon St. Paul, lAntchrist sassira dans le Temple de Dieu (2. Thessaloniciens II, 4). Commentant ce passage paulinien, St. Augustin enseigne que lAntchrist sera un homme individuel, mais que lon peut galement appliquer le mot Antchrist , au sens figur, une socit antichrtienne toute entire. Cet Antchrist collectif, qui doit prparer la voie lAntchrist individuel, sassira in templo Dei . En latin, fait remarquer St. Augustin, la prposition in peut se traduire par dans ou par la place de . Lexpression in templo Dei est donc susceptible dtre interprte dune manire littrale et dune manire figure :

    Au sens littral, ce sera un homme qui entrera dans le Temple pour sy faire honorer personnellement comme un tre divin.

  • ~ 10 ~

    Au sens figur, ce sera une socit apostate, une fausse glise qui usurpera la place de la vritable glise. Ce sera une socit dapostats srigeant en Temple de Dieu , une clique dinfiltrs qui prtendront reprsenter lglise du Christ. Ce passage, qui a rapport lAntchrist, sentend non seulement du prince des impies, mais en quelque sorte de tout ce qui fait corps avec lui, cest--dire de la multitude des hommes qui lui appartiennent . Il faut interprter non pas "dans le Temple de Dieu", mais bien plutt "en Temple de Dieu", comme si lAntchrist tait lui-mme le Temple de Dieu, qui nest autre chose que lglise (St. Augustin: Cit de Dieu, livre XX, ch. 19). Ainsi donc, lAntchrist sera (ou est dores et dj !) une secte hrtique prtendant reprsenter lglise catholique.

    Saint Augustin rapporte comment va se drouler le triomphe au grand jour du mystre diniquit. Dautres pensent que les mots : vous savez ce qui le retient (2. Thessaloniciens II, 6) et dores et dj le mystre diniquit est luvre (2. Thessaloniciens II, 7) se rapportent uniquement aux mchants et aux simulateurs qui sont dans lglise. Jusquau moment o, se multipliant, ils atteindront un nombre suffisant former le grand peuple de lAntchrist. Cest le mystre de liniquit, parce quil se cache. Les paroles de lAptre seraient donc une exhortation aux fidles demeurer fermes dans la foi [...] jusqu ce que cela se manifeste en sortant du milieu, cest--dire jusqu ce que le mystre diniquit qui est momentanment cach surgisse du milieu de lglise (Cit de Dieu, livre XX, ch. 19).

    Une autre interprtation de 2. Thessaloniciens mrite dtre rapporte ici, mme si elle provient dun exgte gure connu. Cet exgte est un moine franais, qui vcut de 1092 1156. Il sappelle Pierre le vnrable. Cest un saint canonis (fte le 25 dcembre), autrefois clbre pour son rudition, mais aujourdhui tomb dans loubli. Et cest bien dommage, car cet auteur semble avoir eu des lumires spciales pour exposer la Sainte criture. Voici, en effet, son commentaire de lptre aux Thessaloniciens, commentaire qui claire singulirement notre poque :

    Le Christ a permis ceci : que lAntchrist - tte de tous les schismatiques - sigerait dans le Temple de Dieu, que les siens [= les chrtiens] seraient exils, et que ceux qui ne sont pas les siens occuperaient un jour le Sige de Pierre (St. Petrus Venerabilis : De miraculis libri duo, livre II, ch. 16).

    1.4 INTRODUCTION

    1.4.1 : Quelques citations stupfiantes

    1.4.2 : Le plan maonnique d'infiltration de l'glise romaine

    1.4.3 : Enqutes thologique, historique et canonique

  • ~ 11 ~

    1.4.1. QUELQUES CITATIONS STUPFIANTES

    Voici quelques affirmations qui ont de quoi laisser perplexe :

    Les lments du marxisme sont de nature mettre beaucoup dhommes sur la voie du christianisme vcu dune manire nouvelle. [... Nous voyons dans] lislam, lhumanisme, le marxisme, un dsir inconscient et une recherche ttonnante du vrai visage de Jsus-Christ, que nous, chrtiens, obscurcissons trop souvent (Le catchisme hollandais. Une introduction la foi catholique. Le nouveau catchisme pour adultes ralis sous la responsabilit des vques des Pays-Bas, Paris 1968, p. 58).

    Dans le bouddhisme, selon ses formes varies, linsuffisance radicale de ce monde changeant est reconnue et on enseigne une voie par laquelle les hommes, avec un cur dvot et confiant, pourront acqurir ltat de libration parfaite, atteindre lillumination suprme par leurs propres efforts ou par un secours venu den haut (dclaration conciliaire Nostra aetate, 28 octobre 1965, 2).

    Nous offrons le calumet au Grand Esprit, la mre Terre et aux quatre vents (prire rcite la demande de Wojtyla, le 26 octobre 1986 Assise).

    Que St. Jean Baptiste protge lIslam (prire rcite par Wojtyla lui-mme, le 21 mars 2000).

    Je viens vous, vers lhritage spirituel de Martin Luther, je viens comme plerin (rencontre de Wojtyla avec le Conseil de lglise vanglique, le 17 novembre 1980).

    Lathisme procure un libre panouissement spirituel (Wojtyla, 1er septembre 1980).

    Mettre lhomme sur lautel est le propre des francs-maons (Jacques Mitterrand, 33e grade, ancien Grand Matre du Grand Orient). Nous avons le culte de lhomme (Montini : discours de clture de Vatican II, 7 dcembre 1965).

    Nous ne pensons pas quun franc-maon digne de ce nom, et qui sest lui-mme engag pratiquer la tolrance, ne puisse se fliciter sans aucune restriction des rsultats irrversibles du Concile . Les catholiques devront se maintenir dans cette courageuse notion de la libert de pense, qui, partie de nos loges maonniques, sest tendue magnifiquement au-dessus du dme de saint Pierre (Yves Marsaudon : lcumnisme vu par un franc-maon de tradition, 1964, p. 119 - 121).

    Si le monde change, la religion ne devrait-elle pas changer aussi ? [...] Cest exactement la raison pour laquelle lglise a, en particulier aprs le concile, entrepris tant de rformes (Montini : audience gnrale, 2 juillet 1969).

    * * *

    A la lecture de ces phrases curieuses, on ne peut pas sempcher de se poser des questions. Mais que se passe-t-il donc Rome ?

  • ~ 12 ~

    1.4.2. LE PLAN MAONNIQUE D'INFILTRATION DE L'GLISE ROMAINE

    Voici des extraits du plan dinfiltration de lglise romaine, labor par la franc-maonnerie italienne et dcouvert par la police du pape Pie IX : Ce que nous devons chercher et attendre, comme les juifs attendent le messie, cest un pape selon nos besoins [...]. Pour nous assurer un pape dans les proportions exiges, il sagit dabord de lui faonner, ce pape, une gnration digne du rgne que nous rvons. Laissez de ct la vieillesse et lge mr ; allez la jeunesse [...]. Dans quelques annes, ce jeune clerg aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions; il gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du souverain, il sera appel choisir le pontife qui devra rgner, et ce pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera ncessairement plus ou moins imbu des principes [...] que nous allons commencer mettre en circulation [...]. Que le clerg marche sous votre tendard en croyant toujours marcher sous la bannire des clefs apostoliques [...]. Vous aurez prch une rvolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannire, une rvolution qui naura besoin que [...] dtre un tout petit peu aiguillonne pour mettre le feu aux quatre coins du monde (in: Crtineau-Joly : Lglise romaine en face de la rvolution, 1859, rdition Paris 1976, 1. II, p. 82 - 90).

    lpoque du concile de Vatican I, un haut dignitaire de la maonnerie se rjouit de lappui prcieux que nous trouvons depuis plusieurs annes dans un parti puissant, qui nous est comme un intermdiaire entre nous et lglise, le parti catholique libral. Cest un parti que nous tenons mnager, et qui sert nos vues plus que ne pensent les hommes plus ou moins minents qui lui appartiennent en France, en Belgique, dans toute lAllemagne, en Italie et jusque dans Rome, autour du pape mme (in: Mgr Delassus : Vrits sociales et erreurs dmocratiques, 1909, rdition Villegenon 1986, p. 399).

    Lon XIII (encyclique Inimica vis, 8 dcembre 1892) mit en garde lpiscopat dItalie. Les sectaires maons cherchent par des promesses sduire le clerg infrieur. quelle fin ? [...] Ce quils veulent, cest de gagner doucement leur cause les ministres des choses sacres, et puis, une fois enlacs dans les ides nouvelles, den faire des rvolts contre lautorit lgitime .

    Lon XIII mourut en 1903. La franc-maonnerie souhaita llection dun successeur imbu de lesprit maonnique. Voici le portrait du candidat idal, esquiss en 1903 par la revue maonnique Acacia : Un pape qui desserrerait les liens du dogmatisme tendus lexcs, qui ne prterait pas loreille aux thologiens fanatiques et dnonciateurs dhrsies, qui laisserait les exgtes travailler leur guise, se bornant maintenir une unit qui serait plutt une solidarit entre les diverses branches de lglise, qui nentrerait pas en lutte avec les gouvernements, qui pratiquerait et recommanderait la tolrance entre les autres religions, mme envers la libre-pense, qui ne renouvellerait pas lexcommunication de la franc-maonnerie (Acacia, septembre 1903, in: Lecture et Tradition, no 94, mars/avril 1982).

    En 1903, les catholiques faillirent avoir pour pape, la place de Giuseppe Sarto (Saint Pie X), le cardinal franc-maon Rampolla, secrtaire dtat de Lon XIII. Il concentra sur

  • ~ 13 ~

    lui la majorit des voix, mais fut cart suite lintervention de lEmpire austro-hongrois.

