05 Ecrits .Catalogue génétique général des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS,...

download 05 Ecrits .Catalogue génétique général des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS, Paris)

of 22

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of 05 Ecrits .Catalogue génétique général des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS,...

  • Catalogue gntique gnral des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS, Paris)

    CRITS CRITIQUES Pour les textes antrieurs 1936, voir le fichier crits de jeunesse .

    I. TEXTES SUR LA LITTRATURE ET LES CRIVAINS Explication de Ltranger (1943), ES 43/39, DS 180

    Fonds : Bibliothque nationale de France, Dpartement des manuscrits La photographie du manuscrit d Explication de Ltranger (Cahiers du Sud, no 243, 1943 ; repris dans Situations [I], 1947) est le dernier document et le seul de Sartre dans le dossier portant la cote NAF 14063 (f. 183-202 ; microfilm MF 4431) et qui regroupe un ensemble htroclite de courts manuscrits (posies de Desnos, Aragon, Leiris, Cocteau, lettres de Valery Larbaud, une prface de Gide, Lintelligence et lchafaud de Camus, textes dEdmond Jaloux, Tristan Klingsor, Claude Roy, etc.). Le manuscrit, pour lessentiel conforme au texte publi dans Situations, comporte 20 f. de papier quadrill, numrots 1 20 en haut gauche, crits au recto sur toute la page (environ 30 lignes par feuillet). En bas du dernier feuillet, Sartre signe : J.P. Sartre. Il y a trs peu de ratures. Tout indique ici que Sartre avait bien en tte la progression de son argument tout comme il avait prsent lesprit les citations et rfrences dont il allait se servir. Par rapport au texte publi, le manuscrit propose un seul complment (f. 13) : deux citations plus consquentes de Hemingway et de Camus pour toffer la comparaison stylistique laquelle Sartre se livre mais quil a trouves, de toute vidence, superflues sa dmonstration et quil a biffes. Ce document est actuellement lunique manuscrit localis des articles qui formeront le recueil Situations [I] (1947). [JI]

    Prsentation des Temps modernes (1945), ES 45/80, DS 393-394

    Fonds : Bibliothque nationale de France, Dpartement des manuscrits Fonds Sartre (NAF 28405). Le dossier Quest-ce que la littrature ? de la BNF contient une chemise conservant 1 f. r/v, papier blanc, encre bleue, de la Prsentation des Temps Modernes , ditorial du premier numro de la revue. Cette version de la Prsentation est fort probablement un premier jet. La majeure partie des leitmotive de la revue y sont dclins la libert du lecteur, lauteur en tant que dfenseur de la libert, la responsabilit, la situation, la ncessit de se proccuper de son poque , mais ils y demeurent pour une grande part peu dvelopps. Sartre use des exemples de loccupation allemande (poque o tombrent les tours divoire des crivains) et de Drieu La Rochelle pour introduire son propos. La littrature engage est dfinie en tant que littrature consciente de ses exigences et obligations . Avant de conclure que la revue sintressera aux situations humaines de son poque, Sartre nonce que les Temps Modernes rclament explicitement ce que la plupart des crivains rclament aveuglment : la libert de ses lecteurs, celle dtre des hommes . Ce court texte, presque sans rature (on nen compte que deux), a probablement t rdig dun seul trait en novembre 1944 : selon Le Figaro du 18 novembre 1944, la revue devait dabord avoir pour titre La Condition humaine, or Sartre utilise dj ici le titre Temps Modernes. Ds dcembre, Jean Paulhan avait lu la prsentation (voir Lettre Andr Gide , 10

  • Catalogue gntique gnral des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS, Paris)

    2

    dcembre 1944, dans Choix de lettres, Gallimard, 1992, p. 390-391, ainsi que Situations II, d., Arlette Elkam-Sartre, 2012, p. 205-207). [FW]

    La nationalisation de la littrature (1945), ES 45/83, DS 342

    Fonds : Bibliothque nationale de France, Dpartement des manuscrits Fonds Sartre (NAF 28405). Le dossier Quest-ce que la littrature? de la BNF contient le manuscrit de lditorial du numro 2 des Temps modernes (octobre 1945), dont le contenu sera largement repris dans Situations II. 8 f. : 1 f. quadrill, encre noire, criture sur chaque ligne, r/v. (titre autographe : La nationalisation de la littrature ; 6 f. de papier lign, encre bleue, r/v (le f. 7 prsente une longue biffure) ; 1 f. de papier quadrill, encre noire, r/v, crit une ligne sur deux. Lensemble donne une version trs proche de celle quon trouvera dans Les Temps modernes puis dans Situations II (1948) : on compte, sur le manuscrit, plusieurs modifications et ratures mineures, et une seule rcriture majeure : une premire conclusion du texte, lintgralit du verso du f. 7, est biffe, puis reprise sur le feuillet suivant, en continuit avec une phrase laisse en suspens au recto du f. 7 ( Sans doute luvre crite est un fait social et lcrivain [] ). On peut dcouper la partie rature du f. 7 en deux parties de longueur peu prs gale : une premire, qui sera majoritairement rcrite, et une seconde, plus prs des versions du f. 8, de TM et de SII, de Souhaitons quil puisse secouer cette meute jusqu la fin (SII, p. 52-53). Le f. 1, papier quadrill et encre noire galement, est peut-tre la rcriture dune introduction aujourdhui disparue. Il ne semble pas y avoir eu de travail de rcriture entre le manuscrit et la version des TM. La plupart des modifications sont mineures (ajouts ou suppressions de virgules ou de soulignements). Il en va de mme du texte de TM et celui de SII. [FW]

