1 Quels citoyens pour construire un monde à finalité humaine (2ème édition)

download 1 Quels citoyens pour construire un monde à finalité humaine (2ème édition)

of 50

  • date post

    09-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    3

Embed Size (px)

description

Ce document a été rédigé pour la préparation du séminaire "transformation personnelle, transformation collective" du forum social mondial de Porto Alegre. Son résumé a été abondamment diffusé dans les 4 langues du forum, mais n’a pas servi de trame au séminaire lui-même, centré sur dune démarche "théâtre de l’opprimé" et la découverte mutuelle des participants français et brésiliens. Il a en revanche été à la base de la rencontre avec l’IDH (Instituto de Humanizaçào) qui a fortement inspiré la démarche de création de RECIT.

Transcript of 1 Quels citoyens pour construire un monde à finalité humaine (2ème édition)

  • Les fascicules

    N1

    Quels citoyens

    Pour construire un monde

    finalit humaine ?

    Didier MINOT

    Contribution au sminaire du Forum Social Mondial 2002 sur le thme : "Transformation personnelle, transformation collective "

    Dcembre 2001

    1

    1

  • 22

  • Ce texte a t crit peu de temps aprs le 11 septembre, en vue de prparer un sminaire organis Porto Alegre en janvier 2002 par Transversales Sciences Culture sur le thme "transformation personnelle, transformation collective"

    Il doit beaucoup aux rflexions collectives menes en divers lieux : Cercle Condorcet de Paris, Dmocratie et spiritualit, puis "Pour une socit solidaire" (PUSS) .Il a bnfici de la bienveillante relecture, il y a longtemps, de Ren Level, Marie Dominique Cala, Armen Tarpinian,, que je voudrais ici remercier.

    Ce texte n'avait jamais t publi. Les premires Rencontres de l'ducation citoyenne Lille, et la cration de la collection Les fascicules de RECIT, donnent aujourd'hui l'occasion de revenir sur une rflexion qui est une des bases du projet de RECIT, aux cts de bien d'autres.

    3

    3

  • 44

  • PREMIRE PARTIE UN BESOIN URGENT

    D'HUMANIT

    Les vnements qui se sont succds depuis septembre dernier montrent tout coup au monde de l'opulence qu'il n'est pas invulnrable. La rponse amricaine aux attentats a t militaire, mais chacun voit bien qu' terme, seule la reconnaissance des causes par les nantis, et des rponses appropries en termes de dveloppement partag et rorient, peuvent dans la dure dsarmer la violence. La crise rvle l'ampleur des mutations et des problmes de civilisation qui s'accumulent.

    5

    5

  • 1DES VNEMENTS RVLATEURS

    Depuis 10 ans la logique froide de l'appareil conomique envahit tous les domaines de la vie. Les nouvelles forces conomiques et financires contournent les rgles de droit, changent d'chelle et vident les dmocraties de leur contenu. Les gouvernements nationaux deviennent des jouets que les puissances conomiques manipulent.

    Les vnements qui se sont succds depuis septembre 2001 ont chang la situation mondiale en accentuant un climat de crise conomique. Les attentats du mois de septembre, puis le bio terrorisme et la guerre ont remis en cause l'image inbranlable du l'ordre libral. Les images montrent tout coup au monde de l'opulence qu'il n'est pas invulnrable La guerre peut venir jusqu'au cur du "systme monde". La rponse amricaine a t militaire, et a conduit chasser les talibans du pouvoir en Afghanistan. Chacun voit bien que cela ne rgle en rien les causes profondes du conflit avec les mouvements terroristes. A terme, seule la reconnaissance des causes, et des rponses appropries, peuvent dans la dure dsarmer la violence. George W. Bush a dclar le 12 septembre que "Cet ennemi a attaqu non seulement les tats Unis, mais tous les peuples pris de libert. Nous rallierons le monde derrire nous. Ce sera un combat monumental du bien contre le mal". Le monde dvelopp est loin d'incarner le bien. Le capitalisme trouve ses racines dans les conditions de la conqute du nouveau monde, l'esclavage et le "commerce triangulaire", les innombrables guerres coloniales menes par les pays d'Europe, en Algrie, en Inde, en Afrique. La confrence de Durban devait reconnatre la responsabilit historique des pays europens et de l'Amrique dans le dveloppement de l'esclavage depuis 4 sicles. Son chec, il y a moins de 6 mois, a sans doute des causes complexes. Mais il consacre tragiquement la coupure entre le Nord et le Sud, par ce refus de mmoire et de rparation.

    En Europe, beaucoup prennent conscience cette occasion que les bons sentiments ne suffisent pas. Malgr leurs opinions progressistes, les consommateurs riches des pays du Nord et du Sud sont dans le camp des nantis, plus proches des dirigeants amricains que des catgories pauvres et des peuples du Sud. Les pays du Nord, mme sociaux-dmocrates, jouent le jeu des forces conomiques dominantes, poussant par exemple la libralisation de la sant, de l'ducation et des services1. Il y a "du Sud dans le Nord et du Nord dans le Sud : les minorits riches dans les pays pauvres, vivant l'occidentale, occupent les postes de commande, alors que les populations pauvres des pays du Nord, de plus en plus nombreuses, sont exclues de la socit.