    Malgr cet chec ponctuel, le plan maonnique ne fonctionna que trop bien. Le pape saint Pie X (encyclique Notre charge apostolique, 25 aot 1910) dnona les infiltrations maonniques dans le Sillon (mouvement de la jeunesse chrtienne franaise). Nous ne connaissons que trop les sombres officines o lon labore ces doctrines dltres, qui ne devraient pas sduire des esprits clairvoyants. Les chefs du Sillon nont pu sen dfendre : lexaltation de leurs sentiments, laveugle bont de leur cur, leur mysticisme philosophique ml dune part dilluminisme, les ont entrans vers un nouvel vangile, dans lequel ils ont cru voir le vritable vangile du Sauveur, au point quils osent traiter Notre Seigneur Jsus-Christ avec une familiarit souverainement irrespectueuse, et que, leur idal tant apparent celui de la rvolution, ils ne craignent pas de faire entre lvangile et la Rvolution des rapprochements blasphmatoires .

    Le clerg tait galement infiltr. Sentant les modernistes (clercs ayant adopt les principes maonniques du rationalisme, du subjectivisme, de lindiffrence en matire de religion et de rforme de lglise) rder autour de lui, ce saint pape scria angoiss : Ennemis de lglise, certes ils le sont, et dire quelle nen a pas de pires, on ne scarte pas du vrai. Ce nest pas du dehors, en effet, on la dj not, cest du dedans quils trament sa ruine ; le danger est aujourdhui presque aux entrailles mmes et aux veines de lglise (encyclique Pascendi, 8 septembre 1907).

    Dans les annes vingt, la conjuration avait pris des proportions alarmantes, car non seulement le bas clerg et la jeunesse, mais aussi une partie notable du haut clerg militaient dsormais sous la bannire de la rvolution. Lors du consistoire secret du 23 mai 1923, Pie XI interrogea une trentaine de cardinaux de la curie sur lopportunit de convoquer un concile cumnique. Le cardinal Boggiani estima quune partie considrable du clerg et des vques taient imbus des ides modernistes. Cette mentalit peut incliner certains Pres prsenter des motions, introduire des mthodes incompatibles avec les traditions catholiques . Le cardinal Billot tait encore plus franc. Il exprima sa crainte de voir le concile manuvr par les pires ennemis de lglise ; les modernistes, qui sapprtent dj, comme des indices certains le montrent, faire la rvolution dans lglise, un nouveau 1789 (in: Mgr Marcel Lefebvre : Ils lont dcouronn. Du libralisme lapostasie. La tragdie conciliaire, Escurolles 1987, p. 158 - 159).

    la mort de Pie XII, le rve de la maonnerie se ralisa : une rvolution en tiare et en chape . Angelo Roncalli (qui stait fait initier dans une socit secrte en Turquie en 1935, puis stait affili une loge maonnique Paris) prit le nom de Jean XXIII . Il convoqua Vatican II, qui bouleversa entirement la religion, par exemple en proclamant la libert de pense, qui, partie de nos loges maonniques, sest tendue magnifiquement au-dessus du dme de Saint Pierre (Yves Marsaudon : Lcumnisme vu par un franc-maon de tradition, 1964, p. 121).

    Les partisans du changement sappellent conciliaires (nom driv du conciliabule Vatican II). Les opposants sappellent catholiques (en raison de leur attachement au catholicisme).

    * * *

  • ~ 14 ~

    Depuis 1958, Rome prend le contre-pied de ce que la papaut a toujours enseign. Certaines personnes font alors le syllogisme suivant : toutes les fois quil ne dfinit pas solennellement ex cathedra un dogme, un pape peut se tromper. Cest pourquoi on nest pas tenu de lui obir, chaque fois quil enseigne ou commande quelque chose de contraire la foi. Les hommes au pouvoir Rome depuis 1958 profrent des hrsies, mais pas ex cathedra. Donc ces hommes sont papes.

    Dautres personnes tablissent un syllogisme diffrent : lenseignement ex cathedra est vhicul non seulement par le mode extraordinaire (dfinitions solennelles), mais encore par le mode ordinaire (crits de tous les jours). Un pape ne se trompe aucun moment dans le domaine de la foi, car il est sans cesse assist par le Saint-Esprit, conformment la promesse formelle du Christ (Jean XIV, 15 - 17). Comment un pape vrai successeur de Pierre, assur de lassistance de lEsprit-Saint, peut-il prsider la destruction de lglise ? (Mgr Lefebvre, in: Bonum certamen, no 132, Nancy). Cette dfaillance ne serait-elle pas le signe que les hommes gouvernant le Vatican depuis 1958 ne sont pas de vritables papes, mais des usurpateurs, des occupants illgitimes du Sige de Pierre ?

    Ces faons denvisager le problme sont logiques toutes les deux. Seulement, un syllogisme peut tre logique tout en tant faux. Car tout dpend des prmisses desquelles on tire une conclusion. Si une prmisse est fausse, on arrive, par un raisonnement en lui-mme logique, une conclusion fausse. Avant de commencer raisonner en bon logicien, il est donc indispensable de sassurer que les bases sur lesquelles sappuie le raisonnement correspondent la ralit. La plupart des erreurs des hommes viennent moins de ce quils raisonnent mal en partant de principes vrais, que de ce quils raisonnent bien en partant de jugements inexacts ou de principes faux (Charles Augustin Sainte-Beuve : Causeries du lundi, Paris 1851-1862, t. X, p. 36)

    Afin de ne point raisonner dans le vide, nous avons entrepris une vaste enqute thologique, historique et canonique. Nous avons recueilli bien des informations et documents, afin de constituer une base trs solide cette tude, dont le plan est expos au point suivant.

    1.4.3. ENQUTE THOLOGIQUE, HISTORIQUE ET CANONIQUE

    I. ENQUTE THOLOGIQUE : LINFAILLIBILIT PONTIFICALE

    La prmisse quil faut clarifier est la suivante : un pape peut-il faire naufrage dans la foi ? La papaut nest-elle infaillible que tous les cent ans, lors dune dfinition solennelle (1854 : Immacule Conception ; 1950 : Assomption) ? Ou bien Notre Seigneur assiste-t-il le pape en permanence pour lempcher de tomber dans lhrsie ? Cette question sera traite au cours de la premire partie, consacre linfaillibilit pontificale. Elle comporte galement un chapitre sur des cas historiques de papes qui auraient failli, tels saint Libre, Honorius 1er ou Jean XXII.

    II. ENQUTE HISTORIQUE : INFILTRATIONS ANCIENNES ET RCENTES

    Au cours de la deuxime partie, le lecteur dcouvrira un fait auquel on ne pense gure: lhistoire de lglise connat une cinquantaine de pseudo-papes et une centaine de conciliabules (= assembles hrtiques, faux conciles). Ny aurait-il pas l des

  • ~ 15 ~

    prcdents la situation actuelle ? Nous examinerons si Vatican II fut un concile infaillible ou un conciliabule faillible.

    III. ENQUTE CANONIQUE : LA VISIBILIT DE LGLISE

    La troisime partie, consacre la visibilit de lglise, rpondra quelques questions vitales : Un non-catholique peut-il tre lu validement pape ? Lglise peut-elle subsister sans pape ? quels traits reconnat-on lglise visible ?

    CHAPITRE 2

    ENQUTE THOLOGIQUE : LINFAILLIBILIT PONTIFICALE

    2.1. PEUT-IL ARRIVER QU'UN PAPE DVIE DE LA FOI ?

    2.1.1 : L'infaillibilit pontificale prfigure par la chaire de Mose 2.1.2 : Les vangiles 2.1.3 : Les Pres de l'glise 2.1.4 : Saint Thomas d'Aquin 2.1.5 : Les papes

    "L'glise est infaillible dans son magistre ordinaire, qui est exerc QUOTIDIENNEMENT principalement par le pape, et par les vques unis lui, qui pour cette raison sont comme lui, infaillibles de l'infaillibilit de lglise, par le Saint-Esprit TOUS LES JOURS, [...]

    Question : A qui donc appartient-il CHAQUE JOUR que Dieu fait :

    1. de dclarer les vrits implicitement contenues dans la Rvlation ?

    2. de dfinir les vrits explicites ?

    3. de venger les vrits attaques ?

    Rponse : Au pape, soit en concile, soit hors du concile. Le pape est, en effet, "le Pasteur des pasteurs et le Docteur des docteurs" (Mgr d'Avanzo, rapporteur de la Dputation pour la foi du premier concile du Vatican, 1870).

    * * *

    Depuis la dfinition du dogme de linfaillibilit pontificale en 1870, les catholiques croient qu'un pape ne peut pas se tromper, lorsqu'il enseigne solennellement une vrit de foi, mais les avis sont partags quant son enseignement ordinaire. Un pape, infaillible dans les dfinitions solennelles, peut-il tomber dans l'hrsie dans son enseignement de tous les jours, ou bien l'assistance du Saint-Esprit fait-elle que sa foi ne puisse dfaillir aucun moment de son Pontificat ?

  • ~ 16 ~

    Dans le doute, il faut sen tenir ce qui a t cru partout et par tous dans les temps anciens car lantiquit ne peut pas tre sduite par la nouveaut (Commonitorium de St. Vincent de Lrins, 434). Que le pape puisse errer dans la foi est une thse apparue l'poque moderne sous l'impulsion de courants hrtiques (voir chapitre 5). Des thologiens catholiques se laissrent gagner par les ides nouvelles et soutinrent qu'un pape pouvait errer. Or cette nouveaut est, par le fait mme dtre nouvelle, non conforme la doctrine catholique traditionnelle. Cette doctrine traditionnelle, on la trouve dans lAncien et le Nouveau Testament, les Pres de l'glise, St Thomas dAquin et les crits des papes eux-mmes.

    2.1.1 ~ L'INFAILLIBILIT PONTIFICALE PRFIGURE PAR LA CHAIRE DE MOSE

    Pour commencer, prcisons quil ne fait pas confondre infaillibilit et impeccabilit . (1)

    Les docteurs de la Synagogue ancienne furent certes corrompus, mais nanmoins infaillibles. De mme quil y a eu, sous lAncien Testament, des prfigurations du Christ, de mme il y a eu une prfiguration de linfaillibilit pontificale. La chaire de Pierre est en effet prfigure par la chaire de Mose .

    La chaire de Mose de lancienne Synagogue tait infaillible. Lorsquune question relevant de la religion ou de la morale tait dispute ou pas assez claire, les juifs devaient soumettre leurs diffrends ou leurs doutes au verdict de la chaire de Mose. La chaire de Mose tait un tribunal, qui tranchait avec une autorit souveraine et infaillible les questions religieuses ou morales. Les scribes et pharisiens assis sur la chaire de Mose interprtaient la Loi, et ce sans aucune possibilit derreur.