    Baudelaire (1946), ES 46/101 et 47/115, DS 54-55

    Fonds : Collection particulire dpose au Muse des lettres et manuscrits Sous la rfrence 37267/MA est conserv le manuscrit autographe complet de ce texte crit en 1944 pour servir de prface aux crits intimes de Baudelaire. Ce manuscrit tant expos dans une vitrine du Muse, nous navons pu le consulter : il sagit de toute vidence dune mise au net, sur papier non lign ; les feuillets ont t rassembls sous reliure. La note de conservation indique que le texte prsente environ 250 altrations ponctuelles (biffures ou ajouts). Il sagit du seul manuscrit de cette uvre localis ce jour. [GP]

    crire pour son poque (1946), ES 46/114, DS 147

    Fonds : Bibliothque nationale de France, Dpartement des manuscrits Fonds Sartre (NAF 28405). Le dossier Quest-ce que la littrature? de la BNF contient des pices manuscrites du texte crire pour son poque , publi pour la premire fois en allemand sous le titre de Der Schriftsteller und seine Zeit (Die Umschau, no 1, septembre 1946, p. 14-21). Le texte sera ensuite publi en franais, notamment dans la revue Valeurs ([Alexandrie], no 7-8, octobre 1946-janvier 1947, p. 105-112), mais ne figurera pas dans Les Temps modernes avant juin 1948, (no 33, p. 2113-2121). Jamais repris auparavant dans les volumes des Situations, il a t rcemment republi dans la version revue et augmente de Situations, II par Arlette Elkam-Sartre, en 2012. Cest cette dernire dition que nous nous rfrerons ici, en indiquant la date de rdition pour viter toute confusion avec le Situations, II de 1948. Les fragments manuscrits d crire pour son poque sont principalement rassembls dans deux chemises du dossier Pourquoi crire ? : dune part, Version primitive de lofficier de 1940 , 3 f., papier blanc, encre noire ; dautre part, 20 f. dans une chemise en comportant 26

  • Catalogue gntique gnral des manuscrits de Jean-Paul Sartre (ITEM, ENS-CNRS, Paris)

    3

    ( Lofficier de 1940 ), pour la plupart numrots et r/v, papier blanc, encre noire. Bien que plusieurs phrases soient reprises presque mot pour mot dans la version publie du texte, notons quil est possible que certains de ces f. appartiennent une autre srie de rdactions : un f. de notes sur lattitude du lecteur postrieure au 13 octobre 1946 fait aussi rfrence au cas de Flaubert et celui de lofficier de 1940 (voir La responsabilit de lcrivain , ci-dessous), cas largement travaill dans les f. que nous attribuons ici crire pour son poque . Sartre a-t-il repris la rdaction de certaines parties rejetes du texte aprs ses premires publications qui, rappelons-le, nont pas eu lieu dans Les Temps modernes ? Certains aspects du contenu de ces f., pour la plupart indits, permettent de croire quune grande majorit, sinon lensemble de ces f., peut tre attribu la rdaction d crire pour son poque ou, tout le moins, que certains fragments de ce texte dabord mis de ct ont donn lieu ou appartiennent dautres sries de rdactions, notamment sur la question de la violence ( La responsabilit de lcrivain ) et du message ( Quest-ce que la littrature ?3). On trouve aussi deux fragments du texte, trs proches de la version publie, dans une autre chemise (2 f., papier blanc, encre noire, et un bloc-notes vide), et attribus Quest-ce qucrire ? par la BNF. a) 3 f. : Le f. 1 est vraisemblablement un brouillon (criture rapide et nombreuses ratures). Sartre y traite du problme du message, cette me distance ([ Le message est, au bout du compte, une me faite objet. [] On la contemple distance respectueuse ], cf. SII, p. 82]). Il prend lexemple de lchange pistolaire pour expliquer son propos. Le f. se termine sur le rapport histoire et immortalit. Le f. 2 prsente deux fragments : une version du problme du message ainsi quune version du cas de lofficier de quarante que Sartre reprend dans le f. 3. b) 20 f. : La majeure partie de ces 20 f. sont numrots. Le f. 35 suivi dun f. sans numro semble tre une premire version assez avance d crire pour son poque . Le f. 35 suit dabord un dveloppement trs proche de celui des pages 390 392 de la version publie (pour ne donner quun exemple : Est-ce un si grand crime que daffirmer contre ces hommes que lart ne sauve pas la vie [Nous affirmons contre ces critiques et contre ces auteurs que le salut se fait sur cette terre, SII, 2012, p. 390]). Le reste des f. est indit : Sartre tente darticuler sa dfense de lart comme mdiation de la vie autour du concept moral du Bien universel concret . Citant une lettre de Flaubert lintention de Georges Sand, il montre dabord comment ce dernier justifie son dsengagement vis--vis la cause ouvrire par un recours truqu luniversalisation de la souffrance. Sar