    En d'autres termes, ce climat d'affrontement dveloppe les tendances toujours prsentes en l'homme de peur, de haine et de passions. La logique de guerre risque de conduire durablement une sorte de guerre froide extrmement grave pour les peuples du monde, o la vengeance entranerait des contre-vengeances. La crise rvle l'ampleur des problmes de civilisation qui s'accumulent depuis longtemps. Il est urgent de faire prvaloir une autre logique, faite de tolrance et de fraternit.

    1 On l'a vu Doha (Qatar), lors des ngociations pour engager un nouveau cycle de l'ibralisaiton des services l'OMC (organisation mondiale du commerce). En France, Vivendi par exemple a obtenu que le gouvernement soutienne la libralisation de l'eau, pour vendre ses services, prparant de nouvelles catastrophes terme.

    6

    6

  • 77

  • 2DES MUTATIONS TRS RAPIDES

    Tout ne vient pas des dernires annes. Le monde a connu depuis 30 ans une norme srie de changements, qui bouleverse totalement les conditions de la vie et de la survie de l'humanit toute entire. Ces changements trouvent leur source dans quatre rvolutions, quatre mutations majeures qui ont affect l'quilibre du monde et provoquent aujourd'hui un haut degr d'incertitude2.

    La rvolution de l'information et du vivant

    Aprs stre servi de sources d'nergies de plus en plus puissantes pour transformer la matire qui lentoure, les humains se sont rendus matres, au milieu du XXe sicle, de lutilisation dune nouvelle caractristique daction sur la matire, nomme avec lgret information. Cette rvolution est la source de plusieurs autres : par les facilits de communication qu'elle a engendr, elle a rendu possible la mondialisation des changes. Par la comprhension du rle de l'information dans la transmission du vivant, elle a permis l'essor de la biogntique et des biotechnologies. Par l'accroissement de la productivit l'incorporation d'information dans les processus de production, elle a entran d'importants gains de travail humain.

    Lentre dans cette re informationnelle met aujourdhui la disposition des humains des richesses (biens et services) en quantit considrable. Mise au service du profit, elle scrte de nouvelles ingalits : croissance du chmage, exclusion, rsurgence des grandes pidmies. Dans une autre optique, cette perce pourrait permettre lpanouissement matriel de chacun et livrer des capacits relationnelles infinies.

    La mondialisation librale

    La logique capitaliste qui poursuit depuis quatre cinq sicles un objectif central : marchandiser le monde. Aprs avoir absorb la terre, le travail et la monnaie, cest aujourdhui lducation, la sant, la culture, bref le plus intime de nous-mmes que celle-ci entend mettre au service dun conomisme totalisant.

    Lintroduction dans les changes des technologies de l'information rend possible une interconnexion de tous les marchs, notamment financiers, et la prquation du cours des actions et des taux de profit, en donnant une exclusivit aux valeurs marchandes dans toutes les dcisions collectives.

    2 Cf les multiples rflexions de Jacques Robin dans Transversales Sciences Culture

    8

    8

  • Applique aux rgles habituelles de lconomie de march (bases sur le profit immdiat dans une concurrence acharne), cette logique a produit brutalement des ingalits sociales normes entre un petit nombre de gagnants et un grand nombre de perdants. Le capital financier impose aux entreprises, au niveau mondial, des rgles de rentabilit artificielles, lies une conception minire de l'conomie (on exploite un filon et on s'en va), court terme. Cela ne peut pas durer des sicles ni mme des dcennies, et nous allons invitablement une crise de civilisation. Nous y sommes peut-tre dj.

    Le basculement dmographique.

    Le Sud reprsente 4/5 de la population mondiale, mais le Nord consomme et accapare, avec une mince couches d'lites des pays du Sud, les 4/5 des richesses. Dans 30 ans la population du Nord aura diminu alors que celle du Sud s'accrot de 1 milliard d'hommes tous les 12 ans. Ou bien le monde s'organise comme un apartheid l'chelle mondiale, avec des miradors aux frontires des pays et des quartiers riches, ou bien il faut accepter un autre partage des richesses, inventer des modes de vie et de consommation qui reposent sur d'autres raisons de vivre que la satisfaction indfinie de nouveaux dsirs pour les riches. Dans tous les pays, on doit trouver les voies d'un partage des valeurs et le mtissage dans une socit multiethnique. L'Europe, qui dcouvre cette diversit, a beaucoup apprendre en ce domaine de pays comme le Brsil.

    L'mergence d'un monde en rseau

    Les socits industrielles se sont organises au XXe sicle de faon hirarchique, pyramidale, avec une division pousse du travail. Dans les grandes entreprises, cette organisation a t remise en cause depuis 15 ans. Aujourd'hui, le management de ces entreprises s'appuie sur des petites quipes autonomes, rassembles de faon temporaires autour de projets. Cette organisation tend s'imposer, au del des entreprises, toute la socit. Elle gagne les associations, les services publics. Elle est lie l'accroissement du niveau d'ducation et aux progrs des communications. Le travail en rseau est plus attrayant que le travail au sein d'une structure hirarchique. On peut s'y panouir, raliser ses potentialits.