    Alors Jsus sadressant au peuple et ses disciples leur dit : Les scribes et les pharisiens sont assis sur la chaire de Mose. Observez donc tout ce quils vous disent, mais ne faites pas ce quils font. Car, ils disent bien ce quil faut faire, mais ne le font point (Matthieu XXIII, 2 - 3).

    Commentaire de St Jean Chrysostome (Homlie 71, cite par St. Thomas dAquin dans sa Chane dor) : Afin que personne ne pt excuser sa ngligence pour les bonnes uvres par les vices de celui qui enseigne, le Sauveur dtruit ce prtexte en ajoutant : Faites tout ce quils vous diront etc. ... Car ce nest pas leur propre doctrine quils enseignent, mais les vrits divines dont Dieu a compos la loi quil a donne par Mose. 1 Cela dit, tous les papes menrent une vie correcte, voire sainte. Alexandre VI Borgia, prsent comme le pape soi-disant le plus dprav de l'histoire de l'glise, est en ralit innocent des crimes quon lui reproche. Il existe une tude magistrale qui rhabilite entirement ce grand pape, rdige par Mgr Peter De Roo (Material for a History of Pope Alexander VI. His Relatives and His Time, The Universal Knowledge Foundation, New York 1924, 5 t). Cette tude est dfinitive, parce qu'elle n'a jamais t rfute par qui que ce soit depuis sa parution. Mgr De Roo consacre le premier tome la gnalogie des Borgia afin de dissiper les confusions entretenues - volontairement ou non, - par les historiens. Il travaille sur les documents contemporains : chroniques, biographies et d'archives. Il en ressort que ce pape fut la victime de sa propre gnrosit. Ses ennemis politiques - les familles romaines rivales : Orsini, Colonna, Savelli, Estouteville etc. le noircirent parce qu'il avait entrepris de brider leurs ambitions. Lorsque le cardinal Rodrigo Borgia (futur Alexandre VI) accueillit ses neveux orphelins, on rpandit la rumeur quils taient ses btards.

  • ~ 17 ~

    Commentaire de St Augustin (Contre Fauste XVI, 29) : Dans ces paroles du Seigneur, il y a deux choses observer, dabord lhonneur quil rend la doctrine de Mose, dans la chaire de qui les mchants mme ne peuvent sasseoir sans tre CONTRAINTS denseigner le bien, puisque les proslytes devenaient enfants de lenfer non point en coutant les paroles de la loi, de la bouche des pharisiens, mais en imitant leur conduite .

    Commentaire de St Augustin (De la doctrine chrtienne IV, 27) : Le vrai et le juste peut tre prchs avec un cur pervers et hypocrite. Cette chaire donc, qui ntait pas eux mais Mose, les FORAIT enseigner le bien, mme quand ils ne le faisaient pas. Ils suivaient ainsi leurs propres maximes dans leur conduite ; mais une chaire qui leur tait trangre, ne leur permettait pas de les enseigner [...]. Ils sont nombreux ceux qui cherchent la justification de leurs dsordres dans la conduite de ceux qui sont prposs pour les instruire, se disant intrieurement et parfois mme scriant en public : " Pourquoi me commandes-tu ce que tu ne fais pas toi-mme ? ". Il arrive ainsi quils [...] mprisent la fois LA PAROLE DE DIEU et le prdicateur qui la leur prche .

    St. Franois de Sales (1576 - 1622) raisonnait ainsi : si dj la chaire de Mose tait infaillible quand elle enseignait sur la foi ou les murs, plus forte raison la chaire de Pierre ne saurait errer. Ce docteur de lglise composa un livre remarquable sur linfaillibilit, o lon, peut lire ceci : Lglise a toujours besoin dun confirmateur infaillible(2) auquel on puisse sadresser, dun fondement que les portes de lenfer, et principalement lerreur, ne puissent renverser, et que son pasteur ne puisse conduire lerreur ses enfants : les successeurs de saint Pierre ont donc tous ces mmes privilges, qui ne suivent pas la personne, mais la dignit et la charge publique .

    St Bernard (De consideratione, livre II, ch. 8) appelle le pape un autre Mose en autorit : or, combien grande fut lautorit de Mose il ny a personne qui lignore car il sassit et jugea de tous les diffrends qui taient parmi le peuple et de toutes les difficults qui survenaient au service de Dieu. Ainsi donc le suprme pasteur de lglise est pour nous un juge comptent et suffisant en toutes nos plus grandes difficults, autrement nous serions de pire condition que cet ancien peuple qui avait un tribunal auquel il pouvait sadresser pour la rsolution de ses doutes spcialement en matire de religion (St. Franois de Sales : Les controverses, partie III, ch. 6 art. 14, in: uvre de saint Franois de Sales, Annecy 1892, t. 1, p. 305. orthographe franaise modernise par nos soins)

    Le grand prtre des juifs portait sur la poitrine un morceau dtoffe carr appel rational . Sur ce rational tait crit doctrine et vrit (Exode XXVIII, 30). La raison pour laquelle le grand prtre avait un rational sur sa poitrine la doctrine et la vrit , tait sans doute [...] "la vrit de son jugement" (Deutronome XVII, 9) [...] Je vous prie, si en lombre il y avait des illuminations de doctrine et des perfections de vrit en la poitrine du prtre, pour en repatre et raffermir le peuple, quest ce que notre grand prtre naura pas ? De nous, dis-je, qui sommes au jour et au soleil lev ? Le grand prtre ancien [...] prsidait la nuit, par ses

    2 Le manuscrit original de St. Franois de Sales fut "corrig" par des diteurs gallicans hostiles la papaut, dsireux de rduire nant l'infaillibilit pontificale: "L'glise a toujours besoin d'un confirmateur infaillible" devint ainsi "confirmateur permanent" !

  • ~ 18 ~

    illuminations, et le ntre prside au jour, par ses instructions (St Franois de Sales. p. 307).

    2.1.2 ~ LES VANGILES

    Sous lancien testament celui qui refusait dobir au grand prtre devait tre mis mort. Adressez-vous aux prtres de la race de Lvi, et celui qui [en qualit de grand prtre] aura t tabli en ce temps-l le Juge du peuple. Vous les consulterez, et ils vous dcouvriront la vrit [...] et vous suivrez leur avis, sans vous dtourner ni droite ni gauche. Mais celui qui, senflant dorgueil, ne voudra point obir, au commandement du pontife sera puni de mort (Deutronome XVII, 12).

    Sous le Nouveau Testament, Jsus-Christ lui-mme ordonne : Celui qui refuse dcouter lglise doit tre considr comme un paen et un publicain (Matthieu XVIII, 17).

    Cette obligation si stricte dobir lglise implique que lglise ne peut se tromper ni nous tromper. Si Dieu nous oblige couter le magistre avec confiance et soumission, cest bien parce que lglise romaine est labri de lerreur. Jsus-Christ a institu dans lglise un magistre vivant, authentique et, de plus, perptuel [...], et il a voulu et trs svrement ordonn que les enseignements doctrinaux de ce magistre fussent reus comme les siens propres. [... si lenseignement de lglise] pouvait en quelque manire tre faux, il sensuivrait, ce qui est videmment absurde, que Dieu lui-mme serait lauteur de lerreur des hommes (Lon XIII : encyclique Salis cognitum, 29 juin 1896).

    * * *

    Notre Seigneur fit une promesse solennelle saint Pierre : Simon, Simon, voici que Satan vous a rclams pour vous cribler comme le froment, mais jai pri pour toi, afin que ta foi ne dfaille pas. Toi donc, quand tu seras converti, affermis tes frres (Luc XXII, 32). Saint. Pierre reut ainsi la promesse formelle quil ne pourrait jamais perdre la foi. Cette fermet inbranlable tait vitale pour la survie de lglise, car Pierre allait tre tabli docteur de toute lglise, charg daffermir la foi de ses frres et de dissiper dventuelles erreurs pouvant surgir lavenir.

    En une autre occasion, le Sauveur dit saint Pierre : Tu es Pierre et sur cette pierre je btirai mon glise et les portes de lenfer ne prvaudront point contre elle (Matthieu, XVI, 18). L encore, le Fils de Dieu assura Pierre que sa foi allait tre toute preuve, puisquil lassimila la stabilit immuable dune pierre.

    Daprs ces deux textes, un Pape est toujours infaillible. Car si un pontife dviait de la foi ne serait-ce quune petite minute en priv, le Christ aurait menti. Dautre part, cest tronquer le texte que de dire que cette promesse ne stend quaux dfinitions solennelles, mais non la vie de tous les jours. Si tel tait le cas, Jsus laurait prcis, lui qui ne prononce aucune parole au hasard et pse chaque mot. Aucun thologien ou exgte na le droit dajouter de son propre chef une restriction mentale la parole du Fils de Dieu !

    Que le pape (ainsi que lpiscopat) soit assist quotidiennement par le Saint-Esprit ressort encore plus nettement dune autre promesse de Notre Seigneur : Allez

  • ~ 19 ~

    enseigner toutes les nations [...]. Je suis avec vous TOUS LES JOURS, jusqu la consommation des sicles (Matthieu XXVIII. 19 - 20).

    Lglise enseignante (pape plus vques) bnficie dune assistance permanente du Saint-Esprit. Si vous maimez, vous observerez mes commandements. Et moi, je prierai le Pre, et il vous donnera un autre Dfenseur, pour quil demeure TERNELLEMENT avec vous. Cest lEsprit de Vrit (Jean XIV, 15 - 17).

    2.1.3 ~ LES PRES DE L'GLISE

    St. Irne de Lyon, (v.130 - v. 208) loua lglise trs grande, trs ancienne et connue de tous, que les deux trs glorieux aptres Pierre et Paul fondrent et tablirent Rome [...]. La tradition quelle tient des Aptres et la foi quelle annonce aux hommes sont parvenues jusqu nous par des successions dvques [...]. Avec cette glise, en raison de son origine plus excellente, doit ncessairement saccorder toute lglise, cest--dire les fidles de partout (Contre les Hrsies III, 3, 2). Saint Irne enjoignait donc aux fidles daligner leur foi sur celle du pontife romain, parce que ce dernier transmettait intacte la tradition venue des aptres.

