« Les freins à l’insertion professionnelle en ESAT ( )) »» · Association loi 1901 reconnue...

of 102 /102
Association loi 1901 reconnue d’utilité publique « Les freins à l’insertion professionnelle en ESAT (orientation de la Cotorep en 2004) » Rapport d’étude réalisé par Gala VELOSO Chargée de mission Europe Juin 2006 Communauté européenne Fonds social européen

Embed Size (px)

Transcript of « Les freins à l’insertion professionnelle en ESAT ( )) »» · Association loi 1901 reconnue...

  • AAssssoocciiaattiioonn llooii 11990011

    rreeccoonnnnuuee dduuttiilliitt ppuubblliiqquuee

    LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn

    EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn ddee llaa CCoottoorreepp eenn 22000044))

    RRaappppoorrtt ddttuuddee rraalliiss ppaarr GGaallaa VVEELLOOSSOO CChhaarrggee ddee mmiissssiioonn EEuurrooppee

    JJuuiinn 22000066

    Communaut europenne Fonds social europen

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    2

    A lissue de cette Etude-Action, je souhaite adresser tous mes remerciements aux personnes qui mont accompagne lors de ces six mois de travail et qui mont permis dtre au plus prs une riche ralit humaine. Ces remerciements vont avant tout aux personnes rencontres. Elles mont offert bien plus que leur confiance, elles resteront pour moi une belle image du courage et de dignit. Je souhaite galement remercier tous ceux qui mont apport de prcieux conseils et une aide dcisive : Elisabeth COLLOMP, Danile CAUDRILLIER, Christine PERRIGEUX, Magali DJOUMECK, Jacob BENAROCH, Lila NAASRI et toute lquipe de DELTA INSERTION (dont les interventions ont t dterminantes), Maria PEREZ, lquipe Passerelle dEMERGENCE de lassociation VIVRE , Gilles VALET et Vronique GRAVILLON du PDI-TH du 92, ainsi que Dominique BAILY, Madame CASTOR et Isabelle HENOT de la CDAPH du 92.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    3

    II NN TT RR OO DD UU CC TT II OO NN .................................................................................................................................... 4

    II -- MM EE TT HH OO DD OO LL OO GG II EE .......................................................................................................................... 9

    1 . 1 . L E S P E R S O N N E S C O N T A C T E E S P O U R L E T U D E - A C T I O N ........................................ 10 1.1.1. Panel 1 ...................................................................................................................................... 10 1.1.2. Panel 2 ...................................................................................................................................... 11 1.1.3. Les retours des dmarches de prises de contact : ..................................................................... 12

    1 . 2 . M I S E E N U V R E D E L E T U D E - A C T I O N ........................................................................ 13

    1.2.1. Les moyens mobiliss et les outils utiliss................................................................................. 13 1.2.2. Rapprochement avec les professionnels du milieu de travail protg ...................................... 15 1.2.3. - Rencontre avec les ESAT du dpartement des Hauts-de-Seine ................................................. 16

    1 . 3 . - L A P R E S T A T I O N D A C C O M P A G N E M E N T ......................................................................... 18

    1.3.1. Lvaluation de la demande : un temps dcoute...................................................................... 18 1.3.2 La candidature ........................................................................................................................... 19 1.3.3. Laccompagnement aux portes de lESAT ................................................................................ 20

    II II II DD EE NN TT II FF II CC AA TT II OO NN DD EE SS FF RR EE II NN SS AA LL II NN SS EE RR TT II OO NN PP RR OO FF EE SS SS II OO NN NN EE LL LL EE EE NN EE SS AA TT .................................................................................................................................................... 22

    2 . 1 . R E S U L T A T S D E L E T U D E .................................................................................................... 23 2.1.1. Les caractristiques de la population reue ............................................................................. 25 2.1.2. Les diffrents freins une admission en ESAT ......................................................................... 48

    2 . 2 . R E S U L T A T S D E L A P R E S T A T I O N D A C C O M P A G N E M E N T ........................................ 57

    2.2.1. Les caractristiques principales des personnes accompagnes................................................ 59 2.2.2. - Bilan de la prestation daccompagnement ................................................................................ 62 2.2.3. Les freins linsertion en ESAT identifis lors de laccompagnement..................................... 65

    2 . 3 . S Y N T H E S E D E S R E S U L T A T S D E L E T U D E - A C T I O N .................................................. 75

    2.3.1. - Les freins identifis .................................................................................................................... 75 2.3.2. - Essai de typologie...................................................................................................................... 78

    II II II CC OO MM MM EE NN TT FF AA CC II LL II TT EE RR LL II NN SS EE RR TT II OO NN PP RR OO FF EE SS SS II OO NN NN EE LL LL EE EE NN EE SS AA TT ?? ........................................................................................................................................................ 80

    3 . 1 . - F A V O R I S E R L A R E N C O N T R E ............................................................................................... 82 3.1.1 - Les ESAT : vers des pratiques mutualises................................................................................. 82 3.1.2. Rendre plus efficace lappui existant ........................................................................................ 85

    3 . 2 . - C O M M E N T F A C I L I T E R L E S D E M A R C H E S P O U R L E S P E R S O N N E S Q U I N O N T P A S R E C O U R S A U N A P P U I ? ........................................................................................................... 87

    3.2.1 - Vers une appropriation du milieu de travail protg ................................................................. 87 3.2.2 Dvelopper un module de sensibilisation et dinformation aux diffrents types de handicap ... 89 3.2.3. - La mise en adquation de loffre et de la demande ................................................................... 90

    3 . 3 . - V E R S U N S E R V I C E D A C C O M P A G N E M E N T S P E C I F I Q U E , O U C O M M E N T D O N N E R D U S E N S A U N E I N S E R T I O N P R O F E S S I O N N E L L E E N E S A T ? ........................... 91

    3.3.1. - Pourquoi un service daccompagnement spcifique ?............................................................... 92 3 . 3 . 2 . - L e s m i s s i o n s d u n s e r v i c e d a c c o m p a g n e m e n t s p c i f i q u e e t s i n g u l i e r : ........................................................................................................................................ 93

    CC OO NN CC LL UU SS II OO NN ........................................................................................................................................ 98

    AA NN NN EE XX EE SS ................................................................................................................................................ 101

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    4

    IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN Dans la vie il ny a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les crer, et les

    solutions suivent.

    Antoine de Saint Exupry

    Le Ministre de lEmploi, de la Cohsion Sociale et du Logement, dans le cadre des

    orientations de la politique gouvernementale contre lexclusion et pour le dveloppement

    de lemploi, en faveur notamment des publics en grande difficult, favorise la mise en

    uvre des Programmes Dpartementaux dInsertion des Travailleurs Handicaps (PDI-

    TH).

    Le PDI-TH des Hauts-de-Seine a souhait qu titre exprimental soit mene une Etude-

    Action sur la situation des personnes reconnues travailleurs handicaps qui ont fait lobjet

    dune orientation vers le milieu protg au courant de lanne 2004 mais sans quune

    entre en tablissement nait t effectue dfinitivement au moment de la constitution du

    panel.

    Lassociation VIVRE a t contacte en septembre 2005 pour raliser cette Etude-

    Action au regard de son expertise sur le champ de linsertion sociale et professionnelle des

    publics prsentant un handicap, et plus particulirement de son action innovante

    daccompagnement de travailleurs du milieu de travail protg vers le milieu ordinaire1.

    1 - Projet DELTA INSERTION , CHATENAY-MALABRY (92), Association VIVRE .

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    5

    Un cahier des charges a t tabli pour orienter cette Etude-Action sur plusieurs axes de

    travail:

    Dune part il sagissait de faire un point sur la situation professionnelle et sociale de

    167 personnes orientes en 2004 vers un Centre dAide par le Travail (CAT) et

    pour qui, la connaissance des services de lEtat, une admission ntait pas

    effective en octobre 2005.

    Dautre part il tait demand didentifier pour ceux qui se trouvaient sans

    admission effective, les possibles freins linsertion vers le milieu de travail

    protg.

    Une prestation daccompagnement tait galement demande pour permettre aux

    personnes contactes, qui le sollicitaient, de recevoir un accompagnement adapt

    leur orientation.