    St. Cyprien (v. 200 - 258) dfendit lautorit et linfaillibilit pontificale dans son clbre trait Sur 1unit de lglise. Celui qui ne garde pas lunit de lglise, croit-il quil garde la foi ? Celui qui soppose lglise, qui abandonne la chaire de Pierre sur laquelle est fonde lglise, peut-il se flatter dtre encore dans lglise ? (De unitate Ecclesiae, ch. 4). La chaire de Pierre est cette glise principale do est sortie 1unit sacerdotale auprs de laquelle lerreur ne peut avoir daccs (Lettre 40 et 55).

    St. Athanase (v. 295 - 373) se servit dune lettre dun pape pour lutter contre les hrtiques ariens. Le pape St Denys avait crit, vers lan 260, une lettre doctrinale Denis, lvque dAlexandrie, o il condamna lhrsie des sabelliens, qui devait tre reprise plus tard par les ariens. Cest pourquoi saint Athanase reprocha aux ariens davoir dj t condamns depuis longtemps par un jugement dfinitif, ce qui prouve quil croyait en linfaillibilit pontificale (De sententia Dionysii). Dans une lettre Flix, il crivit cette phrase mmorable : lglise romaine conserve toujours la vraie doctrine sur Dieu

    St. phrem (v. 300 - 373), le grand docteur de lglise syriaque, clbra la grandeur de lenseignement pontifical, continuellement assist par le Saint-Esprit : Salut, sel de la terre, sel qui ne peut jamais saffadir ! Salut, lumire du monde, paraissant lOrient et partout resplendissante, illuminant ceux qui taient accabls sous les tnbres, et brlant toujours sans tre renouvele. Cette lumire, cest le Christ ; son chandelier cest Pierre ; la source de son huile, cest lEsprit-Saint (Enconium in Petrum et Paulum et Andream, etc.)

    St. piphane (v. 315 - 403) interprta Matthieu XVI,18. Il affirma quil tait impossible que lglise Romaine ft vaincue par les portes de lenfer, cest--dire par les hrsies, parce quelle tait appuye sur la foi solide de Pierre, auprs de qui on trouvait la bonne rponse toutes les questions, doctrinale. Pierre, le Pre manifeste son propre Fils, et cest pour cela quil est appel bienheureux. Pierre son tour manifeste le

  • ~ 20 ~

    Saint-Esprit [dans son discours aux juifs, le jour de la Pentecte], ainsi quil convenait celui qui tait le premier entre les aptres, celui qui tait la pierre inbranlable sur laquelle lglise de Dieu est fonde, et contre laquelle les portes de lenfer ne prvaudront pas. Par ces portes de lenfer il faut entendre les hrsies et les auteurs, des hrsies. En toutes manires, la foi est fonde solidement en lui: il a reu les clefs du ciel, il dlie et lie sur la terre et au ciel. En lui se rsolvent les questions de la foi les ardues (Anchoratus. Ch. 9)

    St. Basile (329 - 379) informa son ami saint Athanase quil avait lintention de demander au souverain pontife dexercer son autorit pour exterminer lhrsie de Marcel dAncyre (Lettre 69). La lettre de saint Basile, mentionnant cette demande dintervention de lvque de Rome comme une affaire courante et ordinaire, attire conclure qu cette poque ctait non seulement la conviction personnelle de Basile, mais aussi la conviction de tous, mme en Orient, que lvque de Rome possde le pouvoir de juger souverainement, par lui-mme, les questions doctrinales (Vacant et Mangenot : Dictionnaire de thologie catholique, article infaillibilit du pape ). Pourquoi consulter Rome et pas une autre autorit ? Pierre , dit saint Basile, fut charg de former et de gouverner lglise, parce quil excellait dans la foi (Contra Enom, livre 2). Grce la promesse du Christ, le pape persvrait absolument sans aucune dfaillance, car sa foi avait la mme stabilit que celle du Fils de Dieu Lui-mme ! Pierre a t lanc plac pour tre le fondement. Il avait dit Jsus Christ : Vous tes le Christ, Fils du Dieu vivant, et son tour il lui fut dit quil tait Pierre, quoiquil ne fut pas pierre immobile, mais seulement par la volont de Jsus-Christ. Dieu communique aux hommes ses propres dignits. Il est prtre, et il fait des prtres ; Il est pierre, et il donne la qualit de pierre, rendant ainsi ses serviteurs participants de ce qui lui est propre (Homlie 29). Ce dernier passage de saint Basile jouit dune autorit particulire dans lglise catholique, puisquil fut insr dans le catchisme du concile de Trente (explication du symbole, section Credo in... Ecclesiam).

    St. Grgoire de Naziance (v. 330-390) loua lindfectibilit de la foi romaine dans un pome. Quant ce qui est de la foi, lancienne Rome, ds le principe comme aujourdhui, poursuit heureusement sa course, et elle tient loccident tout entier dans les liens de la doctrine qui sauve (Carmen de Vita sua, vers 268 - 270).

    St. Grgoire de Nysse (mort en 394), frre cadet de saint Basile, affirma : Lglise de Dieu sa solidit dans Pierre, car cest lui qui, daprs la prrogative qui lui a t accorde par le Seigneur, est la pierre ferme et trs solide sur laquelle le Sauveur a bti lglise (Laudat. 2 in St. Stephan vers la fin)

    St. Ambroise (340 - 397) interprta le passage de Luc XXII, 32 en ce sens que le Seigneur avait affermi la foi de Pierre, afin que, immobile comme un rocher , elle pt soutenir efficacement ldifice de lglise (Sermon 5). Dans sa glose sur le Psaume XL, Ambroise tablit une quation qui allait devenir clbre: L o est Pierre, l est lglise. L o est lglise nest pas la mort, mais la vie ternelle Ennarratio in Psalmum XL, ch. 19). Autant dire : hors du pape, point de salut.

    St. Jean Chrysostome (340 - 407) est le plus clbre des Pres grecs. En raison de ses enseignements admirables, il mrita le surnom de "chrysostome" , cest--dire bouche dor . Saint Jean Chrysostome suggra la solidit admirable de la foi de Pierre par une image : Il y a beaucoup de flots imptueux et de cruelles temptes, mais je ne crains pas dtre submerg, parce que je me tiens sur la pierre. Que la mer sagite

  • ~ 21 ~

    furieuse, peu mimporte : elle ne peut renverser cette pierre inbranlable (Lettre 9 Cyriaque). Il insista sur ltymologie symbolique du nom du premier pape : Saint Pierre a t ainsi nomm, en raison de sa vertu. Dieu a comme dpos dans ce nom une preuve de la fermet de laptre dans la foi (Quatrime Homlie sur les changements de noms).

    St. Jrme (v.347-420), dans sa lettre au pape Damase, dfendit rigoureusement la ncessit dtre uni au pontife romain. Jai cru que je devais consulter la chaire de Pierre et cette foi romaine loue par saint Paul (...). Vous tes la lumire du monde, vous tes le sel de la terre. Je sais que lglise est btie sur cette pierre ; quiconque aura mang lagneau hors de cette maison, est un profane (Lettre 15). Daprs saint Jrme, les fidles pouvaient en toute sret suivre les enseignements pontificaux, car la chaire de Pierre gardait incorruptiblement lhritage de la foi : La sainte glise romaine, qui est toujours demeure sans tache, demeurera encore dans tous les temps venir ferme et immuable au milieu des attaques des hrtiques, et cela par une protection providentielle du Seigneur et par lassistance du bienheureux Pierre (in: Mgr de Sgur : Le Souverain Pontife, in uvres compltes Paris 1874, t. III, p. 80).

    St. Augustin (354 - 430) fit une interprtation trs pertinente de Luc XXII, 32. Avant de la reproduire ici, signalons que le pape Lon XIII, aprs avoir mis en valeur les talents de chacun des Pres de lglise, conclut en affirmant qu"entre tous, la palme semble revenir St. Augustin" (encyclique Aeterni Patris, 4 aot 1879). Lvque dHippone fut donc le plus grand des Pres de lglise. Or il se pronona catgoriquement en faveur de linfaillibilit permanente du pontife romain ! Voici son texte magistral :

    Si, dfendant le libre arbitre non selon la grce de Dieu, mais contre elle, tu dis quil appartient au libre arbitre de persvrer ou de ne pas persvrer dans le bien, et que si lon y persvre, ce nest pas par un don de Dieu, mais par un effort de la volont humaine, que machineras-tu pour rpondre ces paroles du Matre : "Jai pri pour toi, Pierre, afin que ta foi ne dfaille pas" ? Oseras-tu dire que malgr la prire du Christ pour que la foi de Pierre ne dfaille pas, cette foi et dfailli nanmoins, si Pierre avait voulu quelle dfaillt, cest--dire sil navait pas voulu persvrer jusqu la fin ? Comme si Pierre et pu vouloir autre chose que ce que le Christ demandait pour lui quil voult ! Qui ignore que la foi de Pierre devait prir, si sa propre volont, la volont par laquelle il tait fidle, dfaillait, et quelle devait demeurer jusquau bout, si sa volont restait ferme ? Mais puisque la volont est prpare par le Seigneur, la prire du Christ pour lui ne pouvait tre vaine. Quand il a pri pour que sa foi ne dfaille pas, qua-t-il demand en dfinitive, sinon quil ait une volont de croire la fois parfaitement libre, ferme, invincible et persvrante ? Voil comment on dfend la libert de la volont, selon la grce, et non contre elle. Car ce nest pas par sa libert que la volont humaine acquiert la grce, mais plutt par la grce quelle acquiert sa libert, et pour persvrer, elle reoit, en outre, de la grce le don dune stabilit dlectable et dune force invincible (De la correction et de la grce, livre VIII, ch. 17).