    Enfin, en sappuyant sur les rsultats de lEtude-Action, devait tre apport des

    pistes de rflexions sur les moyens de faciliter linsertion dans les tablissements du

    milieu de travail protg.

    Une charge de dtude plein temps sest vue confier cette Etude-Action du mois de

    novembre 2005 jusquau mois davril 2006. Ce laps de temps, assez court au regard du

    panel contact et de la prestation daccompagnement propose, na malheureusement pas

    permis de fournir un appui toutes les personnes qui souhaitaient en bnficier. Ainsi

    plusieurs personnes au cours des derniers jours de laction, se sont manifestes pour tre

    appuyes dans leurs dmarches.

    Lautre limite de cette Etude-Action est donne par le panel fourni par le PDITH du 92. Ce

    dernier ne se superpose pas exactement lensemble des populations orientes en 2004 par

    la Commission technique et de reclassement professionnel du 92 (Cotorep 92) vers le

    milieu de travail protg. Pour ces raisons, il sera fait un point le plus prcis possible sur

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    6

    les critres qui ont prsid la constitution du panel dans la premire partie de ce rapport

    dtude.

    Par ailleurs, si nous avons tenu tenir compte autant que possible des avis des quipes

    charges des admissions, lEtude-Action se positionne partir du point de vue des

    travailleurs handicaps orients vers le milieu protg. De ce fait, bien que des prcautions

    aient t prises pour croiser les diffrentes perspectives, les rsultats manent

    essentiellement des entretiens mens auprs des personnes contactes et accompagnes.

    Ces prcisions donnes, il nous faut aussi comprendre dans quel contexte institutionnel et

    social, lEtude-Action prend place.

    Le contexte institutionnel et social :

    Les Commissions techniques et de reclassement professionnel (Cotorep) qui

    sigeaient dans chaque dpartement jusquau 31 dcembre 2005, statuaient sur les

    questions relatives lorientation professionnelle et linsertion sociale des personnes

    adultes handicapes.

    Les attributions des Cotorep ont t confies au 1er janvier 2006 aux Commissions des

    droits et de lautonomie des personnes handicapes (CDAPH) au sein des Maisons

    dpartementales des personnes handicapes (MDPH). Elles viennent sintgrer aux

    nouveaux dispositifs dvelopps par la loi du 11 fvrier 2005 pour lgalit des droits et

    des chances, la participation et la citoyennet des personnes handicapes2.

    Cest dans ce nouveau contexte lgislatif quune nouvelle appellation est apparu

    remplaant Centre dAide par le Travail (CAT) par Etablissement de Service et dAide par

    le Travail : ESAT. Bien que sur la notification reue par la population contacte dans le

    cadre de ltude figure le terme CAT, cest la dnomination ESAT que nous utiliserons le

    plus souvent dans ce rapport dtude.

    2 - Journal Officiel de la Rpublique Franaise, 12 fvrier 2005.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    7

    En 2004, anne o lorientation vers un essai en CAT a t effective pour les

    personnes que nous avons contactes, les Cotorep ont notifi 1 670 000 dcisions (pour 1

    682 000 demandes), soit une augmentation de 9% par rapport lanne 2003. Elles ont

    examin des demandes en croissance de 6.6 % avec par consquent un rattrapage des

    dlais de traitement des annes antrieures.3.

    En 2004, 210 000 personnes se sont adresses pour la premire fois aux Cotorep, soit 3%

    de plus quen 2003. Un nouveau demandeur sur dix est g de moins de 25 ans et un quart

    de plus de 60 ans.

    Le contexte social, comme le contexte institutionnel, a lui aussi son importance

    puisque les personnes contactes et accompagnes, baignent pleinement dans une socit

    qui possde ses propres modes de reprsentation du handicap4 et du milieu protg (dont

    pendant un temps on a pu relativiser la pertinence intgrer les personnes quon lui

    confiait dans la cit) 5. Ceci ne peut tre ignor lorsque lon se propose didentifier les

    freins linsertion en ESAT.

    La socit franaise projette des perceptions souvent caricaturales sur les personnes

    relevant dun handicap et plus particulirement sur celles relevant du handicap psychique.

    Et de fait, faire lobjet dune reconnaissance de travailleur handicap nanticipe pas dune

    vision clairvoyante et objective des diffrents types de handicap.

    Pour autant, comment comprendre quil ny ait pas dadmission en ESAT pour une

    personne qui a constitu un dossier de demande de reconnaissance de travailleur handicap

    et qui sest vue proposer une solution daccs au monde du travail, adapte ses

    difficults. Ce potentiel candidat est-il, par son handicap et sa situation personnelle, encore

    trop loign de lemploi ou se trouve-t-il face une inadquation de loffre de places

    proposes par les ESAT du dpartement ?

    3 - Augmentation sensible de lactivit COTOREP en 2004 , in ETUDES et RESULTATS, DREES, N 455, dcembre 2005. 4 - Aude CARIA, Extrait Troubles mentaux et reprsentations de la sant mentale : premiers rsultats de lenqute Sant mentale en population gnrale , in ETUDES et RESULTATS, DREES, N 347, octobre 2004. 5 - Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    8

    Pour rendre compte du travail fourni et des premires analyses, nous dtaillerons

    dans un premier temps la mthodologie mise en uvre pour rpondre aux objectifs de

    lEtude Action tels quils ont t dfinis par la coordination de PDI-TH des Hauts-de-

    Seine.

    Dans un deuxime temps, et partir des rsultats de lEtude-Action, nous verrons quels

    peuvent tre les freins une admission en ESAT, mais aussi le jeu de leurs interactions

    dans le cadre dun parcours dinsertion chaque fois individuel.

    Enfin, au regard des freins identifis, nous proposerons plusieurs pistes pour tablir au plus

    prs les facilitateurs linsertion en ESAT et, plus particulirement, nous verrons si un

    service daccompagnement adapt et singulier peut sembler pertinent sur le territoire

    dpartemental.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    9

    II -- MMtthhooddoollooggiiee

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    10

    1.1. Les personnes contactes pour

    lEtude-Action

    Les personnes contactes dans le cadre de cette tude ont t slectionnes partir

    dune liste transmise par la DRTEFP IDF6 au PDI-TH du 927. Celle-ci a t constitue

    partir de critres suivants :

    Personne ayant reu notification par la Cotorep du 92 dune

    reconnaissance de travailleur handicap en 2004 avec une orientation en Centre

    dAide par le Travail (CAT),

    mais pour laquelle, la connaissance de la DRTEFP IDF, il na pas t

    tabli de contrat dadmission en Etablissement de Service et dAide par le Travail

    (ESAT) ( la date doctobre 2005).

    Sur la base de ces lments, la liste communique comportait au total 342 rfrences de

    dossiers.

    1.1.1. Panel 1

    Le premier panel a t constitu partir de cette liste en privilgiant les premires

    demandes de Reconnaissance de la Qualit de Travailleur Handicap (RQTH) auprs de la

    Cotorep du 92. 167 rfrences de dossiers ont t isoles et pour lesquelles il a ainsi t

    possible de connatre le nom des personnes orientes en 2004, leur adresse et pour la

    majorit, un numro de tlphone.

    6 - DRTEFP IDF : Direction Rgionale du Travail de lEmploi et de la Formation Professionnelle de lIle-de-France. 7 - PDI TH 92 : Programme Dpartemental dInsertion des Travailleurs Handicaps des Hauts-de-Seine.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    11

    Le 15 novembre 2005, un courrier sign de la Cotorep a t adress aux personnes du

    panel pour demander leur accord afin que leurs coordonnes soient communiques la

    charge dtude, en prcisant quil sagissait de faire le point sur leur situation et quil leur

    serait propos une prestation daccompagnement8.

    Il a t joint au courrier un coupon-rponse afin de permettre la personne contacte

    dindiquer quelle ntait pas intresse par la dmarche.

    Aprs un dlai de quinze jours, nous avons contact par tlphone les personnes qui

    navaient pas renvoy leur coupon-rponse, ou qui navaient pas appel directement sur le

    tlphone mobile ddi lEtude-Action. Une prsentation de lEtude-Action et de son

    contexte leur a alors t faite ainsi quune proposition dentretien en face face.

    Un courrier de relance a t envoy le 21 dcembre 2005 aux personnes pour qui la prise

    de contact navait pu tre tablie9.

    1.1.2. Panel 2

    Le nombre de prises de contact ralises, partir de ce panel de 167 noms, tant apparu

    comme trop limit, il a t dcid dlargir ltude avec un second panel constitu, lui

    aussi, partir de la liste-source de 342 noms transmise par la DRTEFP IDF.

    Ce deuxime panel a t constitu en prenant comme seul critre le genre : 30 hommes et

    30 femmes ont ainsi t slectionns. Un courrier similaire celui envoy (le 16 janvier

    2006) au premier panel leur a t adress mais cette fois a t joint un coupon-rponse

    donnant le choix entre une adhsion la dmarche et un refus10.

    8 - Voir Annexe n1. 9 - Voir Annexe n2. 10 - Voir Annexe n3.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    12

    1.1.3. Les retours des dmarches de prises de contact :

    Au total 227 personnes ont t contactes par courrier pour participer cette Etude-

    Action.

    Les retours des diffrents courriers adresss et relances tlphonique ont t de plusieurs

    types et trs tals dans le temps. Certaines personnes contactes nont rappel, pour

    bnficier de la prestation daccompagnement, qu la toute fin de lEtude-Action.

    P A N E L 1

    P A N E L 2

    Nombres de personnes contactes 167 60

    Nombre de personnes reues en

    entretien

    41 16

    Nombre de retours courrier avec accord

    pour la dmarche

    11

    11

    Nombre de retours courrier de

    personnes ne souhaitant pas tre

    contactes

    17 11

    Nombres de retours courrier :

    Nhabite Pas A ladresse Indique

    (NPAI)

    34 20

    Nombre de personnes dont la situation a

    pu tre connue via un entretien

    tlphonique ou un croisement avec les

    fichiers des admissions des ESAT du 92

    74 7

    Personnes pour lesquelles nous navons

    aucune information

    52 37

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    13

    A total pour les deux panels, sur 227personnes contactes, nous avons obtenu pour 138

    personnes (60%) une information sur leur situation professionnelle, pour 89 personnes

    nous navons obtenu aucune information (39%) et 57 personnes ont pu tre reues en

    entretien en face face (25%). Ce sont les informations obtenues au cours de ces

    rencontres qui ont constitu le matriel de notre tude.

    1.2. Mise en uvre de lEtude-Action

    1.2.1. Les moyens mobiliss et les outils utiliss

    a) Les moyens humains et matriels

    Une personne temps plein sur toute la dure de lEtude-Action a t ddie au projet.

    Un premier lieu daccueil pour les entretiens tait situ la Direction Gnrale de

    lassociation VIVRE Fontenay-aux-Roses (92) dans le sud du dpartement des Hauts-de-

    Seine. Le PDITH 92 a mis disposition un bureau un jour par semaine pour permettre un

    meilleur accs des personnes domicilies dans le nord du dpartement. Au vu du nombre

    de rendez-vous sollicits dans le nord du dpartement, une seule journe ne permettait pas

    de raliser la prestation avec rgularit. A partir du mois davril, un autre bureau a t prt

    pour les entretiens par le Centre Alexandre DUMAS de lassociation VIVRE (rue des

    Messageries, Paris 10me).

    Compte tenu des objectifs de lEtude-Action et notamment de sa partie prestation

    daccompagnement, il est apparu que le temps imparti pour les raliser a t

    particulirement court.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    14

    Un dispositif similaire avec deux annes dexprience - SHERPA (bnficiaires situs

    dans le 75 et le 94) 11 - estime six mois le temps moyen dun accompagnement russi

    pour une insertion en ESAT (de la premire candidature ladmission en passant par

    diffrentes priodes de stage). Ce dlai nous a t confirm par plusieurs directeurs

    dESAT.

    Afin de rpondre au mieux au cahier des charges de lEtude-Action, diffrents outils

    ont t mis en place.

    b) Le questionnaire

    Un premier questionnaire12 a t bti partir dune trame qui sinspirait de diffrents outils

    dj en circulation au sein des tablissements de lassociation VIVRE . Il a du tre

    modifi plusieurs reprises pour mieux rendre compte de la multiplicit des parcours des

    personnes rencontres et plus tard ddoubl afin de mieux analyser les enseignements

    apports par la partie accompagnement de lEtude-Action. En effet le parcours

    daccompagnement, sollicit par une partie des personnes contactes, a permis dapporter

    de nouvelles perspectives lEtude-Action. Il sagissait alors den rendre compte.

    En outre, le questionnaire de base a eu pour objectifs la collecte des informations reues

    lors du premier entretien. Par la suite, dans un souci de tirer un enseignement de la

    prestation daccompagnement, il est apparu intressant de complter ces donns recueillies

    avec par exemple le regard des tablissements du milieu de travail protg, et les relais

    existants.

    Le questionnaire principal a t propos, autant que faire se peut, lors du premier entretien.

    Il a t men de manire semi directive.

    Lentretien sest droul aprs accord de la personne contacte, la suite dune

    prsentation gnrale de lEtude-Action et du rle de la charge dtude. Une clarification

    tait dautant plus ncessaire que le premier courrier envoy tait sign de la Cotorep et

    11 - Centre Alexandre DUMAS, association VIVRE , Gentilly, 94. 12 - Voir annexe n4.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    15

    quun des lieux de rendez-vous ( la coordination du PDI-TH du 92) tait situ la mme

    adresse.

    c) Fiches de suivi de rendez-vous

    Assez rapidement, il est apparu important dimpliquer autant que possible les personnes

    souhaitant tre accompagnes dans leurs dmarches.

    Une fiche de suivi de rendez-vous a donc t cre pour permettre aux personnes

    accompagnes de garder trace des tapes du parcours de recherche demploi et notamment

    des principaux changes tenus lors des entretiens successifs13.

    Cette fiche tait conserve par la personne accompagne et malheureusement a t bien

    souvent gare. A lusage, cette dernire ntait peut-tre pas assez prcise et ne permettait

    pas de rassembler en un mme lieu lensemble des lments ou informations transmises.

    Au cas par cas, une chemise a donc t donne quand le besoin sen faisait sentir.

    Nanmoins un outil plus formel aurait peut-tre t plus pertinent puisque pour plusieurs

    personnes rencontres la gestion des documents, mme les plus essentiels, semblait

    problmatique. Ainsi la demande de plusieurs personnes rencontres, il a t fait la

    recherche de copie de la notification dorientation gare.

    1.2.2. Rapprochement avec les professionnels du milieu de travail

    protg

    Assez rapidement diffrents rendez-vous ont t mis en place avec des professionnels

    travaillant dans le champ du travail protg. Ces rencontres ont permis une meilleure

    comprhension des mcanismes institutionnels et des pratiques de linsertion en ESAT.

    Plusieurs professionnels de lassociation VIVRE ont dabord t contacts en raison de

    leur connaissance, diffrents niveaux, de linsertion en ESAT. Ensuite il a sembl

    13 - Voir Annexe n5.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    16

    souhaitable de rencontrer directement les professionnels de trois ESAT du 92 et de visiter

    leurs tablissements.

    Personnes rencontres dans les premiers temps de lEtude-Action :

    - Equipe, Projet DELTA INSERTION, Association VIVRE ,

    - Directrice, ESAT VIVRE, Association VIVRE ,

    - Assistante sociale, Centre Denise Croissant, Hpital de jour, Association

    VIVRE ,

    - Responsable, INTER - CAT, Paris,

    - Charge dinformation et de communication de la Cotorep du 92,

    - Psychologue, Dispositif Passerelle , EMERGENCE, Association VIVRE ,

    - Charge dadmission, ESAT Les Ateliers , ROBINSSONS,

    - Responsable des Ressources Humaines, ESAT Les ateliers du Phare ,

    NANTERRE.

    Ces contacts et ces relais ont t des leviers dterminants pour mieux apprhender les

    diffrents dispositifs du milieu protg, accder certaines informations, mettre en place

    ou amliorer lappui aux dmarches de candidature en ESAT.

    1.2.3. - Rencontre avec les ESAT du dpartement des Hauts-de-Seine

    Afin de sensibiliser les tablissements de travail protg du dpartement, les directeurs des

    25 ESAT des Hauts-de-Seine ont t convis deux runions organises courant du mois

    de janvier 2006 14 : la premire runion concernait les ESAT du sud du dpartement. Elle

    sest droule lESAT VIVRE , CHATENAY-MALABRY. La seconde runissait les

    ESAT du Nord du dpartement ( lESAT Les Bouleaux , CLICHY).