    St. Cyrille dAlexandrie (380 - 444), dans son Commentaire sur Luc (XXII, 32), expliqua que lexpression confirme tes frres signifiait que Pierre tait le matre et le soutien de ceux qui venaient au Christ par la foi. Il commenta galement lvangile selon St. Matthieu. Daprs cette promesse (Tu es Petrus ... ), lglise apostolique de Pierre ne contracte aucune souillure de toutes les sductions de 1hrsie (St. Cyrille, in: St. Thomas dAquin : Chane dor sur Matthieu XVI, 18).

  • ~ 22 ~

    St. Fulgence de Ruspe (467 - 533) constata : Ce que lglise romaine tient et enseigne, lunivers chrtien tout entier le croit sans hsitation avec elle (De incarnatione et gracia Christi, ch. 11).

    St. Bernard (1090 - 1153) fut le dernier des Pres de lglise. Citons quelques paroles, qui serviront de conclusion : Les atteintes qui sont portes la foi doivent tre rpares prcisment par celui dont la foi ne peut tre en dfaut. Cest l la prrogative de ce Sige (De error Abaelardi, prface).

    Aucun Pre ne parle de la possibilit (mme purement thorique) quun pape puisse errer dans un seul instant. Cest principalement pour lexplication de la parole sainte quils [les Pres de lglise] demeureront toujours nos matres. Nulle recherche, nulle science. Si profonde soit-elle, ne nous rendra ce quils avaient alors : le monde tel que Jsus lavait connu, le mme aspect des lieux et des choses, et surtout lentretien des fidles Lui, ayant vcu prs des aptres, pouvaient rapporter leurs instructions. Ces circonstances runies donnent lautorit des Pres un tel clat, que les thologiens protestants eux-mmes en ont t frapps. Ils lavouent : "Scarter dun sentiment commun parmi eux, cest une folie et une absurdit" (Abb C. Fouard : La vie de Notre-Seigneur Jsus Christ vingt-sixime dition, Paris 1920, p XVI.

    Le 13 novembre 1564, le Pape Pie IV instaura lobligation pour tout le clerg de jurer obissance une profession de foi, qui disait, entre autres : Jinterprterais toujours lcriture selon le consentement unanime des Pres .

    2.1.4 ~ SAINT THOMAS D'AQUIN

    St. Thomas dAquin (1225 - 1274) est le plus grand de tous les docteurs de lglise. Il est appel docteur commun , docteur anglique ou ange de lcole , en raison de lexcellence de sa doctrine. Il a t souvent exalt par les papes. Thomas, lui seul, a plus illumin lglise que tous les autres docteurs. Sa doctrine na pu provenir que dune action miraculeuse de Dieu (Jean XXII : bulle de canonisation). Quenseigne donc ce docteur quasiment aussi infaillible que le pape ?

    Le docteur anglique est partisan de linfaillibilit absolue et permanente du souverain pontife : Lglise apostolique [de Pierre], place au-dessus de tous les vques, de tous les pasteurs, de tous les chefs des glises et des fidles, demeure pure de toutes les sductions et de tous les artifices des Hrtiques dans ses pontifes, dans sa foi toujours entire et dans lautorit de Pierre. Tandis que les autres glises sont dshonores par les erreurs de certains hrtiques, seule elle rgne, appuye sur des fondements inbranlables, imposant silence et fermant la bouche tous les hrtiques ; et nous [... ], nous confessons et nous prchons en union avec elle la rgle de la vrit et de la sainte tradition apostoliques (citation de St. Cyrille dAlexandrie reprise par St. Thomas dans sa Chane dor, lendroit o il commente Matthieu XVI, 18).

    Sappuyant sur Luc XXII, 32, le docteur commun enseigne que lglise ne peut errer, parce que le pape ne peut errer. Lglise universelle ne peut errer, car Celui qui est exauc en tout au titre de sa dignit a dit Pierre, sur la profession de foi duquel est fonde lglise : "Jai pri pour toi pour que ta foi ne dfaille point" (Somme thologique, supplment de la IIIe partie, q. 25, a. 1).

  • ~ 23 ~

    Lunit de foi pourrait tre maintenue dans lglise, comme lexige lAptre (1. Corinthiens I,10), si les questions souleves au sujet de la loi ntaient dfinies par le chef de lglise, le souverain pontife (Somme thologique, II-II, q. 1, a.10).

    Une fois que les choses ont t dcides par lautorit de lglise universelle celui qui refuserait opinitrement de se soumettre cette dcision, serait hrtique. Cette autorit de lglise rside principalement dans le souverain Pontife. Car il est dit (Dcret. XXIV, q. I., ch. 1.2) : Toutes les fois quune question de foi est agite, je pense que tous nos frres et tous nos collgues dans lpiscopat ne doivent sen rapporter qu Pierre, cest--dire lautorit de son nom et de sa gloire . Ni les Augustin, ni les Jrme, ni aucun autre docteur nont dfendu leur sentiment contrairement son autorit. Cest pourquoi saint Jrme disait au pape Damase (in expo. symbol.) : Telle est la foi, trs-saint Pre, que nous avons apprise dans lglise catholique : si dans notre exposition il se trouvait quelque chose de peu exact ou de peu sr, nous vous prions de le corriger, vous qui possdez la foi et le sige de Pierre. Mais si notre confession reoit lapprobation de votre jugement apostolique, quiconque voudra maccuser prouvera quil est ignorant ou mal intentionn, on quil nest pas catholique. Mais il ne prouvera pas que je suis hrtique (Somme thologique II-II. q 11.a.2).

    Il faut sen tenir la sentence du Pape qui il appartient de prononcer en matire de foi, plutt qu lopinion de tous les sages (Quaetiones quodlibetales q. 9.a 16)

    Dans le Psaume XXXIX. 10 il est crit : Jai annonc ta justice dans la grande assemble . Voici le commentaire de St. Thomas. Le psalmiste a parl dans la grande assemble , cest--dire dans lglise catholique, qui est grande par son pouvoir et sa fermet : "Les portes de lenfer ne prvaudront point contre elle" (Matthieu XVI, 18) (St. Thomas : Commentaire sur les psaumes). Cette fermet , lglise la doit en premire ligne la foi sans faille du pontife romain comme il est expliqu dans lun des Opuscules du saint docteur :

    Lglise est une, sainte, catholique et ferme . Quatrimement, elle est ferme. Une maison est ferme 1. Quand ses fondations sont solides . La vritable fondation de lglise est le Christ (1. Corinthiens III, 2) et les douze aptres (Apocalypse XXI, 14). Pour suggrer la fermet, Pierre est appel le roc. 2. La fermet dune maison apparat en outre quand elle ne peut tre renverse par une secousse . Lglise na pu tre renverse ni par les perscuteurs, ni par les sductions du monde, ni par les hrtiques. Daprs Matthieu, XVI, 18, les portes de lenfer (= les hrtiques) peuvent lemporter sur telle ou telle glise locale, mais point contre lglise de Rome o rside le pape. Cest pour cette raison que seulement lglise de Pierre ( qui fut attribu lItalie lors de lenvoi des disciples) demeurera toujours ferme dans la foi. Et tandis quailleurs la foi ny est pas du tout, ou bien mle avec beaucoup derreurs, lglise de Pierre, elle, est forte dans la foi et pure de toutes les erreurs, ce qui nest pas tonnant, vu que le Seigneur a dit Pierre : "Jai pri pour toi, pour que ta foi ne dfaille point" (St. Thomas : Opuscula, opuscule intitul Expositio symboli apostolorum, passage relatif larticle je crois... en lglise catholique du symbole des aptres).

    Lenseignement du docteur anglique peut donc se rsumer ainsi : la foi du pape est dune fermet absolu et permanente.

    La doctrine du docteur anglique doit tre tenue religieusement (sancte) par tous les professeurs de sminaires (canon 1366, 2) ! Lglise donne entendre par l

  • ~ 24 ~

    combien elle juge ncessaire que les jeunes sminaristes (qui plus tard formeront le bas et le haut clerg) suivent en tout le docteur commun. Saint Pie X disait : Scarter de St. Thomas ne va jamais sans grave danger (motu proprio Sacrorum antistitum 1er septembre 1910). Et encore : Ceux qui sloignent de saint Thomas sont par l mme conduits cette extrmit quils se dtachent de lglise (Lettre Delata Nobis, 17 novembre 1907, adresse au Pre Thomas Pgues).

    2.1.5 ~ LES PAPES

    St. Lucius, pape et martyr (253 - 254), enseigne : Lglise romaine, sainte et apostolique, est la mre de toutes les glises, et il est constat quelle ne sest jamais carte du sentier de la tradition apostolique, conformment cette promesse que le Seigneur lui-mme lui a faite, en disant : "Jai piti pour toi, afin que ta foi ne dfaille points" (Lettre adresse aux vques de la Gaule et de lEspagne, no 6)

    St. Innocent Ier (401 - 417) assimila lglise de la ville de Rome une source pure de toute souillure hrtique, qui vivifiait les glises locales, comme les eaux qui jaillissent de leur source originelle et qui scoulent dans toutes les rgions du monde par de purs ruisseaux venus de la source non pollu (Lettre In requirendis, 7 janvier 417, adresse aux vques du concile de Carthage).

    St. Sixte III (432 - 440) dit que saint Pierre a reu une foi pure et toute faite, une foi qui nest sujette aucune controverse .

    St. Lon Ier le Grand (440 - 461) laissait entendre que saint Pierre vivait et enseignait par la bouche de ses successeurs : Le bienheureux Pierre, conservant toujours cette consistance de pierre quil a reue, na pas abandonn le gouvernail de lglise [...]. Si donc nous faisons, quelque chose de bon, si nous pntrons avec justesse dans les questions, [...], cest luvre, cest le mrite de celui dont la puissance vit et dont lautorit commande dans son Sige (In anniversario Assumptionis suae, sermon 3). Pierre et ses successeurs taient, assurs dune rectitude doctrinale inbranlable : Le messie est annonc comme devant tre la pierre choisie, angulaire, fondamentale (Isae XXVIII, 16), Cest donc son propre nom que Jsus donne Simon, comme sil lui disait : Je suis la pierre inviolable, la pierre angulaire, qui runit en un deux choses ; je suis le fondement auquel nul nen peut substituer un autre ; mais toi aussi, tu es pierre, car ma force devient le principe de ta solidit, en sorte que ce qui mtait propre et personnel ma puissance, te devient commun avec moi par participation, (St Lon : In anniversario Assumptionis suae, sermon 4)

    Ce pape dit encore Au cours de tant de sicles, aucune hrsie ne pouvait souiller ceux qui taient assis sur la chaire de Pierre, car cest le Saint-Esprit qui les enseigne (Sermon 98). Les Pres du concile de Chalcdoine dclarrent formellement au sujet de saint Lon : Dieu, dans sa providence, sest choisi, dans la personne du pontife romain un athlte invincible, impntrable toute erreur, lequel vient dexposer la vrit avec la dernire vidence .

    St. Glase Ier (492 - 490) adressa une dcrtale aux Grecs : Pierre brilla dans cette capitale [Rome] par la sublime puissance de sa doctrine, et il eut 1honneur dy rpandre glorieusement son sang. Cest l quil repose pour toujours, et quil assure ce Sige

  • ~ 25 ~

    bni par lui de ntre jamais vaincu par les portes de lenfer (Dcrtale 14 intitule De responsione ad Graecos).

    St. Hormisdas (514 - 523) rdigea une profession de foi le 11 aot 515, qui fut accepte par toute lglise, et repris aux conciles de Constantinople IV et Vatican I. Aprs avoir rappel que le Christ avait bti lglise sur la pierre contre laquelle lenfer ne prvaudrait point (Matthieu XVI, 18), le pape commenta avec assurance : Cette affirmation se vrifie dans les faits, car la religion catholique a toujours t garde sans tache dans le Sige Apostolique .

    St. Agathon (678 - 681) rdigea un texte capital (3), qui fut lu et approuv par le VIe concile cumnique (concile cumnique = concile gnral, ne pas confondre avec cumnique relatif lcumnisme).

    St. Lon IX (1049 1054), aprs avoir dit que lglise btie sur Pierre ne pouvait aucunement tre domine par les portes de lenfer, cest--dire par les disputes des hrtiques (cf. Matthieu XVI, 18) et aprs cit la promesse du Christ Pierre (Luc XXII,32), tana les schismatiques grecs Michel Crulaire et Lon dAchrida dans sa lettre In terra pax du 2 septembre 1053 : Quelquun sera-t-il donc assez fou pour oser penser que la prire de celui pour qui vouloir cest pouvoir puisse tre sans effet sur un point ? Le Sige du prince des aptres lglise romaine, na-t-il pas, soit par Pierre lui-mme, soit par ses successeurs, condamn, rfut et vaincu toutes les erreurs des hrtiques ? Na-t-il pas confirm les curs des frres dans la foi de Pierre, qui jusqu maintenant na pas failli et qui, jusqu la fin ne faillira pas ?

    Pie IX (1846 - 1878) affirma ds son lvation au souverain pontifical (dans le Discours de son exaltation) quun pape ne pouvait JAMAIS (nunquam) dvier de la foi ! Il crivit encore la mme chose dans son encyclique Qui pluribus du 9 novembre 1846. Pour interprter lcriture, les hommes ont besoin dune autorit infaillible : Pierre, dont le Christ a promis que la foi ne dfaillira jamais . Lglise romaine a toujours gard intgre et inviole la foi reue du Christ Seigneur, et la enseigne fidlement . Mme mot dans la lettre In suprema Petri du 6 janvier 1848 : jamais . Ainsi que dans lencyclique Nostis et noviscum du 8 dcembre 1849 : jamais .

    Lon XIII (1878 - 1903) raffirma lantique croyance dans son encyclique Satis cognitum du 29 juin 1896 : jamais un pontife romain na dvi dans la foi. Son encyclique sur le Saint-Esprit contient un commentaire mmorable sur lvangile selon St. Jean. Le jour de la Pentecte, le Saint-Esprit commena produire ses bienfaits dans le corps mystique du Christ. Ainsi se ralisait la dernire promesse du Christ ses aptres, relative lenvoi de lEsprit Saint [...] : "Lorsque cet Esprit de Vrit sera venu, il vous enseignera toute la vrit" [Jean XVI.12]. Cette vrit il laccorde et la donne lglise, et, par sa prsence CONTINUE, il veille ce que jamais elle ne succombe lerreur (Encyclique Divinum illud. 9 mai1897).

    Saint Pie X (1903-1914) enseigna : Le premier et le plus grand critrium de la foi, la rgle suprme et inbranlable de lorthodoxie est lobissance au magistre TOUJOURS vivant et infaillible de lglise, tablie par le Christ "la colonne et le soutien de la vrit" [1. Timothe III,15].

    3 Ce texte est reproduit dans lAnnexe A du livre.

  • ~ 26 ~

    [... ] Saint Paul dit : "Fides ex auditu La foi vient non par les yeux, mais par les oreilles", par le magistre vivant de lglise, socit visible compose de matres et de disciples [...]. Jsus-Christ lui-mme a enjoint ses disciples dcouter les leons des matres [... et] il a dit aux matres : "Allez enseigner toutes les nations. LEsprit de Vrit vous enseignera toute vrit. Voici que je suis avec vous jusqu la consommation des sicles" (St. Pie X : allocution Con vera soddisfazione aux tudiants catholiques, 10 mai 1909).

    Les fils dvous du pape sont ceux qui obissent sa PAROLE et le suivent en TOUT, non ceux qui tudient les moyens dluder ses ordres (allocution aux nouveaux cardinaux, 27 mai 1914).

    Le dictionnaire de thologie catholique (article infaillibilit du pape ) soutient que le pape Innocent III (1198-1216) se serait prononc contre linfaillibilit perptuelle de la papaut. Pour preuve, le dictionnaire cite cette phrase : Jai surtout besoin de la foi, parce que je ne relve pour toutes les autres fautes que du tribunal de Dieu ; pour les fautes contre la foi, au contraire, je puis tre jug par Lglise .

    On pourrait interprter ce passage en ce sens quun pape peut errer dans la foi et par consquent pourrait tre jug par lglise (un concile gnral par exemple). Cependant, il est noter que le Dictionnaire de thologie catholique sest livr une falsification du texte. Le procd est vieux comme le monde : on tire la citation de son contexte et on lui donne un sens oppos celui donn par lauteur lui-mme. Quel lecteur se donnera la peine daller aux sources pour vrifier ! Voici le texte non amput :

    Si moi-mme je navais pas une foi solide, comment pourrais-je affermir les autres dans la foi ? Et cest l une des parties principales de mes fonctions, car le Seigneur na pas dit saint Pierre : "Jai pri pour toi, afin que ta foi ne chancelle pas", et : "Si tu te convertissais un jour, fortifie alors les tes frres". Il pria, et il fut exauc dans tout cause de son obissance. La foi du Saint-Sige ne chancela donc jamais dans les temps de troubles mais elle demeura toujours ferme et inbranlable, afin que le privilge de saint Pierre demeurt inviolable. Mais prcisment pour cette raison jai surtout besoin de la foi, parce que je ne relve pour toutes les autres fautes que du tribunal de Dieu ; pour les fautes contre la foi, au contraire, je puis tre jug par lglise. Jai la foi et une foi constante, parce quelle est apostolique (Innocent III : principal discours au peuple aprs son sacre ; traduction franaise in: J.B.J. Champagnac : Philippe Auguste et son sicle, Paris 1847 p. 264).

    Le Dictionnaire de thologie catholique (article infaillibilit pontificale ) a donc menti en amputant une partie du sermon dInnocent III. Dans un autre article ( dposition ), le mme dictionnaire pche encore par omission, en citant une phrase tire dun autre texte dInnocent III, sans indiquer que, dans ce mme texte, Innocent dfend lorthodoxie de la papaut ( Pierre a reni de bouche mais non de cur ). Voil comment ce dictionnaire travestit la pense dInnocent III !

    Afin de ne laisser subsister aucun doute sur la pense authentique de ce pape, nous citerons maintenant un autre texte de lui. Innocent III, aprs avoir rappel la promesse saint Pierre ( Jai pri pour toi, afin que ta foi ne dfaille point ), fit le commentaire suivant : Notre Seigneur insinue videmment par ces paroles que les successeurs de Pierre ne scarteraient EN AUCUN TEMPS de la foi catholique, mais quils y ramneraient plutt les autres ; par l, il lui accorde le pouvoir daffermir les autres, afin de leur imposer lobligation dobir (Lettre Apostolicae Sedis primatus lvque de

  • ~ 27 ~

    Constantinople, 12 novembre 1199). Ce passage est capital, car lexpression en aucun temps (nullounquam tempore) rend la thse de linfaillibilit perptuelle du souverain pontife absolument irrfutable !

    CONCLUSION DE LA PREMIRE PARTIE DU CHAPITRE 2 :

    Les vanglistes et les reprsentants de la Tradition (Pres, St. Thomas, papes et conciles) clament lunanimit que le pontife romain ne peut AUCUN moment faillir dans la foi.

    RSUM : UN PAPE NE FERA JAMAIS NAUFRAGE DANS LA FOI, PARCE QUE TOUS LES PAPES CONCILES ET PRES DE LGLISE LONT DIT.

    Le grand prtre juif revtu du morceau d'toffe carr, appel "rational", Dieu ordonna Mose et aux autres isralites : "Vous graverez sur le rational du jugement : doctrine et vrit, qui seront sur la poitrine d'Aaron, lorsqu'il entrera [dans le tabernacle pour se prsenter] devant le Seigneur, et il portera toujours sur sa poitrine le [rational du] jugement, [o seront crits les noms] des enfants d'Isral, lorsqu'il se prsentera devant le Seigneur, [afin qu'il se souvienne qu'il est charg de les instruire de la doctrine et de leur enseigner la vrit]" (Exode XXVIII, 30). "Si en l'ombre il y avait des illuminations de doctrine et des perfections de vrit en la poitrine du prtre, pour en repatre et raffermir le peuple, qu'est ce que notre grand prtre n'aura pas ? De nous, dis-je, qui sommes au jour et au soleil lev ? Le grand prtre ancien [...] prsidait la nuit, par ses illuminations, et le ntre prside au jour, par ses instructions" (St. Franois de Sales).