    14 - Voir Annexe n6.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    17

    Ces runions avaient trois objectifs principaux :

    1 Prsentation de lEtude-Action commande par le PDITH 92 (son contexte, ses objectifs et mise en uvre et proposer un point dtape),

    2 - Proposer une collaboration pour que dans les dlais fixs, les dmarches dinsertion tiennent compte des ralits des tablissements : prsentation de cas pratiques,

    3 Echanger sur la dmarche et soulever dventuelles pistes de rflexion dans le cadre de cette Etude-Action.

    Lors de ces rencontres, nous avons remis aux reprsentants des tablissements une fiche

    devant permettre de mieux prendre connaissance du domaine daction de ltablissement

    concern, et de faire un premier point sur le nombre de places disponibles en admission ou

    en stage pour dventuels futurs candidats.

    Finalement, il sest avr lpreuve des faits quune telle fiche signaltique , tablie

    un instant T, ne reprsentait quun faible intrt au regard de lextrme variabilit des

    situations en terme de places disponibles pour de futurs candidats.

    Par ailleurs, ces runions ont galement permis de croiser la liste des personnes qui

    navaient pas pu tre jointes par courrier ou tlphone avec les travailleurs admis dans les

    ESAT des Hauts-de-Seine. Ce qui nous a permis de retrouver la trace de plusieurs

    personnes pour lesquelles nous navions jusqualors aucune information.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    18

    1.3. - La prestation daccompagnement

    A lissue du premier entretien, il a t propos chaque personne reue une

    prestation daccompagnement afin de concrtiser une admission en ESAT. Un

    accompagnement peut prendre plusieurs formes, et mme voluer dans le temps, dans le

    sens o il est essentiellement une relation lautre et ne peut tre accompagn que celui

    qui veut bien tre accompagn. Le temps ici a bien sr jou un rle moteur pour construire

    ce partenariat .

    Plusieurs tapes ou actions sont reprables dans ce parcours daccompagnement.

    1.3.1. Lvaluation de la demande : un temps dcoute

    Le premier entretien, men pour servir de base la partie tude, constituait un premier

    niveau dvaluation, par le balayage sur la situation sociale et familiale et par les

    informations apportes sur le parcours antrieur.

    Toutefois, pour tablir un rel bilan de la situation, les rendez-vous suivants ont t

    essentiels pour tablir une relle relation de confiance, mais aussi pour approfondir certains

    points comme des prcdentes expriences en ESAT ou clarifier la demande quand la

    volont dentreprendre des dmarches en vu dune admission en ESAT. Cette demande

    pouvait au final savrer relativement floue.

    Il sagissait aussi de clarifier les liens avec dventuels appuis jouant le rle

    daccompagnant. Ainsi plusieurs reprises, afin de respecter la volont de la personne

    accompagne, nous navons pas dans les premiers temps pris contact avec les structures en

    question. Toutefois, nous pouvons dire quune redfinition des rles de chacun a t

    salutaire dans de nombreuses situations.

    Un temps a du tre gnralement consacr la prsentation de lESAT en tant que

    structure, mais galement au mode de rmunration attribue par les tablissements et ses

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    19

    liens avec lAllocation Adulte Handicap (AAH), toujours dans la mme optique de baliser

    le parcours dune future admission en ESAT.

    1.3.2 La candidature

    A ) Llaboration de la candidature

    Il a t tabli rgulirement un CV et quasiment systmatiquement une lettre de

    motivation. La lettre de motivation reprsentait dune part la concrtisation dune

    candidature sur une activit ou un ESAT, et dautre part le rappel des expriences passes,

    la possibilit de faire interagir le candidat sur ses motivations et permettre ainsi une

    meilleure appropriation du projet professionnel.

    Deux mois aprs la mise en route de la prestation daccompagnement et sur les conseils de

    professionnels du milieu de travail protg, nous avons mis en place une fiche de synthse

    reprenant le parcours de la personne accompagne. Cet outil a t mise en place

    destination des ESAT pour complter la lettre de soutien jointe aux dossiers de candidature

    (CV , lettre de motivation, notification Cotorep 92). Il sest avr que cette mthode de

    travail a amlior lefficacit de laccompagnement.

    B ) Mise en adquation des souhaits du candidat et de ses possibilits, avec loffre

    dactivit en ESAT.

    Aprs ce temps de parole autour de la candidature et du projet, il sagissait galement de

    dcider de la pertinence dune demande de stage dcouverte ou dadmission : le stage

    dcouverte a ainsi t privilgi pour les candidats ne connaissant pas du tout le milieu

    protg ou souhaitant dcouvrir une nouvelle activit. Ce dernier type de stage tait

    galement propos lorsque le rejet du milieu protg se faisait sentir puisquil permettait au

    candidat de ne pas se sentir engager dans un processus dadmission sur du long terme.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    20

    Enfin, un temps tait consacr rapprocher les activits disponibles sur le territoire avec

    les capacits et les souhaits du candidat. Cette mise en adquation a fonctionn sur la base

    daller-retour, avec si besoin tait, une redfinition des priorits.

    Ce travail a t grandement facilit par lappui de lquipe du projet DELTA

    INSERTION15 qui, par sa connaissance du rseau des ESAT du 92, a permis de prendre

    connaissance en temps rel des places disponibles sur le territoire.

    1.3.3. Laccompagnement aux portes de lESAT

    Il sest avr trs vite ncessaire daccompagner le candidat ses premiers rendez vous

    avec les ESAT ou ses premires visites de dcouverte. Malheureusement, les dernires

    semaines, nous avons du dcliner plusieurs reprises ce type de demande. En effet les

    plages de rendez-vous rduites des ESAT et les journes ddies aux entretiens de lEtude-

    Action ne permettaient plus cette souplesse.

    Laccompagnement au rendez-vous comprenait aussi la runion de bilan de stage avec le

    stagiaire et lquipe de ltablissement.

    Cet accompagnement dans les trajets est une aide pour visualiser les transports en commun

    et pour les utiliser. Il permet de diminuer lapprhension quand la mobilit est rduite mais

    aussi danticiper quelques fois des annulations de rendez-vous du fait de langoisse trop

    forte ressentie pour les candidats16.

    Avec les premires rponses positives pour des entretiens, sest naturellement mis en place

    un temps daccompagnement pour travailler les futurs entretiens. Lobjectif principal tait

    l aussi de rassurer le candidat sur ses capacits.

    15 - Ce service a pour mission linsertion en milieu ordinaire, et le maintien dans lemploi, de travailleurs en ESAT (CHATENAY-MALABRY, Association VIVRE ). 16 - Marine ZECCA, Penser laccessibilit de tous, tous les ges de la vie, Paris, ALPE, dcembre 2005, pp 201/215.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    21

    Cet accompagnement aux portes de lESAT a t poursuivi par des temps de parole pour

    rebondir sur les premires impressions ressenties et redfinir le projet de candidature, voire

    dorientation.

    Ainsi trois reprises, nous avons contact les quipes de la CDAPH pour leur transmettre

    les lments permettant de penser quun changement dorientation tait envisager.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    22

    IIII IIddeennttiiffiiccaattiioonn ddeess

    ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn

    pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    23

    Dans cette deuxime partie, nous ferons un point sur les lments caractristiques

    des 57 personnes rencontres dans le cadre de ltude. Nous interrogerons leur niveau

    dautonomie et leur type de handicap. Et nous verrons ensuite quel a t leur parcours

    dinsertion, de la rception de la notification Cotorep en 2004, jusqu lentretien men

    pour ltude en 2006.

    Dans un second temps, nous rendrons compte de la partie accompagnement et de ses

    rsultats. Un certain nombre dautres freins ont t mis jour lors de cette phase. En effet

    celle-ci, dans sa dure, a permis la fois de construire une relation de confiance et une

    mise en situation de candidatures en ESAT. Dautres obstacles possibles sont alors apparus

    et une lumire nouvelle a prcis certains obstacles linsertion, prcdemment isols.

    Enfin, nous tenterons de faire la synthse des diffrents lments interfrents dans

    linsertion en ESAT et par le biais dune typologie, sera rendu compte des diffrents

    parcours rencontrs.

    2.1. Rsultats de lEtude

    Une premire surprise a t de constater quun nombre consquent des personnes

    contactes taient en poste dans un ESAT. Ceci permet de dresser un portrait plus nuanc

    des situations professionnelles et de rduire significativement le nombre de personnes

    potentiellement sans emploi daprs la liste constitue par la DRTEFP IDF.

    Loutil permettant aux services de lEtat de connatre, au sein de la population oriente en

    ESAT, ladmission effective du candidat est une fiche de liaison transmise par les ESAT

    la Cotorep (en 2005).

    Il est noter donc quil existe un dcalage entre les donnes transmises par les services de

    lEtat et la situation en temps rel des admissions des populations orientes vers le milieu

    de travail protg.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    24

    Il na pas t permis dtablir sil y avait eu une admission en ESAT pour les personnes

    avec qui le contact na pas pu tre tabli ou dont le coupon-rponse indiquait quelles

    ne souhaitaient pas tre contactes. On peut mettre ici diffrentes hypothses :

    Admission plus tardive dans un autre dpartement que le 92 (pas ressenti de besoin

    de rpondre au courrier),

    Embauche dans le milieu ordinaire. Les personnes nont pas ressenti le besoin de

    rtablir de contact avec les services de la CDAPH,

    Dmarches (avec appui ou non) en cours vers un ESAT. Les personnes ne

    souhaitaient pas daide supplmentaire,

    Situation sociale prcaire, errance ,

    Changement de domicile (nous avons relev en tout 34 retours courrier),

    Crainte de rpondre une missive institutionnelle ,

    Un homme dune quarantaine danne contact par tlphone - sur le versant du handicap

    psychique et souffrant entre autres, dagoraphobie, nous a ainsi confi, la fin de la

    conversation, quil avait craint une retenue sur lAAH pour navoir pas entam de

    dmarches vers un ESAT. Pour cette raison, il navait pas donn suite au courrier qui lui

    avait t adress,

    Hospitalisation,

    Incapacit psychique ou intellectuelle de rpondre un courrier de cette nature.

    Il faut ajouter cette liste les contacts pris par tlphone avec des personnes dclarant

    ntre pas en capacit dentamer des dmarches dinsertion professionnelle : ne se

    sentant pas prt (7 personnes), ou pour des raisons dhospitalisation (12 personnes), et

    galement 6 refus simples, pas motivs prcisment, au tlphone.

    Par ailleurs, plusieurs autres personnes ont accept un premier rendez-vous qui na pas t

    suivi deffet (annul une ou plusieurs fois).

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    25

    Au total entre dcembre et la fin de lEtude-Action en avril 57 personnes ont

    accept de participer un entretien dans le cadre dune tude permettant didentifier les

    freins une insertion professionnelle en ESAT. 57 questionnaires ont ainsi constitu les

    bases de rflexion pour la partie tude.

    2.1.1. Les caractristiques de la population reue

    57 personnes ont t reues pour un premier entretien en face face. Plusieurs situations se

    sont prsentes :

    Un contrat dadmission en ESAT dj sign (plusieurs demandes

    daccompagnement pour changer dtablissement),

    Ne souhaite pas candidater en ESAT, pas besoin dun accompagnement,

    En cours de dmarches en ESAT, la proposition daccompagnement est

    carte mais se rserve dy faire appel si rsultats des premires dmarches

    naboutissaient pas,

    Souhaite tre accompagn dans les dmarches de candidatures (poursuite de

    candidature ou mise en place de premires candidatures).

    Les informations recueillies lors de ce premier entretien en face face apportent plusieurs

    indications quant lge et au sexe, mais galement plus largement sur la situation sociale

    et familiale, et le niveau de formation.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    26

    1) Rpart i t ion par c lasse dge

    Rpartition par classe d'ge des personnes rencontres en entretien

    16; 28%

    6; 11%

    15; 26%

    9; 16%

    7; 12%

    4; 7%

    Moins de 24

    De 24 29

    De 30 35

    De 36 41

    De 42 47

    48 et plus

    Lge moyen des personnes rencontres est de 32.63 ans et lge mdian de 33 ans. La plus

    jeune tait ge de 20 ans et la plus ge de 53 ans.

    Parmi elles, 65% ont moins de 35 ans et 19% plus de 42 ans.

    On constate donc une sur-reprsentation des personnes les plus jeunes et plus

    particulirement de la premire tranche dge : 28% des effectifs ont moins de 24 ans.

    Dans une moindre mesure, la tranche des 30 / 35 ans est galement trs bien reprsente

    avec plus dun quart des effectifs totaux (26%).

    Si nous comparons ces chiffres aux orientations globales donnes par la Cotorep en 2004,

    la part des moins de 25 ans correspondant alors un quart des effectifs, nous trouvons ici

    une sur-reprsentation des jeunes chez les personnes rencontres.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    27

    2) Rpart i t ion hommes/ femmes

    44%

    56%Femme

    Homme

    Nous constatons une lgre sur-reprsentation des hommes (56%) au sein du public

    accueilli. Nous navons pas ce jour les lments pour expliquer cet cart de 10%. Le

    premier panel comportait 34% de femmes et 66% dhommes (167 personnes). Le

    deuxime panel quant lui (60 personnes) tait tabli sur des bases 50%/50%.

    3) La sur-reprsentat ion du handicap psychique dans la

    populat ion rencontre

    La question de la nature du handicap ou des difficults qui avaient pu amener une

    reconnaissance de travailleur handicap par la Cotorep, a t pose, autant que faire ce

    pouvait, au cours du premier entretien semi directif. En effet la conduite de lentretien na

    pas permis, dans quelques rares situations, que la question soit pose en ces termes. Cest

    pourquoi nous avons souhait quau ct du handicap dclar soit introduit la notion de

    handicap identifi. Cest dailleurs sur ce dernier que nous nous baserons. Nous nous

    sommes bien sr appuys autant que possible sur les dclarations des personnes

    interroges.

    (Nous avons tent didentifier le handicap le plus contraignant pour une activit

    professionnelle lorsque la personne prsentait un handicap associ)

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    28

    3 14

    45

    8

    0

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    Moteur T.C MaladieInvalidante

    Psychique Mentale

    Rpartition des handicaps identifis lors des entretiens

    Il se dgage de ces chiffres une sur-reprsentation incontestable du handicap psychique17

    avec un taux de 78% de personnes rencontres dans le panel de lEtude-Action.

    Les deux autres handicaps qui viennent ensuite, en seconde position et troisime position,

    sont le handicap mental et la maladie invalidante (porteur du VIH, maladie orpheline,

    pilepsie), et reprsentent respectivement 14% et 7%. Enfin nous trouvons, au sein de

    leffectif, une personne prsentant des difficults suite un traumatisme crnien (T.C).

    Ces chiffres sont particulirement intressants puisquils ne rsultent absolument pas des

    critres prvalents la constitution des deux panels utiliss.

    17 - Le handicap psychique ne doit pas tre confondu avec le handicap mental. Le risque de confusion provient du fait du rapprochement possible dans le langage courant, entre handicap mental et maladies mentales. Le handicap psychique est la consquence des maladies de lesprit et du comportement qui impliquent des soins de longue dure. Il est minemment variable et survient plutt lentre dans lge adulte, tandis que le handicap mental est li une dficience intellectuelle relativement stable, constate, le plus souvent, ds lenfance. , Unafam.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    29

    Avec la reconnaissance du handicap psychique par la loi du 11 fvrier 2005, le nombre de

    travailleurs handicaps orients par la MDPH sur ce type de handicap est en nette

    progression.

    Nous pouvons poser ici, comme hypothse de dpart, une incidence de ce type de handicap

    sur la constitution des freins linsertion en ESAT.

    Il sagira donc de tenir compte, non seulement des caractristiques inhrentes ce type de

    difficults, de ses multiples expressions et situations dcoulant par exemple des niveaux de

    stabilisation du soin, de son acceptation ou du maillage familial et institutionnel18, mais

    galement des craintes entourant laccueil de ces candidats lemploi et, dailleurs parfois

    craintes lgitimes du fait des comptences spcifiques requises pour ce type dadmission.