  • ~ 28 ~

    2.2. PEUT-IL ARRIVER QU'UN PAPE ENSEIGNE UNE ERREUR DANS LA FOI ?

    LA CHAIRE DE SAINT PIERRE

    Dans la basilique Saint-Pierre, au fond de l'abside, on conserve, enchss dans un reliquaire de bronze dor, le prcieux sige qui servit saint Pierre. Cette chaire (terme latin : cathedra) a donn son nom aux dfinitions "ex cathedra", proclames "du haut de la chaire" par le Vicaire du Christ.

    "Ce sige tait dcor d'ornements en ivoire [...]. La chaire de saint Pierre tait en bois de chne, ainsi qu'il est ais d'en juger aujourd'hui par les pices principales de la charpente primitive, telles que les quatre gros pieds, qui demeurent conservs leur place, et portent la trace des pieux larcins que les fidles y ont faits plusieurs poques, enlevant des clats pour les conserver comme reliques. La chaire est munie sur les cts de deux anneaux o l'on passait des btons pour la transporter ; ce qui se rapporte parfaitement au tmoignage de saint Ennodius, qui l'appelle sedes gestatoria [chaise porteurs)" (Dom Prosper Guranger : Sainte Ccile et la socit romaine aux deux premiers sicles, Paris 1874, p. 69-70).

    Si le pape a une foi toujours pure, on ne voit pas comment il pourrait enseigner une erreur dans la foi. cet argument de raison, on peut joindre la voix du magistre.

    Le concile cumnique de Vatican I publia deux textes sur l'infaillibilit : Dei Filius et Pastor aeternus.

  • ~ 29 ~

    Les Pres du Vatican affirment catgoriquement l'infaillibilit QUOTIDIENNE de St. Pierre et de son glise. Par la bulle Aeterni Patri du 3 juillet 1868, Pie IX convoqua un concile cumnique et exhorta le monde catholique faire confiance l'glise. "Pour qu'elle (l'glise) procdt toujours avec un ordre et une rectitude infaillibles le divin Sauveur lui promit quIl serait avec elle jusqu' la consommation des sicles". L'enseignement de Pie IX fut repris et dvelopp par les Pres du concile dans leur constitution dogmatique Dei Filius du 26 avril 1870. Le prologue est fort beau : "Jsus-Christ, sur le point de retourner son Pre cleste, promit d'tre avec son glise militante sur la terre tous les jours [!], jusqu' la consommation des sicles [cf. Matthieu XXVIII, 19 201". Un peu plus loin, les Pres conciliaires Se rjouirent que l'glise ft perptuellement rgie par le Saint-Esprit. "Aussi, dans aucun temps, elle ne saurait, cesser d'attester et de prcher la vrit de Dieu, laquelle gurit tout ; elle n'ignore pas qu'il lui la t dit : "Mon Esprit, qui est en toi, et mes paroles que j'ai dposes dans ta bouche, ne s'loigneront jamais de ta bouche depuis ce jour jusqu' l'ternit" (Isae LIX, 21) .

    "Doivent tre crus, de foi divine et catholique, toutes les choses qui sont contenues dans la parole de Dieu, soit crites soit transmises par tradition, et que l'glise, soit par un jugement solennel, soit par le magistre ordinaire et universel, propose comme tant divinement rvl" (Vatican I : constitution dogmatique Dei Filius, 26 avril 1870, ch. 3, intitul de fide . Ainsi donc, l'enseignement infaillible de l'glise peut revtir deux formes : une dfinition solennelle en grande pompe (bulle, concile) ou un document l'aspect extrieur modeste (allocution, encyclique...).

    En prsentant le schma de ce texte aux Pres du Vatican, Mgr Simor, rapporteur de la Dputation de la Foi, leur dit : "Ce paragraphe est dirig contre ceux qui prtendent qu'on est tenu de croire uniquement ce qui a t dfini par un concile, et qu'on n'est pas oblig de croire galement ce que l'glise enseignante disperse prche et enseigne d'un accord unanime comme divinement rvl" (in: Jean Michel Alfred Vacant : tude sur les constitutions du concile du Vatican daprs les actes du concile, Paris et Lyon 1895, 1. II. p. 89).

    Daprs un autre rapporteur de la Dputation de la Foi, Mgr Martin, ce paragraphe enseigne que le magistre ordinaire est tout aussi infaillible que le magistre extraordinaire. "Il faut croire toutes les choses que Dieu a rvles et nous propose de croire, par l'intermdiaire de l'glise, et ce QUEL QUE SOIT LE MODE D'EXPRESSION qu'elle choisisse (quomodocumque). Par cette doctrine est exclue l'erreur de ceux qui veulent quil faille seulement croire de foi divine les articles de foi formellement dfinis, et qui par consquent, s'efforcent de rduire quasiment au minimum la somme des vrits croire" (ibidem, p. 372).

    Jsus-Christ, sur le point de retourner son Pre Cleste, promit dtre avec son glise militante sur la terre TOUS LES JOURS, jusqu la consommation des sicles. Aussi na-t-il pas manqu EN AUCUN TEMPS (nullo unquam tempore) de soutenir son pouse bien aime, DE LASSISTER DANS SON ENSEIGNEMENT, de bnir ses uvres et de la secourir dans les prils (Vatican I : Dei Filius, Prologue)

    Cette infaillibilit quotidienne, attribue l'ensemble de l'glise dans Dei Filius dcoule de l'infaillibilit quotidienne du pape seul. Les vques de l'univers entier ne se trompent point dans leur magistre ordinaire de tous les jours, parce qu'ils s'appuient

  • ~ 30 ~

    sur la foi indfectible du pontife romain. L'glise est infaillible, parce qu'elle repose sur le roc indestructible de la foi de Pierre. C'est ce qui ressort clairement de la constitution dogmatique Pastor aeternus, publie le 18 juillet 1870 par Pie IX avec l'approbation des Pres du Vatican.

    "Pour que l'piscopat ft un et non divis" peut-on en effet lire au prologue de Pastor aeternus, "pour que la multitude de tous les croyants ft conserve dans l'unit de foi. [.. le Christ plaa] le bienheureux Pierre au-dessus des autres aptres [ afin que] sur la fermet de sa loi s'levt l'difice sublime de l'glise qui doit tre port jusqu'au ciel".

    Le chapitre 4 de Pastor aeternus est plus explicite : "[Les chrtiens des provinces] ont communiqu au Sige apostolique les dangers particuliers qui surgissaient en matire de foi, pour que les dommages causs la foi fussent rpars l o elle ne saurait subir de dfaillance (cf. St Bernard: Lettre 190). [ Tous les Pres de l'glise et tous les docteurs orthodoxes] savaient parfaitement que ce Sige de Pierre demeurait pur de toute erreur, aux termes de la promesse divine de notre Seigneur et Sauveur au chef de ses disciples. J'ai pri pour toi, pour que ta foi ne dfaille pas ; et quand tu seras converti, affermis tes frres (cf. la lettre du pape St. Agathon l'empereur, approuve par le VIe concile cumnique) ( 4 ). Ce charisme de vrit et de foi jamais indfectible a t accord par Dieu Pierre et ses successeurs en cette chaire".

    Ce qu'il y a de remarquable, c'est que ce chapitre 4 de Pastor aeternus, o il est question de la foi inbranlable du pape, culmine justement avec la dfinition de l'infaillibilit pontificale.

    Cette dfinition commence avec les mots "C'est pourquoi" Par l'expression "c'est pourquoi", les Pres tablissent un lien avec ce qui prcde, savoir la foi inbranlable. L'infaillibilit de l'enseignement notons bien le lien ! dcoule de la foi toujours pure. De sorte que, la foi tant toujours pure, l'enseignement sera forcment par voie de consquence, toujours pur de toute erreur !

    "Ce charisme de vrit et de foi jamais indfectible a t accord par Dieu Pierre et ses successeurs en cette chaire () C'EST POURQUOI, nous attachant fidlement la tradition reue ds l'origine de la foi chrtienne nous dfinissons comme un dogme rvl de Dieu :

    Le pontife romain, lorsquil parle ex cathedra, c'est--dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et le docteur de tous les chrtiens, il dfinit, en vertu de sa suprme autorit apostolique, quune doctrine sur la foi ou les murs doit tre tenue par toute l'glise, jouit, par l'assistance divine lui promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilit dont le divin Rdempteur voulu que ft pourvue son glise, lorsqu'elle dfinit la doctrine sur la foi et les murs. Par consquent, ces dfinitions du pontife romain sont irrformables par elles-mmes et non en vertu du consentement de l'glise. Si quelqu'un, ce qu' Dieu ne plaise, avait la prsomption de contredire cette dfinition, qu'il soit anathme" (Pastor aeternus. Ch. 4).

    Faisons remarquer, tout de suite, que cette dfinition ne prescrit aucun mode d'enseignement spcifique. Vatican I dit : le pontife romain est infaillible "lorsquil dfinit", et non pas : "seulement lorsqu'il dfinit solennellement". Il n'est pas prcis non

    4 Cette lettre est reproduite en annexe A de notre ouvrage

  • ~ 31 ~

    plus que le pontife, romain doive crire obligatoirement : "Nous dfinissons". Il suffit qu'il dclare que tel ou tel point fait partie de la doctrine ou de la morale chrtienne

    Regardons de plus prs la dfinition : le pape enseignant seul "jouit [...] de cette infaillibilit [de] l'glise". Or cette infaillibilit de l'glise, comme nous l'avons vu au prologue et au chapitre 3 de Dei Filius, englobe les deux modes d'enseignement (magistre extraordinaire et magistre ordinaire). Ainsi, le pape enseignant seul est infaillible quand il impose une doctrine aux fidles, que ce soit par une dfinition solennelle (mode extraordinaire) ou par son enseignement de tous les jours (mode ordinaire).

    Retenons bien ceci : Vatican I ne dit nullement que le pape serait SEULEMENT infaillible dans ses dfinitions solennelles. Pourquoi ? Et, bien, tout simplement, parce que le pape est AUSSI infaillible dans son enseignement de tous les jours ! Ceci ressort nettement d'une mise au point de Mgr d'Avanzo, le rapporteur de la Dputation de la Foi de Vatican I :

    "L'glise est Infaillible dans son magistre ordinaire, qui est exerc quotidiennement principalement par le pape, et par les vques unis lui, qui pour cette raison sont, comme lui, infaillibles de l'infaillibilit de l'glise, qui est assiste par le Saint-Esprit tous les jours. [...]