    4) S i tuat ion socia le et famil ia le : quel n iveau

    dautonomie ?

    La situation sociale et familiale permet de mesurer la plus ou moins grande insertion dans

    la socit et de soulever les premires difficults qui pourront constituer, en tant que telles

    des freins linsertion professionnelle.

    18 - Rapport CHARZAT , mars 2002 : http://www.handicap.gouv.fr/point_presse/rapports/pdf/charzat.pdf

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    30

    La situation familiale est une premire indication permettant dapprocher linsertion

    sociale des personnes rencontres :

    SITUATION FAMILIALE

    46

    2 3 510

    43

    0

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    Clibataire divorc mari vie maritale enfants famille enrgion

    parisienne

    Tout dabord, nous pouvons noter qu prs de 82% (46) celles-ci sont clibataires et que

    seules 14% (8) vivent en couple (mari ou vie maritale).

    75,4% (43) des personnes reues en entretien, gardent un contact avec des membres de

    leur famille situs en rgion parisienne, par exemple en tant domicilies chez leur parent,

    ou son en relation suivie avec un ou plusieurs membres de la famille. Ceci nest pas

    ngligeable car bien souvent laide apporte dans les actes de la vie quotidienne, ou dans

    des dmarches professionnelle ou administrative, par la famille proche permet de palier

    certaines difficults.

    De plus, 8% des personnes interroges ont un ou plusieurs enfants dont ils ont la garde

    dans la majorit des cas.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    31

    Le logement constitue galement une indication importante quant la plus ou moins

    grande autonomie sociale de la personne rencontre :

    29

    18

    8

    42

    0

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    Domicile familial J'habite seul(e) J'habite en couple J'habite en foyer Hospitalisation

    A partir des informations obtenues, nous constatons quun peu plus de 49,2% des

    effectifs sont hbergs par de la famille (les parents essentiellement). A cela sajoute 14%

    des personnes qui se trouvent dans une situation de vie maritale.

    Ces premiers chiffres doivent tre nuancs :

    Un accs une situation de logement familial stable apporte une possibilit non

    ngligeable dappui dans les dmarches administratives et professionnelles.

    Cette indication peut galement induire des situations dinstabilit, voire tre en cours

    dvolution.

    Ainsi une femme de 41 ans souffrant dune dpression importante, la mettant en difficult

    pour des actes de la vie quotidienne, tait accompagne vers un foyer adapt par une

    assistante sociale. Sans tout fait carter la possibilit dtre aide dans ses candidatures

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    32

    en ESAT, elle sest dclare incapable de travailler pour linstant et prfrait donner la

    priorit la recherche dun logement adapt et au soin.

    Par ailleurs, deux personnes rencontres, loges par leur famille nous ont fait la demande

    dune solution de logement en parallle dun accompagnement en ESAT. Ce qui tend

    prouver que cette solution ne pouvait tre que provisoire. Dautre part les familles dans ces

    deux situations prcises au vu du niveau dautonomie constate dsiraient plutt une

    solution de logement adapt.

    Un deuxime groupe est constitu de personnes rencontres qui dclarent vivre

    seules de manire autonome : 30% du total. Parmi elles, un homme de 31 ans est dans une

    situation de mal-logement puisquil rside en chambre dhtel (mais avec des liens

    importants avec sa famille qui habite dans les environs proches).

    Le troisime groupe que nous pouvons isoler, est constitu de personnes hberges

    en foyer ou hospitalises.

    - 4 personnes vivent en foyer (thrapeutique ou non) soit 6.8% du total.

    - 2 personnes hospitalises (3.4%) ayant connu des trajectoires soit derrance (foyer

    et rue), soit de domiciliation familiale mais avec rupture.

    Dans ces derniers cas, le dsir dune insertion professionnelle tait trs affirm mais le

    rapport au soin prioritaire.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    33

    Curatelle ou tutelle ?

    Le degr dautonomie peut galement sobserver par la mise en place ou non de la

    procdure de curatelle ou de tutelle.

    Situation de curatelle ou de tutelle

    29%

    71%

    oui

    non

    A partir du dpouillement des questionnaires nous avons obtenu 9 non-rponses sur 57

    fiches. Dans les autres cas 29% des personnes interroges sont sous tutelle ou curatelle et

    71% ne le sont pas.

    Les revenus : une source de dpendance ?

    Un point de la situation en terme de revenu disponible a t galement ralis. Ceci a

    permis non seulement de complter lanalyse de la situation sociale et administrative des

    personnes rencontres au cours de lEtude-Action, mais galement dvaluer le rapport des

    personnes enqutes leur propre revenu et ainsi leur niveau dautonomie.

    Noublions pas non plus que la perspective daugmentation de revenu et dindpendance

    financire peut se rvler un moteur puissant dans la recherche demploi.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    34

    5

    52

    2 2 3 1 1 20

    10

    20

    30

    40

    50

    60

    Rm

    unr

    atio

    n

    AA

    H

    Inde

    mni

    ts

    jour

    nali

    res

    AS

    SE

    DIC

    Aut

    res

    type

    sde

    reve

    nus

    Allo

    catio

    npa

    rent

    isol

    AP

    JE

    Pen

    sion

    d'in

    valid

    it

    REPARTITION DES SOURCES DE REVENUS

    Les diffrents types de revenus ici cits peuvent se cumuler.

    Sans tonnement, nous retrouvons un trs large accs lAllocation Adulte Handicap

    (AAH) pour un total de 52 personnes (91% de leffectif). Le diffrentiel avec leffectif

    global se retrouve dans la perception de revenus de type ASSEDIC, et dans les non

    rponses . Dans ce dernier cas, les personnes, souvent trs jeunes et domicilies chez

    leurs parents, taient soit incapables de rpondre cette question et/ou ne souhaitaient pas,

    mme par ce biais, faire tat de leur reconnaissance dadulte handicap.

    A cinq reprises, il a t fait mention de rmunration. Il sagit pour deux personnes de

    revenus non dclars et dactivits non stables dans le temps. Pour les autres, il a t fait

    mention de contrats de quelques heures dans la semaine (comme par exemple de deux

    heures par jour pour une cantine scolaire), ou dactivits en intrim avec de longues

    priodes dinactivit non dsires.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    35

    12 2

    13

    2

    5

    0

    2

    4

    6

    8

    10

    12

    14

    Moi

    ns d

    e 40

    0

    De

    400

    49

    9

    De

    500

    59

    9

    De

    600

    69

    9

    De

    700

    79

    9

    800

    et p

    lus

    REPARTITION DES REVENUS

    Les montants des revenus communiqus lors des entretiens schelonnent de 330 euros

    1080 euros.

    Le revenu moyen est de 633.44 euros, le salaire mdian tant de 600 euros.

    A cette question correspond un grand nombre de non-rponses. Certaines personnes ne

    souhaitaient tout simplement pas communiquer leur revenu, mais galement une part

    importante de ces personnes ne grant pas elles-mmes leur compte, ou difficilement,

    ntaient pas en capacit de rpondre.

    Ces dclarations ne font pas tat de laide apporte par la famille, par exemple en prtant

    un logement, ou en avanant de largent. Nanmoins, pour les fiches faisant mention du

    niveau de revenu, il semble bien que la moiti soit au dessous de 600 euros ce qui permet

    de donner une ide de la situation financire prcaire de ces derniers, mme sils disposent

    pour certains dun soutien familial. Dailleurs nous avons du fournir quatre des personnes

    ayant dbut la prestation daccompagnement une carte tlphonique pour leur permettre

    de garder le contact avec nous au cours de la prestation.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    36

    5) Le niveau de format ion : un bon niveau gnral

    Laccs au travail est bien souvent conditionn par le niveau dtude initial et les

    formations professionnelles postrieures. Il nous est apparu donc important de prendre

    connaissance de ces lments pour les diffrentes personnes que nous avons pu interroger.

    A) Le niveau de formation initiale :

    0

    2

    4

    6

    8

    10

    12

    14

    16

    DEA,doctorat,diplme

    d'ingnieur

    Licence,matrise(bac + 3

    ou 4)

    BTS,DEUG

    Bac Premire,terminale

    CAP, BT,BET, BEP

    BE,BEPC,

    classe decollge

    classe deseconde

    Sansdiplme,

    CEP

    NIVEAU D'ETUDE INITIALE

    On constate la lecture de ce tableau que la population un bon niveau gnral de

    formation initiale. Ainsi prs de 24% des personnes rencontres ont au minimum le BAC

    (niveau IV et plus) et 28% un CAP /BEP. Plus largement, 60% ont un niveau troisime et

    plus (niveau V et plus).

    Nanmoins, les rsultats globaux montrent un niveau de formation initiale assez contrast.

    Ainsi 21% des effectifs nont quun trs petit niveau scolaire et se trouvent sans diplme.

    Ceci induit des demandes diffrentes mais galement des outils adapts chacun pour une

    meilleure insertion sociale et professionnelle.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    37

    B) Une formation professionnelle complmentaire ?

    FORMATION PROFESSIONNELLE COMPLEMENTAIRE

    46%

    54%Oui

    Non

    46% des personnes reues ont dclar avoir reu une formation professionnelle

    complmentaire. Il peut sagir de formations assez diffrentes, le plus souvent de courtes

    dures (infrieures 6 mois). Pour la plus part, elles ont t suivies lors de priode

    dactivit en milieu ordinaire.

    Nous devons ajouter ici que 30% de leffectif total a mis le dsir dune formation

    complmentaire (soit de remise niveau, soit de renforcement des comptences

    professionnelles dj acquises, soit plus simplement dacquisition de comptences

    nouvelles). Ces demandes ont t faites alors que cette question ne faisait pas partie du

    questionnaire.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    38

    Au regard de lensemble des rsultats prcdents, nous pouvons dire que leffectif

    rencontr est relativement jeune (65 % moins de 35 ans et 28 % moins de 24 ans), plutt

    masculin, avec un niveau de formation initiale relativement lev : 24 % ont le BAC et

    plus. Mais lautre extrmit, un grand nombre de personnes na quun trs petit niveau

    scolaire. Les personnes rencontres sont trs largement clibataires mais nanmoins

    relativement peu de personnes autonomes sur le plan du logement, et une trs grande

    reprsentation des personnes loges par leur famille (49.2%). Les familles, dans la mesure

    de leurs moyens, sont souvent le seul point dappui mais la charge est souvent pour elles

    bien lourde : dans au moins quatre cas, nous avons constat des situations la limite de la

    rupture, notamment lorsque les parents se trouvent bout de forces.

    Par ailleurs, les revenus qui nous ont t dclars induisent une situation de dpendance et

    de prcarit.

    Tous ces lments expriment une autonomie de fait rduite.

    Enfin, alors que le panel transmis par la coordination du PDITH 92 navait pas t

    construit dans ce sens nous avons identifi, pour 78% des personnes rencontres, un

    handicap psychique.

    2.1.2 Le parcours effectu entre la rception de la notification

    de la Cotorep et linsertion en ESAT

    Ces lments isols quant linscription sociale de leffectif rencontr, nous allons

    maintenant faire un point sur le rapport lorientation en ESAT, sa perception par

    lintress et notamment sil y a eu mise en place de dmarches suite la rception de la

    notification. Ces cls nous permettront de donner une vision plus claire de lappropriation

    de lorientation en milieu de travail protg et de son ventuel rejet.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    39

    Le niveau de satisfaction valu au moment de la rception de la notification

    dorientation en CAT nous a sembl ici un bon point de dpart.

    Satisfaction lors de la rception de la notification Cotorep

    43%

    25%

    32%Oui

    Non

    Sans opinion

    Tout dabord, le niveau de Sans opinion peut sembler important. Cette part correspond

    des demandes dorientation vers un CAT et de rception de notification un moment o

    la personne oriente tait encore dans une priode de rapport aux soins non stabiliss (ex :

    hospitalisation). Bien souvent les personnes interroges indiquent, alors, quelles nont

    plus le souvenir de ces dmarches, ni mme davoir eu entre les mains la notification de la

    Cotorep. Autre cas : la personne interroge est assez jeune, sa famille a pris en charge les

    dmarches, elle na pas pu intgrer le sens de cette orientation.

    Ces diffrentes situations sont bien sr aussi luvre pour les cas o la notification

    Cotorep na pas apport satisfaction. Bien souvent la personne interroge nous a relat sa

    surprise , ne sattendant pas une orientation vers le milieu de travail protg.

    Mme si la question pose se rfrait une date donne la rception par courrier de la

    notification dorientation , il ne faut pas exclure les interfrences, sur cette rponse

    prcise, dues aux expriences (positives ou ngatives) du milieu protg qui se sont

    droules depuis.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    40

    Si nous regroupons les sans opinion et les non satisfaits nous obtenons une majorit

    de 57% de personnes qui nont pas adhr lorientation notifie par la Cotorep.

    Raisons donnes une non satisfaction de la notification cotorep

    39%

    38%

    15%8%

    Ne dsirait pas entrer en CAT

    Ne souhaitait pas intgrer lemilieu protg

    Type de mtier propos pasintressant

    Pas de rponse prcise

    Il y a eu un nombre important de non-rponses cette question.

    A 77%, la raison dune non satisfaction invoque reste donc un rejet du CAT en tant

    qutablissement, voire de manire plus large un refus de sinscrire dans le milieu protg.

    Nous notons nanmoins que la rponse la plus constructive reste base sur le thme de

    lactivit propose : 15% des rponses.

    Lexprience professionnelle antrieure

    Cette indication permet dtablir le niveau de connaissance du milieu de travail protg au

    moment de lorientation mais galement la part dexprience du milieu ordinaire dans

    leffectif rencontr. Ce dernier point nous donne un clairage sur la plus ou moins grande

    difficult faire son deuil de ce pass en milieu ordinaire (mme si le passage par le milieu

    de travail ordinaire peut tre envisag comme temporaire).

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    41

    Nous constatons quune majorit nette de personnes a connu une exprience de travail en

    milieu ordinaire (mme si celle-ci a t courte : moins de 6 mois) avec 74% des personnes

    rencontres.

    Cette proportion nest pas surprenante puisque, pour une population prsentant

    principalement un handicap psychique, les difficults psychologiques ont pu surgir aprs

    un parcours scolaire ou professionnel classique, en tout cas loign de lenseignement

    spcialis et/ou du milieu de travail protg.

    Par ailleurs, une partie de leffectif navait, le jour du premier entretien de lEtude-Action,

    aucune exprience professionnelle aboutie, ceci que ce soit dans le milieu ordinaire ou le

    milieu protg.

    Ce dernier groupe correspond huit personnes reues (14%) :

    3 jeunes hommes de moins de 22 ans ;

    Lun deux tait en CITL depuis un an et les deux autres avaient suivi un parcours scolaire

    classique (niveau secondaire gnral et lautre en CAP) jusqu lapparition de leurs

    difficults (accident de voiture pour lun et pour les seconds, troubles psychiques).

    5 jeunes femmes ayant connu majoritairement un parcours scolaire en IMPRO (4)

    et ntant pas encore parvenues jusqu une admission en ESAT (le handicap

    mental tait ici le plus reprsent).

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    42

    Les dmarches de candidatures en ESAT depuis la rception de la

    notification de la Cotorep du 92 :

    Les dmarches de candidatures :

    Avez-vous effectu des dmarches de candidatures en CAT depuis la rception de votre notification d'orientation en CAT ?

    78%

    22%

    OUI

    NON

    Mme si une large majorit des personnes reues a effectu des dmarches de candidatures

    vers les ESAT (nous verrons avec une trs variable efficacit), 22 % des effectifs

    rencontrs sont rests, depuis la rception de leur notification en 2004, sans une seule prise

    de contact avec un ESAT, mme tlphonique.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    43

    Si vous avez entrepris des dmarches de candidature, avez-vous dispos d'une aide pour celles-ci ?

    23%

    77%

    NON

    OUI

    Nous pouvons voir quune trs large majorit des personnes ayant mis en place des

    dmarches de candidature vers le milieu de travail protg, ont dispos dun appui.

    Nanmoins, en relation avec le type de handicap psychique rencontr majoritairement, prs

    dun quart de leffectif ayant entrepris des dmarches, ont ralis les phases dapproches

    vers les ESAT de manire autonome : appels aux ESAT partir de la liste

    communique par la Cotorep, constitution de CV, de lettre de motivation, voire demande

    dune liste complmentaire aux services de la Cotorep ...