    Question : qui donc appartient-il chaque jour que Dieu fait :

    1. de dclarer les vrits implicitement contenues dans la rvlation

    2. de dfinir les vrits explicites ?

    3. de venger les vrits attaques ?

    Rponse : Au pape, soit en concile, soit hors du concile. Le pape est, en effet, le Pasteur des pasteurs et le Docteur des docteurs" (Mgr d'Avanzo), rapporteur de la Dputation pour la foi du premier concile du Vatican : "Status questionis" ("tat de la question de l'infaillibilit"), dbut juillet 1870 ; document historique no 565 de l'appendice B des actes du concile, in: Gerardus Schneemann (ed.) : Acta et decreta sacrosancti oecumenici concilii Vaticani cum permultis aliis documentis ejusque historiam spectantibus, Freiburg 1892, col.1714)

    Voici encore une autre intervention, manant du mme rapporteur de la Dputation de la Foi. "Il y a, dans l'glise, un double mode d'infaillibilit : le premier s'exerce par le magistre ordinaire. () C'est pourquoi, de mme que le Saint-Esprit, l'Esprit de Vrit demeure TOUS LES JOURS dans l'glise, l'glise aussi enseigne tous les jours les vrits de la foi, avec l'assistance du Saint-Esprit. Elle enseigne toutes les vrits soit dj dfinies, soit explicitement contenues dans le dpt de la rvlation, mais non dfinies encore, soit enfin celles qui font l'objet dune foi implicite. Ces vrits, lglise les enseigne QUOTIDIENNEMENT, TANT PRINCIPALEMENT PAR LE PAPE, que par chacun des vques en communion avec lui. Tous, et le pape et les vques, dans cet enseignement ordinaire, sont infaillibles de l'infaillibilit mme de l'glise. Ils diffrent seulement en ceci : les vques ne sont pas infaillibles par eux-mmes, mais ont besoin de la communion avec le pape qui les confirme mais LE PAPE, LUI N'A BESOIN DE RIEN D'AUTRE QUE DE L'ASSISTANCE DU SAINT-ESPRIT, QUI LUI A T PROMISE. Ainsi il enseigne et n'est pas enseign, il

  • ~ 32 ~

    confirme et n'est pas, confirm" (intervention officielle de Mgr d'Avanzo, rapporteur de la Dputation de la Foi, devant les Pres du Vatican, in: Dom Paul Nau "Le magistre pontifical ordinaire, lieu thologique. Essai sur l'autorit des enseignements du souverain pontife", in: Revue thomiste, 1956, p. 389 - 412, tir part Neubourg 1962, p. 15).

    Quelques annes aprs le concile Pie IX critiqua les catholiques libraux (Lettre Per tristissima, 6 mars 1873). On y trouve une phrase clef : "Ils se croient plus sage que cette chaire laquelle a t promis un secours divin, spcial et PERMANENT". Vu que la claire de Pierre jouit dune assistance permanente du Saint-Esprit, l'infaillibilit "ordinaire" est attribue non seulement l'glise universelle, mais aussi au pape enseignant seul. Le magistre pontifical ordinaire est, lui aussi, infaillible.

    La connaissance de tous ces passages constitue une aide prcieuse pour bien comprendre le sens de la fameuse dfinition de l'infaillibilit pontificale faite Vatican I. Car le danger est grand de mal interprter Pastor, aeternus. Un spcialiste de la question, Dom Nau, mit en garde les thologiens qui dissertaient sur le crdit accorder au magistre pontifical : "Le plus grave danger" est "d'branler la confiance et l'adhsion des fidles. Il serait particulirement dangereux d'opposer magistre solennel et ordinaire d'aprs les catgories trop simplistes de faillible et infaillible" (Nau : op. cit.). Le domaine de l'infaillibilit du pape recouvre en effet non seulement le magistre extraordinaire, mais aussi le magistre ordinaire. La grande majorit des catholiques, sans parler des thologiens, sait que, Vatican I a proclam l'infaillibilit du pontife romain.

    Mais ce que l'on oublie assez souvent, c'est que Vatican I dfinit une infaillibilit pour les deux modes denseignement : 1. l'enseignement pontifical extraordinaire (solennel) ; 2. l'enseignement ordinaire.

    Le magistre pontifical ordinaire est, lui aussi, infaillible, qu'il s'agisse d'une allocution, d'une encyclique ou d'une bulle de canonisation. Pour que le texte soit infaillible, il suffit simplement que le pape veuille imposer une doctrine tous les fidles en engageant son autorit pontificale. Certaines formules employes dans des documents relevant du magistre ordinaire prouvent que le pape veut engager son infaillibilit. Citons quelques exemples :

    L'interdiction de la contraception artificielle est "l'expression d'une loi naturelle et divine, contraire l'ordre tabli par Dieu" (Pie XII : Discours aux sages-femmes, 29 - 30 octobre 1951).

    "En qualit de matre suprme de l'glise, nous avons, assis sur la chaire de saint Pierre (ex cathedra Divi Petri) prononc solennellement : En l'honneur de la 'Trinit sainte et indivisible, pour l'exaltation de la loi catholique et l'extension de la religion chrtienne, en vertu de l'autorit de NSJC, des bienheureux aptres Pierre et Paul et par la ntre (... ) nous dfinissons et dclarons que la bienheureuse Jeanne Antide Tiouret est sainte" (Pie XI : lettre dcrtale Sub salutiferae, 14 janvier 1934).

    "Pntr du devoir de notre charge apostolique, et plein de sollicitude pour notre sainte religion, pour la saine doctrine, pour le salut des mes qui nous est confi d'en haut et pour le bien mme de la socit humaine, nous avons cru devoir lever de nouveau la voix" (Pie IX : encyclique Quanta cura, 8 dcembre 1864).

  • ~ 33 ~

    "En tant que docteur de l'glise universelle", Pie XII enseigne les "mystres rvls par Dieu" valables pour "tout le peuple de Dieu" (encyclique Mystici corpori, 29 juin 1943). Les termes employs par Pie XII nindiquent-ils pas clairement qu'il parle ex cathedra ? Et cet enseignement infaillible ne se trouve-t-il pas dans un crit ordinaire ? Ds lors, comment peut-on rduire le domaine de linfaillibilit pontificale aux seules dfinitions solennelles, en loccurrence la dfinition de lImmacule Conception en 1854 et celle de l'Assomption en 1950 ? Nest-ce pas amputer la doctrine catholique ?

    Vu que certains thologiens (pseudo-catholiques) niaient l'infaillibilit du magistre ordinaire pontifical, Pie XII raffirma nettement l'infaillibilit permanente des pontifes : "On ne doit pas penser que ce qui est propos dans les lettres encycliques n'exige pas de soi l'assentiment, sous le prtexte que les papes n'y exerceraient pas le pouvoir suprme de leur magistre. C'est bien, en effet, du magistre ordinaire que relve cet enseignement et pour ce magistre vaut aussi la parole [du Christ aux Aptres] : Qui vous coute, m'coute (Luc X, 16), et le plus souvent ce qui est propos et impos dans les encycliques appartient depuis longtemps d'ailleurs la doctrine catholique. Que si dans leurs actes, les souverains pontifes, portent dessein un jugement sur une question jusqu'alors dispute, il apparat donc tous que, conformment l'esprit et la volont de ces mmes pontifes, cette question ne peut plus tre tenue pour une question libre entre thologiens"(Encyclique Humani generis, 12 aot 1950).

    Pie XII s'lve ici contre les personnes, qui, sous prtexte que le pape nenseignerait pas solennellement, croient que les autres crits peuvent contenir des opinions contestables. Or les encycliques et autres actes courants du "magistre ordinaire", dit Pie XII, c'est la voix du Christ. Et comme le Christ ne ment jamais, ces textes sont par la force des choses toujours infaillibles. L'infaillibilit est donc permanente, nullement limite aux dfinitions solennelles ponctuelles.

    Et le mme pape disait en une autre occasion : "Ds que se fait entendre la voix du magistre de lglise, tant ordinaire qu'extraordinaire, recueillez-la, cette voix, dune oreille attentive et d'un esprit docile" (Pie XII aux membres de lAngelicum, 14 janvier 1958).

    Le pape Lon XIII commande aux catholiques de croire tout ce quenseigne le pape (nouvelle preuve de l'infaillibilit permanente du souverain pontife) : "Il est ncessaire de s'en tenir avec une adhsion inbranlable TOUT ce que les pontifes romains ont enseign ou enseigneront, et, toutes les fois que les circonstances l'exigeront, d'en faire profession publique" (Lon XIII : encyclique Immortale dei, novembre 1885). Le pape ne fait aucun distinguo entre magistre extraordinaire ou ordinaire : "Toutes les fois donc que la parole de ce magistre dclare que telle ou telle vrit fait partie de l'ensemble de la doctrine divinement rvle, chacun doit croire avec certitude que cela est vrai ; car si cela pouvait en quelque manire tre faux, il s'ensuivrait, ce qui est videmment absurde, que Dieu Lui-mme serait l'auteur de l'erreur des hommes" (Lon XIII : encyclique, Satis cognitum, 29 juin 1896).

    Toutes les encycliques qui condamnent les erreurs modernes de 1789 relvent du magistre ordinaire. Or Lon XIII affirme qu' ce sujet, "chacun doit s'en tenir au jugement du Sige apostolique et penser comme il pense lui-mme. Si donc, dans ces conjonctures si difficiles [crise de l'glise et de la socit], les catholiques nous coutent comme il le faut, ils sauront exactement quels sont les devoirs de chacun tant en thorie

  • ~ 34 ~

    qu'en pratique" (Immortale Dei, 1er novembre 1885). Donc le magistre pontifical ordinaire est infaillible. Le pape est infaillible quotidiennement.

    Lexpression infaillibilit quotidienne du pape surprend peut-tre le lecteur, car il est rare de lire une pareille assertion dans les revues ou livres actuels. Toutefois, cette interprtation