    Nous pouvons isoler deux types dappui :

    - Dans la continuit directe de leur dossier dorientation Cotorep (par exemple un

    mdecin psychiatre qui simplique dans la recherche dune place en ESAT aprs

    avoir aid constituer le dossier),

    - Laide peut tre galement trouve dans le cadre plus large des appuis disponibles :

    famille et/ou structures dont relve la personne au vu de son ge ou de son type de

    handicap.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    44

    Le rseau dappuis disponibles

    1 1 1 1 1 12 2 2 3

    68 9

    12

    0

    2

    4

    6

    8

    10

    12

    AN

    PE

    Cap

    em

    ploi

    CH

    RS

    Hp

    ital

    Md

    ecin

    gn

    ral

    iste

    Mis

    sion

    loca

    le

    CM

    P

    Hp

    ital d

    e jo

    ur

    Md

    ecin

    psy

    chia

    tre

    CO

    TO

    RE

    P

    IMP

    RO

    Str

    uctu

    re a

    ssoc

    iativ

    e

    Ass

    ista

    nte

    soci

    ale

    Fam

    ille

    De quels appuis avez-vous dispos pour entreprendre des dmarches de candidature vers un CAT ?

    Les rponses obtenues cette question pouvaient tre multiples.

    Dans ces rponses, est le plus souvent cite la famille. Ce qui ne doit pas nous tonner au

    vu par exemple du taux de domiciliation chez les parents (laide peut tre galement intra

    gnrationnelle : une soeur peut tre amene refaire le CV ou crire la lettre de

    motivation, ou encore un frre se charger du transport jusquau lieu de rendez-vous).

    Le rseau des assistantes sociales et celui des structures associatives se montrent, dans un

    degr moindre, eux aussi trs prsents. Ces structures associatives se situent dans les

    champs de linsertion sociale et professionnelle (CHRS19). Les deux populations

    bnficiaires sont alors dune part les jeunes de moins de 25 ans et dautre part les titulaires

    de RMI20.

    19 - CHRS : Centre dhbergement et de rinsertion sociale. 20 - RMI : Revenu minimum dinsertion.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    45

    Sans tonnement, nous retrouvons les structures type IMPRO21 qui agissent pour

    linsertion professionnelle de leurs jeunes, sortis de leur effectif, jusqu ce quune solution

    soit trouve (dans la limite de trois ans aprs la sortie des effectifs).

    Dans une moindre mesure, sont cits rgulirement des appuis venant des structures de

    soins en adquation avec le handicap psychique : CMPP22, professionnels de structures

    hospitalires, mdecin psychiatre (libral).

    Enfin apparaissent dautres types daide relevant du champ de linsertion professionnelle :

    soit en rapport direct avec le champ du handicap (CAP EMPLOI23), soit centrs sur des

    publics cibles tels que les jeunes de moins de 25 ans (Mission Locale).

    Nous devons nuancer ces appuis par le fait quils dpendent de la demande de la personne

    et celle-ci peut tre fragmente (notamment vis--vis des structures de soin), mais aussi de

    la possibilit matrielle et humaine des structures de mettre en place un suivi adapt sur

    une longue dure.

    Suites donnes aux dmarches vers un ESAT :

    Suite aux dmarches vers les CAT, avez vous reu une rponse positive pour un entretien ?

    86%

    14%

    OUI

    NON

    21 - IMPRO : Institut Mdico Professionnel (accueillant des adolescents et jeunes adultes). 22 - CMPP :Centre Mdico-Psycho-Pdagogique. 23 - CAP EMPLOI : organisme de placement vers le milieu ordinaire.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    46

    Nous pouvons observer ici limportance des entretiens dclenchs aprs une dmarche de

    candidature (86%). Toutefois, nous trouvons un certain nombre dannulations de rendez-

    vous accords par les ESAT hauteur de 32%.

    La premire tape de rencontre avec un ESAT montre ici quelques limites dans sa

    concrtisation. Mais celle-ci semble globalement bien fonctionner une fois que les

    personnes parviennent faire acte de candidature.

    Rponses positives pour au moins un stage en CAT :

    Vos dmarches de candidature en CAT ont-elles abouti une rponse positive pour au moins un stage ?

    79%

    21%

    OUI

    NON

    Ces rsultats concernent bien sr la part de leffectif qui a entrepris des dmarches de

    candidature. Ici la dperdition est un peu plus forte que pour la capacit se voir offrir un

    rendez-vous. Toutefois nous trouvons encore trois quarts des personnes qui suite une

    procdure dentretien en ESAT, dcrochent un stage (dadmission ou de dcouverte), ce

    qui quivaut 34 personnes.

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    47

    Types de stage effectu :

    Quel type de stage avez-vous effectu ?

    55%

    45%

    Stage d'admission

    Stage de dcouverte

    Une fois admis en stage, nous relevons un nombre important de ruptures avant la fin de la

    priode conventionne ou plus simplement de non-concrtisations pour une admission.

    Embauche suite un stage

    19%

    81%

    OUI NON

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    48

    Le taux ici de 81% de personnes qui ne concrtisent pas leur stage par une admission, est

    important.

    Au final, parmi les personnes qui ont dcroch un rendez-vous en ESAT sur leffectif

    rencontr, neuf candidats ont concrtis une admission et lont maintenue jusqu la date

    de lentretien pour lEtude-Action.

    Ce chiffre doit tre crois avec un niveau de satisfaction, pour les priodes de stage,

    dclar positif prs de 80%. Bien sr il faut tout de suite ajouter que la perception dun

    stage donn comme russi ou positif au cours des entretiens de ltude a pu voluer, pour

    certains, au cours de la prestation daccompagnement avec le lien de confiance tiss et le

    croisement avec le compte-rendu de bilans de stage de lquipe des ESAT.

    Nanmoins, il ressort un manque de cohrence densemble entre le taux de russite

    dadmission en ESAT (assez faible) et les rponses donnes lors des entretiens sur la

    satisfaction des expriences de stages. Mais on peut comprendre que dans le cadre dun

    premier entretien, on souhaite valoriser ses prcdentes expriences.

    Il semble bien quentre la mise en situation de stage et ladmission en ESAT se

    situe un sas plus difficilement franchissable et, de plus, peu intelligible pour les personnes

    qui souhaitent concrtiser une admission en ESAT, ceci si lon se rfre la population

    quil nous a t donn de rencontrer pour lEtude-Action de 57 personnes.

    2.1.2. Les diffrents freins une admission en ESAT

    Diffrents types de freins ont pu tre identifis au cours de la partie Etude : freins

    structurels et dautres plus directement lis la personne.

    Comme point de dpart, nous partirons des informations obtenues auprs des personnes

    ayant t admises en stage suite leur orientation Cotorep (2004) et qui nen avaient pas

    t satisfaites (certaines dentre elles ont nanmoins maintenu leur candidature pour

  • EEttuuddee--AAccttiioonn :: LLeess ffrreeiinnss lliinnsseerrttiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eenn EESSAATT ((oorriieennttaattiioonn 22000044)) CCooffiinnaannccee ppaarr llee PPDDII--TTHH dduu 9922 eett llee FFoonnddss ssoocciiaall eeuurrooppeenn,, jjuuiinn 22000066

    [email protected]@vviivvrree--aassssoo..ccoomm

    49

    dautres ESAT). Et nous complterons ces donnes par les raisons avances lors des

    entretiens pour une non-admission suite un stage.

    A ces deux questions, il tait propos une possibilit de choix multiples et de nouvelles

    rponses ont enrichi les premires rponses proposes. Dans le cadre de ltude nous

    navons pas crois les rponses avec les comptes-rendus des ESAT. Mais ce travail a t

    ralis dans le cadre du bilan de la prestation daccompagnement24.

    TABLEAU A

    Causes de non-satisfaction d'un stage ayant fait suite la notification Cotorep25

    Structure qui ne semblait pas adapte vos besoins 1

    Momentanment pas en tat d'assumer le poste 1

    N'apprciait pas l'ambiance gnrale 1 Regard sur les quipes de travailleurs lextrieur de CAT 2

    Secteur d'activit non satisfaisant 2

    Pas en accord avec le pr